A Londres, Emmanuel Macron a dragué les banquiers pour les faire venir à Paris après le Brexit

Emmanuel Macron le 21 février 2017. REUTERS/Toby Melville

Emmanuel Macron veut attirer les meilleurs talents londoniens de la finance à Paris, à l'aune du Brexit.

L'ancien ministre de l'économie a passé mardi 21 février à Londres. Il a rencontré des politiques, dont la Première ministre Theresa May, mais il avait un message très clair à faire passer pour ceux qui sont ont été déçus par le Brexit : "Venez en France."

Après son rendez-vous avec Theresa May, Macron a visé les femmes et hommes qui travaillent dans la finance :

"Je prendrai une série d'initiatives, pour que les personnes talentueuses dans la recherche et d'autres domaines ici puissent venir travailler en France... Je veux des banques, des talents, des chercheurs, des académiciens", a dit Macron devant le 10 Downing Street à Londres.

"Je pense que la France et l'Union européenne sont un espace très attractif en ce moment. Du coup, dans mon programme, je ferais tout pour les rendre attractifs et prospères", a-t-il continué.

Paris fait du lobby en faveur des banques basées au Royaume-Uni, les investisseurs et les institutions financières, alors que le Brexit en pousse beaucoup à chercher ailleurs où mettre leur siège européen.

Depuis que Theresa May a fait son grand discours pour signaler que le Royaume-Uni allait quitter le marché commun européen, les dirigeants de JPMorgan, HSBC et UBS ont tous dit qu'ils allaient probablement délocaliser des emplois de Londres.

Pendant ce temps, Goldman Sachs se préparerait également à déplacer ses salariés, et la France veut se positionner en première destination envisageable.

Le lobby Europlace a lancé une offensive de "charme" pour séduire les banques basées à Londres, à grands coups de conférences de presse dans des lieux huppés de la capitale anglaise et de meetings privés. 

Ces lobbyistes ne vantent pas seulement les mérites de Paris en tant que bon environnement de travail mais aussi sa culture, son art de vivre, sa sécurité sociale — mentionnant même le fait que la ville est "parfaite pour les escapades amoureuses".

"Quand est-ce que vous avez organisé un petit voyage en amoureux à Francfort?", avait déjà appuyé ironiquement Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, quelques semaines plus tôt à Londres.

Version originale : Will Martin/Business Insider UK

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Un proche d'Emmanuel Macron pense que la Russie a lancé une campagne de déstabilisation contre le candidat à la présidentielle

VIDEO: Comment le rouge et le vert sont devenus les couleurs de Noël