Publicité

'À quelques mutations près', le Covid-19 pourrait échapper aux vaccins, selon l'autorité sanitaire américaine

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La directrice du CDC, Rochelle Walensky. © Chip Somodevilla/Getty Images
Publicité

Selon la directrice des Centres de prévention et de contrôle des maladies (Centers for Disease Control and Prevention — CDC) aux États-Unis, le coronavirus pourrait être à quelques mutations près capable d'échapper aux vaccins existants contre le Covid-19. "Les vaccins fonctionnent très bien et nous protègent contre les maladies graves et la mort, mais la grande préoccupation est que le prochain variant qui pourrait émerger — à quelques mutations près — pourrait potentiellement leur échapper", a déclaré Rochelle Walensky, directrice des CDC, lors d'un point presse mardi 27 juillet.

Elle a toutefois ajouté que "pour l'instant, nous n'en sommes heureusement pas là", car les vaccins actuels contre le Covid-19 "fonctionnent très bien et nous protègent contre les maladies graves et les décès".

À lire aussi — Les personnes vaccinées peuvent aussi propager le variant Delta, selon l'autorité sanitaire américaine

Les cas de coronavirus répondant au variant Delta, hautement transmissible, ont augmenté aux États-Unis et dans le monde entier, principalement chez les personnes non vaccinées. Au cours du mois dernier, la moyenne des nouveaux cas quotidiens aux États-Unis a quintuplé, passant de 11 887 le 26 juin à 56 635 lundi 26 juillet.

Les CDC ont annoncé mardi 27 juillet que les personnes infectées par le variant Delta, vaccinées ou non, ont une charge virale plus élevée (ce qui signifie qu'elles sont porteuses d'une plus grande quantité de virus) que les autres versions du coronavirus. Cela signifie que même les personnes vaccinées peuvent transmettre le virus à d'autres personnes, comme le font les personnes non vaccinées.

Plus de transmission signifie plus de mutations

Byron Saunders tient la main de sa femme Joyce alors qu'elle reçoit le vaccin Pfizer à Seattle, Washington, le 13 mars 2021. Jason Redmond/AFP/Getty Images

Tous les virus changent au fil du temps lorsqu'ils se répliquent à l'intérieur d'un hôte infecté. Ainsi, d'innombrables versions du coronavirus circulent, chacune se distinguant par une poignée d'infimes modifications de son code génétique. Nombre d'entre elles n'ont pas de réel impact sur la santé publique, mais plus un virus infecte de personnes, plus il a de chances de muter en un nouveau variant dangereux.

"Le plus gros problème à l'heure actuelle est le nombre de personnes infectées par le virus et, par conséquent, le nombre de variants générés", a déclaré à Insider Andrew Read, qui étudie l'évolution des maladies infectieuses à l'université d'État de Pennsylvanie. "Certains d'entre eux pourraient encore plus virulents que le variant Delta".

Jacquie Carney, sept ans, court pour étreindre sa grand-mère, Donna Vidrine, à son arrivée à Los Angeles, le 23 novembre 2020. Allen J. Schaben/Los Angeles Times/Getty Images

Aucun variant du coronavirus repéré jusqu'à présent n'est plus préoccupant que Delta, qui a été identifié pour la première fois en Inde cet hiver. Les responsables de l'Organisation mondiale de la santé ont récemment qualifié le variant Delta de variant le plus "robuste" à ce jour, car il se propage plus facilement, peut entraîner des cas plus graves et un risque accru d'hospitalisation que d'autres variants comme Alpha, le variant découvert au Royaume-Uni.

Qui plus est, de nouvelles recherches indiquent qu'une seule dose de vaccin ne résiste pas aussi bien au variant Delta qu'à d'autres souches de coronavirus. Des analyses récentes de Public Health England ont révélé que deux doses du vaccin Pfizer étaient efficaces à 88% pour prévenir les Covid-19 symptomatiques de Delta, alors qu'une seule dose n'était efficace qu'à 33%. En comparaison, l'efficacité contre la souche originale était de 95%, avec 52% après une seule injection.

Même si le variant Delta est déjà le plus transmissible, Andrew Read a indiqué qu'il pouvait encore acquérir des combinaisons de mutations qui le rendraient encore plus apte à se propager — ce qu'il a appelé un variant "Delta +". Il est également possible que deux variants distincts — Delta et Alpha, par exemple — combinent leurs mutations pour produire une souche encore plus infectieuse.

Des personnes marchent à Burlington, dans le Vermont, le 28 juin 2021. Ed Jones/AFP/Getty Images

La raison pour laquelle un futur variant pourrait échapper aux vaccins est que les injections ciblent toutes la protéine spike du coronavirus, les bosses pointues en forme de couronne à la surface du virus qui l'aident à envahir nos cellules. Si des mutations multiples qui changent la donne modifient les caractéristiques de cette protéine, les anticorps induits par les vaccins pourraient ne pas être en mesure de reconnaître ou de combattre correctement le nouveau variant.

Les virologues appellent "mutants d'échappement" les variants d'un virus qui échappent aux défenses immunitaires que nous avons mises en place. Si le virus continue à se propager et à muter rapidement, de tels mutants d'échappement pourraient être à portée de main, a précédemment indiqué à Insider Ravindra Gupta, professeur de microbiologie à l'université de Cambridge. "Nous ne sommes pas nécessairement très éloignés de virus qui échapperaient complètement aux vaccins", a-t-il déclaré.

Version originale : Natalie Musumeci, Aylin Woodward, Aria Bendix, ainsi que Hilary Brueck/Insider

À lire aussi — Covid-19 : voici à quelle condition le vaccin de Pfizer est très efficace contre le variant Delta

Découvrir plus d'articles sur :