Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

8 choses que le corps rejette et pourquoi il a besoin de le faire

8 choses que le corps rejette et pourquoi il a besoin de le faire
© Andrea Piacquadio/Pexels

Il y a certaines choses que nous faisons au quotidien comme aller aux toilettes, sans pour autant que l'on sache forcément pourquoi notre corps a besoin d'effectuer ces tâches. Urines, excréments, crottes de nez... sont des déchets rejetés quotidiennement par notre corps, comparable à une énorme usine très au point. "Quand on mange, certaines choses, appelées nutriments, sont utilisées par l'organisme pour créer des cellules et faire fonctionner la machine du corps humain. Elles sont hachées menu, mixées, et transformées en particules quasi-atomiques absorbées par le sang. Tout ce qui n'est pas utilisé dans ce processus doit être éliminé", explique à Business Insider France le Dr. Raoul Relouzat, médecin généraliste dans le 16ème arrondissement de Paris. "Et nous avons des organes qui servent à éliminer ces "déchets" : les reins, le foie, les intestins... Ces derniers sont d'ailleurs appelés 'émonctoires' et sont en quelque sorte les égouts du corps humain", ajoute-t-il.

Ce qui n'est pas utilisé s'apparente à des poisons pour le corps humain, et c'est pour cela qu'il a besoin de les évacuer. Par exemple, "quand on mange de la viande, le corps a besoin d'éliminer de la créatine et de l'urée. L'urée peut être un poison pour le cerveau", précise le médecin généraliste qui pratique depuis 35 ans. L'évacuation de ces déchets est essentielle pour permettre une régulation à la virgule près de toutes les constantes du corps — le fait que votre température est de 37°C, le ph du sang à 7,3 etc — et que l'on appelle 'homéostasie'". "La machine humaine est tellement bien faite que si quelqu'un boit moins d'eau, il va moins uriner. Mais si la machine fonctionne, elle va forcément créer des déchets", indique le Dr. Raoul Relouzat.

Il arrive que le corps rejette d'autres substances comme les larmes quand on est triste, plein d'émotions ou encore quand on a trop ri, les pertes menstruelles et les pertes vaginales chez les femmes, mais celles-ci ne sont pas considérées comme "des déchets comme peuvent l'être les selles ou l'urine", souligne-t-il.

Voici huit choses que le corps humain rejette naturellement et pourquoi il a besoin de le faire.

L'urine : elle est composée principalement d'eau et de particules comme l'urée, sucre, créatine, sels... Tout ce qui est passé au travers du filtre que constituent les reins. "Le corps prend en amont tout ce dont il a besoin et le reste est rejeté", explique le Dr. Raoul Relouzat.

Giorgio Trovato/Unsplash

L'odeur et la couleur de l'urine peuvent donner des indications sur la santé d'une personne. Chez les diabétiques, "l'urine est sucrée. Autrefois, les médecins goûtaient l'urine des patients pour savoir s'ils étaient atteints de diabète", indique le Dr. Raoul Relouzat. Par ailleurs, "si vous avez pris des antibiotiques comme l'amoxicilline, vous constaterez que votre urine a une odeur d'antibiotiques, car quand on prend un médicament, le corps absorbe en réalité très peu de ce médicament. A la fin de la Seconde guerre mondiale, il existait un marché noir des urines pour y extraire la pénicilline notamment", raconte-t-il.

"Si l'urine est très jaune foncé, voire brune, il y a probablement un problème au niveau de la vésicule et du foie. Si au contraire, elle est très claire, soit vous avez bu beaucoup d'eau, soit le corps n'a pas éliminé assez de toxines", indique le Dr. Raoul Relouzat.

Les excréments : ils sont constitués de tous les déchets issus de la digestion. "Un légume a plein de cellulose par exemple, ainsi l'armature d'un légume est en grande partie éliminée dans les selles. Pareil pour les légumes avec beaucoup de fibres apparentes", indique le Dr. Raoul Relouzat. Il peut vous arriver de retrouver des bouts presque intacts de maïs ou de peau de tomate ou de poivron dans les selles, d'autant plus si vous ne mâchez pas bien les aliments.

Jasmin Sessler/Unsplash

La mastication constitue la première étape de déstructuration des aliments. "Quand on mâche, on fractionne ce que l'on mange, il y a donc moins de travail pour le tube digestif", indique le médecin. Puis, viennent les étapes suivantes : l'estomac, très acide, va continuer à détruire la structure des aliments consommés, ainsi que l'intestin, long de sept à huit mètres. Chaque partie de ce "tuyau" a un rôle spécifique : une partie s'occupe de l'absorption des graisses, une autre du fer, et encore une autre du sucre etc. À la fin du colon, il y a une réabsorption de l'eau (des litres sont absorbés), ainsi les selles sont les résidus issus de ce processus.

Quand on est constipé-e, cela signifie que les résidus sont restés trop longtemps au niveau du colon terminal, qui a réabsorbé presque toute l'eau. Au contraire, quand on a une diarrhée motrice, c'est dû à l'accélération du transit. La réabsorption de l'eau à la fin du colon n'a ainsi pas pu se faire correctement. Si la diarrhée est infectieuse, c'est que des bactéries ont irrité la paroi du colon, qui, par réaction, a sécrété trop de liquide. La fin du colon est alors incapable de réabsorber tout ce liquide.

L'odeur nauséabonde résulte de la mort de certaines des bactéries présentes dans l'intestin qui vont jouer un rôle dans la segmentation des aliments. Même si vous ne mangez que du pain et de l'eau, vos selles n'auront jamais une bonne odeur.

Les crottes de nez : ce sont des sécrétions fabriquées par la muqueuse nasale et elles sont composées de mucus nasal, d'eau et de microparticules captées dans l'air (poussières, fumée de tabac, gaz d'échappement...). Plus ou moins riche en eau, ce mucus s'accumule, se dessèche, se durcit et prend cet aspect de 'crottes'. Quand les crottes sont jaunâtres, c'est qu'à 'l'intérieur de l'organisme, les globules blancs se sont battus contre les microbes et certains sont morts', explique le Dr. Relouzat.

Andrea Piacquadio/Pexels

Et pourquoi certains enfants aiment-ils manger leurs crottes de nez ? "Ça n'a rien de bizarre", commence par dire le médecin. "Ça a un goût un peu sucré, un peu original tout d'abord. Puis, au stade anal [ndlr : stade théorique de psychanalyse correspondant à la deuxième phase de l'évolution affective d'un bébé], les enfants ne veulent pas faire de crottes, car la perte des excréments ou de crottes de nez en l'occurence est assimilée à une perte d'une partie d'eux-mêmes", et cela peut créer de l'angoisse. 'Ils peuvent avoir du mal à laisser échapper cela d'eux", résume-t-il.

Les fameuses 'croûtes' au coin des yeux : appelée également "chassie", ce que l'on retrouve au coin des yeux au réveil est composé d'un mélange de mucus séché, de cellules mortes de la cornée, d'un peu de larmes, et de corps étrangers comme de la poussière par exemple.

Kinga Cichewicz/Unsplash

Les yeux sont lubrifiés tout au long de la journée pour éviter qu'ils ne s'assèchent. Ces larmes sont composées d'eau et de cristaux de sel. Par ailleurs, des enzymes permettant de détruire les bactéries sont sécrétées, ainsi que du mucus permettant d'attraper la poussière et les cellules mortes de la cornée, pour les éjecter au coin des yeux, grâce aux mouvements de battements de paupières. La nuit, la production de larmes est réduite, alors que celles du mucus et des enzymes se poursuivent, d'autant plus pour celle des enzymes, puisque le sommeil est un moment propice au développement des bactéries.

Etant donné que la production de larmes est réduite pendant le sommeil, ces dépôts sont asséchés au réveil, d'où l'aspect "croûte" des "crottes des yeux".

Le cérumen dans les oreilles : c'est ce qui "tapisse le conduit auditif pour qu'il soit le plus lisse possible. Ainsi, le son peut rebondir sans obstacle jusqu'au tympan", explique le Dr. Relouzat. Il est fabriqué en permanence, mais la quantité varie d'une personne à une autre. Certaines personnes en fabriquent trop. "Il ne s'agit pas d'un système très élaboré", concède le médecin. Dans les parois de la partie cartilagineuse du conduit auditif externe, le cérumen mélangé au sébum se durcit et va englober les peaux mortes et poils, et c'est ce que l'on retrouve à l'entrée du conduit auditif externe.

Sharon McCutcheon/Unsplash

L'aspect du cérumen retrouvé à l'entrée du conduit auditif externe varie : il peut être humide ou sec selon la quantité de corps gras contenu dans le cérumen. Le médecin avertit que si vous avez l'habitude de vous nettoyer les oreilles avec un coton-tige, cela peut avoir comme effet de "repousser, d'enfoncer le cérumen et en faire un amas dans le conduit auditif". Cela peut parfois créer un bouchon de cérumen, qui altère l'audition de façon transitoire (puisque le son passe moins bien) et qui est tout simplement désagréable.

Le sébum : il est constitué de cellules mortes et de graisse en excès au niveau de la peau. Son excrétion dépend de plusieurs hormones. Le sébum n'est pas mauvais en soi. Il permet de maintenir l'hydratation de l'épiderme, contribue à sa souplesse et à l'équilibre de la flore bactérienne cutanée. Un manque peut fragiliser la peau et la rendre sèche, tandis qu'un excès peut donner un aspect huileux à la peau et favoriser l'apparition de comédons ou de boutons. Encore une fois, c'est une question d'équilibre.

Unsplash

Certaines périodes de vie peuvent favoriser la production de sébum puisque que celle-ci est liée à l'activité hormonale. C'est le cas de l'adolescence ou pendant une grossesse.

Le dioxyde de carbone : il 'résulte des échanges entre l'air ambiant (21% de dioxygène, 78% de diazote et de 1% d'autres gaz dont le méthane, l'ozone, le dioxyde de carbone etc) et l'air contenu dans les poumons, qui lui-même est chargé en gaz carbonique suite à la combustion qui s'opère dans toutes les cellules du corps et qui est ramené aux poumons par les réseaux veineux', explique le Dr. Relouzat. Ce dioxyde de carbone, considéré comme déchet du métabolisme cellulaire, doit être évacué des cellules pour éviter une intoxication.

Photo by Darius Bashar on Unsplash

Le dioxyde de carbone produit dans les cellules est éliminé par l'intermédiaire de la circulation sanguine. Le sang revenant des organes arrive aux poumons dans les petits capillaires sanguins, et c'est au niveau des alvéoles pulmonaires, qui présentent une grande surface d'échanges en contact avec l'atmosphère, que le dioxyde de carbone passe de l'état dissout dans le sang à l'état gazeux. C'est ce qu'on rejette dans l'atmosphère lors de l'expiration.

Les pets : ils sont dus 'à la fermentation du bol alimentaire tout au long du trajet dans le tube digestif', indique le médecin généraliste. Les bactéries du colon agissent sur les aliments et provoquent leur fermentation. Ce processus produit différents gaz selon le type de bactérie impliquée et l'aliment ingéré. Ainsi l'odeur des pets dépend logiquement de ce que l'on a mangé.

Svitlana Denysiuk/Unsplash

Par exemple, les flatulences peuvent sentir une odeur d'œuf pourri quand l'un des gaz principaux produits est le sulfure d’hydrogène.

A lire aussi — 8 choses surprenantes que votre corps fait pendant que vous dormez

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :