Voici ce qu'il faut savoir sur le G20 qui réunit Donald Trump, Vladimir Poutine et le prince ben Salmane en Argentine

Le prince saoudien Mohammed ben Salmane (g.) et le Ministre argentin des Affaires étrangères (centre), à Buenos Aires, Argentine, 28 novembre 2018. Argentine G20 via REUTERS

Les dirigeants des 20 premières économies mondiales ont convergé vers Buenos Aires, en Argentine, où s'ouvre aujourd'hui le 10e sommet du G20.

Vendredi 30 novembre et samedi 1er décembre, les dirigeants des 19 pays membres et de l'Union européenne discuteront d'emploi et d'innovation, de financement d'infrastructures en faveur du développement et de l'agriculture durable — ce sont les priorités fixées par la présidence argentine.

Mais de nombreux chefs d'Etat et de gouvernement en profiteront également pour tenir des rencontres en aparté alors que la situation géopolitique et économique mondiale est extrêmement tendue. 

Quelles rencontres faut-il surveiller, quelles annonces peut-on espérer, quels dénouements attendre? Voici un guide super rapide sur ce qui va se passer au G20 2018 à Buenos Aires. 

Une rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping en vue d'un éventuel accord

Le président chinois Xi Jinping. REUTERS/Juan Medina

C'est la rencontre-clé de ce sommet. Après une escalade commerciale entre les deux nations, les présidents américains et chinois parviendront-ils à apaiser leurs relations? En amont, Donald Trump a déclaré être "très préparé, je m'y suis préparé toute ma vie", rapporte Bloomberg. Le président des Etats-Unis affirme aussi que la Chine "a furieusement envie de conclure un accord". Cette dernière, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, a fait savoir qu'elle "espère que la rencontre Xi-Trump se déroule[ra] sans accroc". Mais certains observateurs doutent que les discussions aboutissent à un accord.

Des tensions entre Donald Trump et le président russe Vladimir Poutine

Vladimir Poutine salue Donald Trump lors du Centenaire de la Première guerre mondiale, à Paris, le 11 novembre 2018. Ludovic Marin/Pool via REUTERS

A la dernière minute, jeudi soir, Donald Trump a annoncé qu'il annulait la rencontre prévue avec le président russe Vladimir Poutine en marge du sommet samedi, en raison de la crise en Ukraine. Le Kremlin avait annoncé un peu plus tôt dans l'après-midi que la rencontre serait bien maintenue, mais le président américain semble avoir voulu mettre ses menaces proférées mardi à exécution. 

Le retour du prince saoudien Mohammed Ben Salmane sur la scène internationale

Le prince saoudien Mohammed ben Salmane (g.) et le Ministre argentin des Affaires étrangères (centre), à Buenos Aires, Argentine, 28 novembre 2018. Argentine G20 via REUTERS

Le jeune prince héritier saoudien Mohamed ben Salman, dit "MBS", est soupçonné d'avoir commandité l'assassinat du chroniqueur Jamal Khashoggi dans le consulat du royaume en Turquie. L'incident a entraîné une condamnation de la communauté internationale, à l'exception notable de Donald Trump. Le G20 pourrait être l'occasion d'entamer sa réhabilitation — ou pas. Il va s'entretenir avec le président russe Vladimir Poutine et le président de la République française Emmanuel Macron, mais a priori pas avec Donald Trump.

Un communiqué final discret sur le protectionnisme

Usine ArcelorMittal à Sestao, Spain. REUTERS/Vincent West

Le projet de communiqué final vu par le Financial Times présage d'une "remise en question" de la position anti-protectionniste historique du G20, avertit le quotidien économique:

"Le projet de déclaration ne contient aucun engagement explicite à lutter contre le protectionnisme. Le langage anti-protectionniste est l'une des principales promesses du G20 depuis la création du forum il y a dix ans, au plus fort de la crise financière."

Le texte provisoire appelle simplement à "reconnaître l'importance du système commercial multilatéral" et à "travailler pour maintenir les marchés ouverts et assurer des conditions de concurrence équitables."

Le texte pourrait encore changer.

Des manifestations dans Buenos Aires

REUTERS/Marcos Brindicci

Des manifestations contre les mesures sécuritaires dans la ville en état de siège ont éclaté après un match de foot entre deux équipes argentines disputant la Copa Libertadores, rapporte Euractiv. Mais ce sont surtout les mesures d'austérité prises par le nouveau gouvernement de Mauricio Macri sous la pression du Fonds monétaire international (FMI) qui cristallisent le mécontentement des manifestants. L'Argentine traverse une crise économique majeure, avec une inflation annuelle de 45%.

Une manifestation prévue vendredi devrait réunir altermondialistes argentins et internationaux. "Pour qu'elle soit réussie, il importe qu'elle se déroule sans casse", note RFI.

L'Europe seule contre tous 

Emmanuel Macron à Buenos Aires, en amont du G20, 29 novembre 2018. REUTERS/Agustin Marcarian

L'Europe espère mettre la pression sur la Russie après les incidents en Ukraine. L'Europe essaiera aussi de défendre le multilatéralisme, comme le souhaite Emmanuel Macron. Mais elle pourrait se retrouver bien seule si la Chine et les Etats-Unis ne parviennent pas à s'entendre.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : On vous présente le jeune prince héritier saoudien qui pourrait remanier le Moyen-Orient après avoir connu une ascension fulgurante

VIDEO: Cette startup française fait pousser des fraises en ville dans d'immenses containers hermétiques — voici à quoi ils ressemblent de l'intérieur

Contenu Sponsorisé

4 méthodes simples pour mieux gérer son temps et prendre des décisions rapidement

  1. guy chaix

    on veut nous faire croire q'on va sauver la planète avec une politique de libre échange

  2. Lol

    Escroc, assassins, pilleurs de richesses se rencontrent

Laisser un commentaire