Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Il y a une raison économique qui explique pourquoi 9 joueuses de football sur 10 arrêtent leur carrière professionnelle plus tôt

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Il y a une raison économique qui explique pourquoi 9 joueuses de football sur 10 arrêtent leur carrière professionnelle plus tôt
© REUTERS/Toussaint Kluiters

Dans le football professionnel, il y a les stars comme le Brésilien Neymar, l'Argentin Lionel Messi ou le Français Antoine Griezmann.

Et il y a tous les autres, une somme d'inconnus pour le grand public, dont les joueuses professionnelles.

Pourtant, le football féminin est en forte progression: le nombre de licenciées grimpe (de 18.000 à 130.000 en France en 25 ans), les clubs se structurent pour monter des équipes professionnelles féminines et les compétitions les plus prestigieuses sont mêmes désormais retransmises à la télévision, en prime-time.

Mais derrière la vitrine, le gouffre entre joueurs et joueuses professionnel(le)s est immense.

Quand les salaires chez les hommes atteignent parfois des sommes astronomiques, certaines femmes, qui ont pourtant signé un contrat avec une équipe, ne sont tout simplement pas payées.

En effet, selon sondage de FIFPro, le syndicat international des joueurs et joueuses de football professionnel-le-s, 50% d'entre elles déclarent ne pas toucher de salaire.

Ajouter au fait que certaines joueuses décident de mettre en parenthèses leur carrière pour fonder une famille, il n'est dès lors pas étonnant de constater que 87% des footballeuses interrogées choisissent de mettre fin à leur carrière plus tôt.

"Notre étude montre combien il est difficile, même pour les joueuses de l'équipe nationale de faire une carrière dans le football", explique le secrétaire général de la FIFPro Theo van Seggelen, cité dans un communiqué.

"Les joueuses qui consacrent des années de leur vie pour arriver au sommet du jeu ont sûrement droit à une tranche plus équitable des revenus du football."

Sur les 3000 joueuses interrogées, dans 33 pays dont la France, 35% affirment ne pas être payées non plus pour jouer en équipe nationale.

Découvrir plus d'articles sur :