Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

A Singapour, les données de l'application de suivi des cas contacts accessibles à la police

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

A Singapour, les données de l'application de suivi des cas contacts accessibles à la police
L'application a été téléchargée par 80% de la population. © ChannelNewsAsia/YouTube

L'application de suivi des contacts de Singapour, TraceTogether, fait l'objet d'un examen minutieux alors que le pays a révélé que les données de l'application pouvaient être consultées dans le cadre d'enquêtes criminelles par la police locale. Une mise à jour de la politique de confidentialité de TraceTogther, lundi, permet désormais à la police de Singapour d'accéder aux données de l'application, rapporte Engadget.

Jusqu'à présent, environ 80% des 5,6 millions de Singapouriens ont téléchargé l'application de traçage. Le gouvernement de Singapour avait précédemment indiqué aux citoyens que le téléchargement de l'application serait nécessaire pour assouplir les restrictions. Mais si l'utilisation généralisée de l'application s'avère utile pour le traçage des contacts, les défenseurs de la vie privée soulignent les questions centrales de protection de la vie privée liées aux récentes mises à jour.

De nombreux Etats ont développé des applications de recherche de contacts avec les systèmes de notification d'exposition au virus d'Apple et de Google (Exposure Notification System), qui anonymisent les informations des utilisateurs. En revanche, l'application TraceTogether a opté pour le protocole BlueTrace, que Singapour a développé lui-même.

Dans le système de Singapour, le compte-rendu des contacts de l'utilisateur est téléchargé sur un serveur géré par le ministère de la Santé. Le gouvernement avait précédemment déclaré que les données collectées par l'application ne seraient stockées que pendant 25 jours, et que toutes les données seraient cryptées afin d'empêcher l'accès de services tiers.

A lire aussi — TikTok est visé par une plainte d'une Anglaise de 12 ans en raison de la manière dont il traite les données des enfants

Mais depuis la mise à jour de l'application du 4 janvier, les données peuvent "être utilisées dans des circonstances où la sécurité des citoyens est ou a été affectée". La nouvelle politique de confidentialité prévoit que "les officiers de police autorisés peuvent invoquer le Code de procédure pénale pour demander aux utilisateurs de télécharger leurs données TraceTogether dans le cadre d'enquêtes criminelles".

Engadget rapporte qu'aucune version précédente de la politique de confidentialité ne mentionnait que la police avait accès aux données collectées par TraceTogether, et avant lundi, le site web de l'application indiquait que "les données ne seront utilisées que pour la recherche des contacts Covid-19".

Le paragraphe a été ajouté à la politique de TraceTogether après une question du député singapourien Christopher de Souza, lundi, au ministre de l'Intérieur Desmond Tan : il demandait si la police pouvait accéder aux données et quelles étaient les garanties de confidentialité.

"Nous n'excluons pas l'utilisation des données de TraceTogether dans des circonstances où la sûreté et la sécurité des citoyens sont ou ont été affectées, et cela s'applique également à toutes les autres données", a répondu Duncan Tan.

Les Singapouriens avaient auparavant exprimé des opinions mitigées sur l'application TraceTogether et l'utilisation générale du suivi des contacts pour gérer l'épidémie. Une étude de mai 2020 d'un groupe de réflexion indépendant du pays, Institutes of Policy Study, sur l'utilisation de la surveillance de la population pour lutter contre le Covid-19, a révélé qu'environ 50 % de la population était "d'accord pour que les données de leur téléphone portable soient suivies sans leur consentement". Cependant, 87% des personnes interrogées étaient "d'accord pour imposer une surveillance stricte aux personnes qui doivent être mises en quarantaine".

Singapour a rapporté moins de 50 cas de coronavirus par jour depuis le 14 septembre, et a connu deux décès liés au Covid-19 lors de la même période.

Version originale : Azmi Haroun/Business Insider

A lire aussi — Voici comment limiter la publicité ciblée sur votre téléphone et les réseaux sociaux

Découvrir plus d'articles sur :