Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Un intermédiaire dit publiquement avoir remis en main propre de l'argent à Nicolas Sarkozy pour sa campagne de 2007

Un intermédiaire dit publiquement avoir remis en main propre de l'argent à Nicolas Sarkozy pour sa campagne de 2007
© Nicolas Sarkozy, lors dune conférence au siège Les Republicains le 9 novembre 2016.

L'homme d'affaires Ziad Takieddine affirme avoir remis trois mallettes d'argent libyen à Claude Guéant et à Nicolas Sarkozy avant la présidentielle de 2007, ce que l'ancien chef de l'Etat et son ancien directeur de campagne démentent formellement.

Dénonçant une "manipulation", les avocats des deux hommes ont annoncé des poursuites contre l'intermédiaire franco-libanais.

Dans un entretien filmé accordé au site d'informations Mediapart, diffusé mardi, Ziad Takieddine, mis en examen dans d'autres dossiers, précise que le montant total de ces remises d'argent s'élevait à 5 millions d'euros.

Il s'en prend violemment à l'ancien chef de l'Etat aujourd'hui candidat à la primaire présidentielle de la droite pour 2017, dont le premier tour aura lieu dimanche prochain.

Ziad Takieddine déclare avoir remis de l'argent à deux reprises en 2006 à Claude Guéant, lorsque ce dernier était directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur qu'était Nicolas Sarkozy, dans son bureau de la place Beauvau, puis une troisième fois, en janvier 2007, au candidat à la présidence en personne, dans l'appartement privé du ministre.

"Nicolas Sarkozy oppose un démenti formel à ces nouvelles allégations", déclare son avocat, Me Thierry Herzog, dans un communiqué. "Des poursuites judiciaires seront donc engagées en réponse à cette manipulation grossière", ajoute-t-il.

Une information judiciaire contre X a été ouverte le 19 avril 2013 par le parquet de Paris sur un possible financement libyen de sa campagne en 2007. Elle porte sur les chefs de "corruption active et passive", "trafic d'influence, faux et usage de faux", "abus de biens sociaux", "blanchiment, complicité et recel de ces délits".

Ziad Takieddine avait déjà accusé Nicolas Sarkozy devant la justice ou la presse d'avoir bénéficié de largesses de Tripoli mais il n'avait jamais indiqué avoir lui-même livré de l'argent.

L'un de ses avocats, Jean-Claude Guidecelli, juge ses déclarations à Mediapart crédibles.

"Ça ne s'invente pas. Il se met lui-même dans de sales draps (en avouant avoir transporté l'argent, NDLR) et on peut considérer qu'il a pesé le pour et le contre", a-t-il dit à Reuters.

Ziad Takieddine été mis à plusieurs reprises en examen en France, notamment dans le volet financier de l'affaire Karachi pour laquelle le parquet général de Lyon a requis le 5 novembre son renvoi en correctionnelle avec cinq autres personnes.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :