Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

9 conseils pour ne pas vous faire avoir par des contrefaçons de sacs ou chaussures de luxe

9 conseils pour ne pas vous faire avoir par des contrefaçons de sacs ou chaussures de luxe
© Gyorgy Bakos/Unsplash

Matériaux de meilleure qualité, copies quasi conformes, prix toujours plus attractifs : les fabricants de contrefaçons d'articles de luxe redoublent d'efforts pour multiplier les arnaques. Mais au-delà de l'aspect juridique, ces articles représentent un réel danger pour la santé et la sécurité des consommateurs. Le commerce des produits de contrefaçons a atteint un record de 460 milliards d'euros par an, selon un rapport de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) et de l'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) publié en mars 2019.

Au sein de l'Union européenne seulement, les marchandises contrefaites atteignent 121 milliards d'euros, soit 6,8% du total des importations de l'Union européenne. Ce chiffre est en "forte hausse" par rapport aux 5% estimés dans le rapport de 2016. Et la contrefaçon, ce n'est plus seulement les sacs Louis Vuitton vendus à la sauvette à la sortie du métro, les arnaques se font désormais sur internet sur des sites de revente d'articles d'occasion, et peuvent rapporter gros aux faussaires.

A lire aussi — Voici pourquoi les millennials adorent Gucci

Business Insider France a interrogé Jérôme Lalande, un expert en haute maroquinerie. Selon lui, il existe deux types de contrefaçons : "Celles du marché de Vintimille ou du souk de Marrakech qui sont peu chères, mal faites mais le client sait ce qu'il achète ; et celles qui sortent de vraies unités de fabrication, qui ont une très forte valeur de revente et dont les fabricants ont pour but de tromper le client." Ces dernières sont beaucoup plus difficiles à repérer car les contrefacteurs s'alignent sur les prix du marché de la revente. "Il existe de très belles contrefaçons qui viennent de Turquie, et même d'Italie ou de France. Ce sont de vrais selliers et ils savent que ce n'est pas rentable de faire une belle contrefaçon qu'ils vont vendre 500 euros, donc ils les vendent beaucoup plus cher."

Parmi les marques de maroquinerie les plus copiées, on retrouve en tête d'affiche Chanel, Hermès et Louis Vuitton. "Il y a un deuxième peloton avec Fendi, Dior et Gucci. Saint-Laurent l'est beaucoup moins", précise l'expert.

Business Insider France vous donne 9 conseils pour repérer les contrefaçons d'articles de luxe.

Savoir sélectionner le vendeur

John Schnobrich/Unsplash

Jérôme Lalande met en garde contre les vendeurs particuliers et recommande de passer par une plateforme spécialisée dans les articles de seconde main, ne serait-ce que pour avoir une trace de paiement. "On n'achète/ne vend pas de sac Birkin à 6 000 euros sur le Bon Coin", affirme-t-il. Depuis le 1er septembre 2019, il est d'ailleurs interdit de payer plus de 1 000 euros en espèces lorsque l'on est résident fiscal français. Les plateformes de revente garantissent également des politiques d'échange, ce qui laisse quelques jours à l'acheteur pour se rétracter en cas de doute.

Demander une facture

Michael Walter/Unsplash

Les acheteurs doivent absolument avoir une trace du paiement. "Un particulier, au même titre qu'un professionnel, peut demander une facture" lors d'un achat de seconde main, explique Jérôme Lalande. En outre, un particulier qui a acheté un article de luxe il y a moins de 10 ans peut demander un double de la facture auprès de l'enseigne et donc vous la fournir facilement.

Se méfier des prix trop attractifs

Kevin Grieve/Unsplash

Il faut se renseigner sur le prix du marché avant d'acheter un objet de luxe, en comparant par exemple avec le prix de l'objet neuf ou son prix de revente sur les sites de seconde main. Un indicateur primordial pour Jérôme Lalande : "On n'achète pas un sac Hermès 2 000 euros alors qu'il en vaut 8 000." En bref, les trop bonnes affaires n'existent pas, surtout pour des pièces récentes.

Se renseigner sur l'origine du produit

James Ree/Unsplash

Il ne faut pas hésiter à discuter avec le vendeur et lui demander si c'est bien lui/elle qui l'a acheté, quand, pour quelle raison il/elle le vend. Jérôme Lalande met aussi en garde contre une pratique très courantes dans la vente de contrefaçons : "On va souvent vous dire que c'était un cadeau pour justifier l'absence de facture. Il faut se méfier de cette excuse, même si cela est parfois vrai."

A lire aussi — Ce que l'on sait déjà sur Fenty, la maison de couture de Rihanna

Repérer les numéros de série

La plupart des articles de luxe ont un numéro de série ou de production, c'est le cas des articles Chanel. Capture d'écran YouTube/Luiza Brands

La maison Chanel inscrit un numéro de série unique dans chacun de ses articles de maroquinerie ou dans ses chaussures. Les articles Louis Vuitton, Dior et Céline ont quant à eux un numéro de production. Néanmoins, toutes les enseignes de luxe ne proposent pas de numéro de série, comme le précise Jérôme Lalande : "Vous ne trouverez jamais de numéro de série sur un sac Hermès."

Demander une carte d'authenticité... mais pas toujours

Wikimedia Commons

Dior, Céline, Chanel et Gucci fournissent une carte d'authenticité. Mais ce n'est pas le cas de toutes les maisons de couture. Hermès et Louis Vuitton n'en proposent pas. Fuyez donc si on vous propose une carte d'authenticité pour un sac Kelly de chez Hermès. Et attention, de plus en plus d'articles contrefaits sont vendus avec des fausses cartes d'authenticité. Il ne faut donc pas se contenter de cela.

Regarder la tenue de la pièce

Alfonso Ramirez/ Unsplash

Il s'agit sûrement de la partie la plus délicate et pour cause, c'est un vrai travail d'expert. "Il faut regarder notamment du côté du cuir s'il n'y a pas de trace, de veine ou d'endroits fripés", explique Jérôme Lalande. "Les cuirs utilisés par les maisons de luxe sont très réguliers." Et il en va de même pour les accessoires. "Hermès et Chanel utilisent du plaqué or dont ça n'est pas normal si les pièces s'usent." Il faut également prêter attention aux finitions, c'est en général ce qui trahit les articles contrefaits : "Les coutures suivent les lignes de fabrications, il n'y a aucune raison qu'il y ait des fils qui pendent", poursuit l'expert. "Les faussaires misent beaucoup sur l'extérieur parce que c'est bling bling mais il faut regarder attentivement l'intérieur, la qualité de la doublure, des finitions, on ne doit voir aucune trace de colle et le système zip doit être parfaitement monté."

Attention au packaging

Un packaging d'article Louis Vuitton. Richard, enjoy my life!/Flickr

Si un packaging de mauvaise qualité peut-être un indicateur, les faussaires fournissent de plus en plus de faux articles de luxe avec des vrais boîtes et dustbag achetés sur eBay ou récupérés d'autres articles de luxe."Vous pouvez trouver des boîtes Hermès à 30 euros sur eBay, donc certains fabricants préfèrent acheter un vraie boîte et la fournir avec un faux sac pour qu'il paraisse plus vrai", explique Jérôme Lalande.

Faire authentifier en magasin ?

Wikimedia Commons/Gryffindor

Ce conseil est surtout valable une fois que la pièce est en votre possession. Cependant toutes les enseignes n'acceptent pas de faire authentifier un objet d'occasion s'il n'a pas été acheté en magasin. "Les marques ne sont pas là pour développer le marché de la seconde main, et ce n'est pas le métier des vendeurs", précise Jérôme Lalande. Vous pouvez toujours essayer de demander avec le sourire !

Découvrir plus d'articles sur :