Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

8 marques qui troquent le plastique pour des emballages plus respectueux de l'environnement

8 marques qui troquent le plastique pour des emballages plus respectueux de l'environnement
© Business Insider France/Claire Sicard

Dans la nuit du lundi 9 au mardi 10 décembre 2019, l'Assemblée nationale a adopté un amendement au projet de loi sur l'économie circulaire. Son objectif ? Interdire les emballages plastiques à usage unique d'ici 2040. Attendue, cette annonce a néanmoins soulevé de nombreuses critiques sur le délai de mise en place annoncé. Brune Poirson, secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, et porteuse du projet, a tenté de rassurer les mécontents en indiquant que des objectifs intermédiaires seraient fixés tous les 5 ans. En tout cas, cette mesure en dit long sur la difficulté à sortir du tout plastique.

Des alternatives existent aujourd'hui, mais elles peuvent poser problème. Exemple avec le papier ou le carton : selon une étude du Bureau européen des consommateurs citée par Novethic, ces emballages peuvent contenir des substances toxiques, notamment dans les encres. On les retrouverait directement dans notre assiette et elles pourraient à terme provoquer dérèglements hormonaux et cancers. Autre exemple avec un objet emblématique : le sac en tissu, ou tote bag. Son utilisation s'est démocratisée après 2016, suite à la loi interdisant d'avoir recours aux sacs plastiques à usage unique. Reste que sa fabrication poserait problème : la culture du coton nécessite en effet de grosses quantités d'eau et de pesticides. On est donc loin du progrès écologique souhaité.

Le plastique reste un souci majeur pour l'environnement : selon l'association WWF, nous pourrions ingérer chaque semaine 5 grammes de microplastiques via ce que nous mangeons, l'eau que nous buvons et l'air que nous respirons. La quantité mondiale de plastique est devenue ingérable. Toujours selon l'étude du WWF, depuis l'an 2000, le monde aurait produit autant de plastique que toutes les années précédentes cumulées. Le problème vient de l'usage qui est fait du plastique : 75% serait utilisé en matériau jetable et deviendrait donc des déchets plastiques. Or, une grande part de ces déchets serait mal gérée : non collectés pour être recyclés, jetés à l'air libre... C'est ainsi que 8 millions de tonnes de plastiques finiraient chaque année dans nos océans.

Les industriels sont donc dans l'obligation de se pencher sur le sujet. Soit de manière contrainte pour Mc Donald's, par exemple, avec l'interdiction des pailles en plastique au 1er janvier 2020. Soit par anticipation ou souci environnemental. Il est malgré tout toujours difficile de faire la différence entre une réelle volonté de trouver des solutions écologiques alternatives, et des initiatives parfois plus liées à l'image de marque et à la communication pure. Voici 8 initiatives de marques pour troquer le plastique pour des emballages plus respectueux de l'environnement :

Daddy et son emballage en papier kraft brut

Daddy

La marque Daddy vient d'annoncer la mise en place d'un nouvel emballage en papier kraft brut (non blanchi) pour sa gamme de sucre en poudre, en remplacement du plastique. Daddy avait lancé en 2007 son "profil pack", emballage en plastique transparent avec un bec verseur. L'objectif de ce nouvel emballage en kraft est donc de conserver les fonctionnalités d'étanchéité, d'ergonomie et de conservation, tout en améliorant son écoconception.

La poche souple et sa base seront désormais recyclables (selon les critères de l'Info-tri) et la part de plastique sera réduite de plus de 70%. Par contre, le kraft ne permettant pas la transparence, on ne verra plus le produit à l'intérieur de l'emballage. Peu gênant a priori pour du sucre en poudre, mais si ce type d'emballage se généralise, à voir comment il sera accueilli par les consommateurs pour des produits plus complexes à appréhender.

Fleury Michon et ses barquettes en bois

Fleury Michon

Les plats à emporter ou livrés sont la plupart du temps emballés dans des contenants plastiques. C'est également le cas des plats cuisinés individuels, présentés bien souvent dans une barquette avec film en plastique et carton pour emballer le tout. La marque Fleury Michon a décidé de tester une gamme de plats cuisinés emballés dans du bois. Un papier alimentaire est disposé au fond de la barquette en bois pour isoler le plat du contenant. À noter que l'emballage va au four comme au micro-ondes.

Par contre, il y a toujours un film plastique pour recouvrir le plat cuisiné : cela permet d'éviter que l'humidité ne l'imprègne et permet une meilleure conservation des aliments. De 20 grammes de plastique pour l'emballage traditionnel, on passe néanmoins à 3 grammes seulement pour ce nouveau contenant.

Une innovation qui a cependant un coût. Fleury Michon a confirmé à Business Insider France qu'en l'absence de filière de recyclage en bois, ils étaient "contraints de payer une contribution à CITEO importante sur un produit pourtant plus vertueux". Ils souhaitent donc que le recyclage des emballages en bois soient pris en compte lors du débat sur la loi économie circulaire actuellement en cours à l'Assemblée nationale.

Mc Donald's et ses gobelets sans paille, avec un couvercle en fibre de papier

Exemples des nouveaux gobelets proposés dans les restaurant Mc Donald's, avec un couvercle en fibre de papier. Mc Donald's

Depuis le 18 novembre dernier, la chaîne de restauration rapide Mc Donald's propose de nouveaux couvercles pour ses boissons froides, fabriqués en fibre naturelle de papier issus de bois certifié. L'objectif était de supprimer les anciens couvercles en plastique pour les remplacer par un matériel plus respectueux de l'environnement. Plus radical, Mc Donald's ne propose plus de pailles du tout. Le nouveau couvercle doit permettre de déguster sa boisson directement au gobelet.

À partir du 1er janvier 2020, les pailles en plastique, comme la vaisselle jetable, les cotons-tiges et d'autres produits en plastiques à usage unique seront interdis en France. Mc Donald's a du coup anticipé la loi à venir en supprimant les pailles. Cela lui permettra aussi d'éviter les soucis rencontrés au Royaume-Uni : les pailles en plastique ont été remplacées par des pailles en papier... a priori pas recyclables.

La startup Loop et ses emballages durables et réutilisables

Loop

La startup Loop propose depuis mai 2019 de faire livrer, pour le moment à Paris uniquement, des produits alimentaires dans des contenants durables : bocaux en verre, boîtes en métal... Un prix de consigne est prélevé pour chaque produit commandé. Une fois les emballages vides, le client fait une demande de collecte pour qu'un livreur vienne les récupérer directement à domicile. Ils sont ensuite nettoyés et réutilisés pour servir à nouveau.

Plus d'une trentaine de marques jouent actuellement le jeu : Coca-Cola, Pampers, Milka, Tropicana ou encore Nivea Men, The Body Shop ou Ariel pour l'hygiène et la beauté. Carrefour a également recours aux services de Loop pour ses produits de marque propre. La startup vient d'annoncer la mise en place courant 2020 de corners Loop directement dans les magasins de l'enseigne. Ses services en ligne représentent quand même un coût pour les clients, les produits étant en règle générale vendus plus cher qu'en supermarché.

Candia et sa brique de lait sans aluminium et sans suremballage plastique

Candia

Les briques alimentaires, utilisées pour le lait, les jus de fruits ou encore la sauce tomate et la crème fraîche, sont constituées en règle générale de 3 matériaux : du carton, de l'aluminium et du plastique qui sont assemblés en couches. Si le carton est en règle générale bien recyclé, l'aluminium et le plastique sont le plus souvent uniquement incinérés. La marque Candia innove et lance une nouvelle brique : sans aluminium et avec 75% de carton recyclable, issu de forêts gérées durablement.

Il reste tout de même sur la brique encore 25% de plastique, dont 1% d'origine végétale. L'autre nouveauté réside également dans la disparition du film plastique autour du pack servant d'emballage aux 6 briques : il est remplacé par un carton 100% recyclé et recyclable.

La startup Switch Eat et ses emballages comestibles

Switch Eat

Et si la solution pour les emballages des aliments n'était pas tout simplement... de les manger aussi ? La startup Switch Eat propose des pailles, coupelles ou autres bols entièrement comestibles. Les pailles, par exemple, sont fabriquées à l'aide de sucre glace et d'amidon de maïs. Vous pouvez même choisir votre arôme : fraise, chocolat, ou encore pomme. Fabriqués en Espagne, leurs produits sont actuellement vendus essentiellement dans les cafés, hôtels ou restaurants. Un site marchand verra le jour début 2020 pour les commercialiser en ligne.

Vittel et sa bouteille d'eau en plastique 100% recyclé

Vittel

Du plastique, certes, mais 100% recyclé. La marque Vittel a lancé le 18 novembre dernier une nouvelle bouteille d'eau de 75 cl : composée uniquement de bouteilles triées et recyclées, elle est faite en "PET (polyéthylène téréphtalate, ndlr) recyclé". L'objectif étant bien entendu de réduire l'impact des bouteilles plastiques sur l'environnement en favorisant le recyclage. Vittel est une marque du groupe Nestlé, géant de l'agroalimentaire suisse. Son PDG, Mark Schneider, avait communiqué en mai dernier sur ses ambitions environnementales avec l'objectif affiché de "réaliser des emballages 100% recyclables ou réutilisables d'ici 2025" pour l'ensemble des produits.

Coca-Cola et ses packs de canettes sans plastique

Coca-Cola

La marque Coca-Cola a annoncé fin novembre un test sur son marché européen pour supprimer le plastique entourant les canettes vendues par pack : il sera remplacé par un morceau de carton, recyclable, permettant de maintenir les canettes ensemble. Déployé début 2020 d'abord en Irlande, aux Pays-Bas et en Pologne, ce test pourrait être généralisé à tous les pays européens s'il fonctionne.

L'objectif 2025 pour la marque au niveau mondial est d'avoir 100% d'emballages recyclables et collectés et 50% de plastique recyclé pour ses produits. Coca-Cola n'a plus vraiment le choix : avec 988 millions de bouteilles en plastique mises sur la marché chaque année en France selon Challenges (contre près de 2 millards de canettes et 267 millions de bouteilles en verre), l'entreprise représenterait 8% de toutes les bouteilles plastiques vendues dans l'Hexagone.