Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

8 'voitures volantes' qui s'apprêtent à faire décoller le marché de la mobilité urbaine


Le véhicule du constructeur hollandais Pal-V devrait être commercialisé dès 2021. © Capture d'écran YouTube/Pal-V

Fantasmée par des générations de lecteurs de science-fiction, la voiture volante est en passe de faire son apparition dans les grandes métropoles mondiales. À tel point qu'un modèle de conception allemande devrait être commercialisé dès 2021. L'immense majorité des modèles en développement que l'on désigne communément comme des "voitures volantes" ne peut cependant pas rouler. Leur conception se rapproche davantage du petit hélicoptère — bien que très différent en termes de fonctionnement et d'ergonomie — que de la Delorean de "Retour vers le futur".

Il n'empêche que le 30 septembre dernier, la région Île-de-France en partenariat avec la RATP et le Groupe ADP (anciennement Aéroports de Paris) a annoncé la mise en place d'une filière de "mobilité aérienne urbaine", avec en ligne de mire, les Jeux olympiques 2024, prévus à Paris. "La crise sans précédent que connaît le transport aérien a conduit ces derniers mois à orienter les efforts de relance vers la transition environnementale du secteur : faire émerger une aviation décarbonée. Ce nouvel objectif constitue une véritable révolution industrielle qui entraine l'ensemble de la filière aéronautique", a indiqué ADP dans un communiqué.

Le constructeur allemand Volocopter sera partie prenante de cette filière naissante. Son prototype de taxi volant électrique, VoloCity, en sera la tête de gondole puisqu'il effectuera de premiers essais, dès juin 2021, à l'aérodrome de Pontoise. Ce véhicule est à ce jour le seul en cours de certification par l'Agence européenne de la sécurité aérienne.

Cette première initiative ouvre la voie à des projets similaires, qui devraient se multiplier dans les années à venir. Depuis 2010, plus d'une centaine de prototypes de voitures volantes sont élaborés à travers la planète. Des entreprises spécialisées mais aussi des poids lourds de l'aéronautique tels qu'Airbus, Boeing ou même la Nasa s'impliquent dans ce marché à fort potentiel. Selon des analystes de Morgan Stanley, prendre un taxi volant à New York en 2040 sera aussi banal que héler un "cab" jaune aujourd'hui. Le secteur pourrait lui peser entre 118 et 246 milliards d'euros dans vingt ans.

Cette nouvelle technologie sera avant tout utilisée pour des déplacements régionaux ainsi que dans les grandes métropoles ; mais elle pourrait rapidement servir à d'autres usages de fret ou militaires. La grande majorité des voitures volantes en développement ambitionnent de devenir totalement autonome, mais la technologie — qui plus est en environnement urbain varié et complexe — doit encore faire ses preuves.

De nombreux projets sont aujourd'hui à un stade de développement avancé et seront commercialisés durant cette décennie. Business Insider France a sélectionné huit modèles prometteurs de voitures volantes, plus aussi hypothétiques qu'il n'y paraît. Cette sélection est évidemment non exhaustive.

Joby (États-Unis)

Joby Aviation

L'entreprise californienne Joby Aviation a été créée en 2009 et figure parmi les "vétérans" dans le développement de l'aviation électrique. Son statut de poids lourd du secteur lui a permis de réaliser un tour de table de 590 millions de dollars (502 millions d'euros) en janvier 2020. Le constructeur automobile nippon Toyota a participé à hauteur de 394 millions de dollars (335 millions d'euros). Joby a également signé un accord avec Uber, qui souhaite déployer une flotte de taxis volants électriques dès 2023.

Caractéristiques de l'appareil :

Capacité : 4 passagers

Vitesse : 320 km/h

Portée : 240 kilomètres en une seule charge

Date de lancement estimée : 2023

Volocopter (Allemagne)

Volocopter

VoloCity aura sans doute l'honneur d'ouvrir le bal des voitures volantes dans l'Hexagone. L'entreprise allemande Volocopter, créée en 2011, avait conduit la même année un vol d'essai d'un de ses prototypes. La firme a levé 122 millions d'euros depuis son lancement. Le 29 septembre dernier, elle a conclu un accord avec Japan Airlines dans le but de développer une filière de mobilité aérienne urbaine au Japon "d'ici trois ans".

Caractéristiques de l'appareil :

Capacité : 2 passagers

Vitesse : 100 km/h

Portée : 35 kilomètres

Date de lancement estimée : 2023

Jet Racer (France)

Comme nous l'avions déjà évoqué en août 2019 après sa traversée de la Manche en planche volante, l'ingénieur français Franky Zapata travaille sur son propre modèle de voiture volante. Baptisée Jet Racer, cet appareil n'a pour l'heure pas été dévoilé même si son concepteur en a assuré qu'elle était prête et pouvait déjà voler de manière autonome. L'engin utilisera la même technologie de propulsion par turboréacteurs que son invention précédente, le Flyboard. Jet Racer vole pour l'heure au kérosène mais l'équipe de Franky Zapata dit travailler sur un programme de biocarburants. Des essais sont prévus ce mois-ci aux États-Unis et l'appareil devrait être présenté avant la fin de l'année.

Caractéristiques de l'appareil :

Capacité : 1 passager

Vitesse : 300 km/h

Autonomie : 20 minutes

Date de lancement estimée : ?

À lire aussi — La voiture volante financée par le cofondateur de Google vient de recevoir une importante mise à jour, et les gens peuvent la piloter avec moins d'une heure de formation

Pal-V (Pays-Bas)

L'entreprise néerlandaise a pris le terme "voiture volante" au pied de la lettre : sa Pal-V se fraye aussi bien un chemin sur la route qu'entre les nuages. Les concepteurs travaillent sur ce modèle depuis 2008, et la Pal-V a effectué son premier vol en 2012. Équipée d'un seul rotor, elle est capable de décoller sur une route dégagée de 330 mètres. La transformation en modèle volant ou terrestre ne prend que dix minutes. Seul hic à l'heure du tout électrique, l'appareil fonctionne à l'essence. L'avantage que l'entreprise possède sur ses concurrents est que son appareil répond déjà aux normes de sécurité existant dans la plupart des pays : il ne suffirait donc que d'un permis de conduire et de voler pour acquérir l'un des 90 modèles déjà mis en vente. Avec une addition de 500 000 euros. Pal-V devrait être commercialisée dès 2021.

Caractéristiques de l'appareil :

Capacité : 2 passagers

Vitesse max. au sol : 160 km/h. Portée au sol : 1315 kilomètres

Vitesse en vol : 140 à 180 km/h. Portée de vol : 400 à 500 kilomètres

Date de lancement estimée : 2021

Lilium (Allemagne)

Lilium

L'allemand Lilium espère également faire partie des pionniers du secteur. La promesse de son Lilium Jet, élaboré depuis 2016 et composé de 36 moteurs électriques, a aiguisé l'appétit des actionnaires : l'entreprise allemande a levé 240 millions de dollars (204 millions d'euros) en mars dernier, avec le géant chinois Tencent comme premier investisseur.

Caractéristiques de l'appareil :

Capacité : 4 passagers (et un pilote)

Vitesse : 300 km/h

Autonomie : 60 minutes

Date de lancement estimée : 2025

Uber Air (États-Unis)

Uber

Le leader mondial des VTC entend bien se tailler la part du lion dans le prochain marché de la mobilité aérienne urbaine. La firme avait déjà lancé Uber Copter à New York en octobre 2019 en affrétant des hélicoptères pour relier Manhattan à l'aéroport John Fitzgerald Kennedy. Concernant Uber Air, son projet de taxis volants, l'entreprise voit beaucoup plus grand. Ayant conclu des accords avec huit constructeurs — dont Joby Aviation, Bell et Aurora — Uber espère ouvrir le bal à Dallas (Texas), Los Angeles (Californie) et Melbourne (Australie) dès 2023. L'entreprise basée à San Francisco n'entend pas fabriquer d'appareil de son propre chef, mais a déjà communiqué les principales caractéristiques de ses futurs engins. Ceux-ci seront électriques et auront vocation à être autonomes, bien qu'un pilote pourra assurer la relève en cas de besoin.

Caractéristiques de l'appareil :

Capacité : 4 passagers (et un pilote)

Vitesse : 241 km/h

Portée : 96 kilomètres

Date de lancement estimée : 2023

À lire aussi — Le fonds de capital-risque d'Airbus vient d'investir dans un outil de gestion de flottes autonomes — et c'est un pas de plus vers la voiture volante

Aurora (Boeing) (États-Unis)

Les géants de l'aéronautique voient dans ce marché une diversification bienvenue de leur activité, à l'heure où leurs avions, cloués au sol du fait de la pandémie, sont également pointés du doigt pour leur empreinte écologique. C'est dans cette optique que l'américain Boeing a acquis Aurora Flight Sciences en 2017. La filiale basée en Virginie développe depuis 2019 le Passenger Air Vehicle (PAV) ; son appareil devrait être totalement autonome et prendre son envol en 2024.

Pourtant, le doute plane sur la viabilité du projet : financièrement bousculé par le Covid-19 et les interdictions de vol de ses 737 Max, Boeing a annoncé mi-septembre se séparer de la filiale qui chapeautait le projet, Boeing NeXt. La firme a toutefois confirmé sa volonté de continuer de travailler avec Aurora, sans s'épancher sur la pérennité du projet PAV. Cela n'a pas empêché Boeing de révéler, un mois plus tard, avoir conclu un partenariat avec Porsche pour explorer des possibilités de mobilité aérienne "premium". Affaire à suivre donc.

Caractéristiques de l'appareil :

Capacité (deux modèles) : 2 et 4 passagers

Vitesse : 180 km/h

Portée : 80 kilomètres

Date de lancement estimée : 2024

Bell (États-Unis)

L'avionneur américain Bell a de son côté révélé son prototype Nexus4EX lors du Consumer Electronics Show de Las Vegas en janvier dernier. Entièrement électrique, il peut s'élever et sillonner les airs grâce à quatre hélices capables de pivoter à 90 degrés. La filiale de Textron travaille également sur deux autres modèles similaires.

Caractéristiques de l'appareil :

Capacité (deux modèles) : 4 passagers et un pilote

Vitesse : 241 km/h

Portée : 97 kilomètres (241km en hybride-électrique)

Date de lancement estimée : 2025

À lire aussi — VIDEO: Aston Martin se lance dans la course à la voiture volante — voici le projet du constructeur anglais pour concurrencer Airbus et Uber

Découvrir plus d'articles sur :