Naviguer sur internet sans pub coûterait 8€/mois en théorie mais vos données valent sûrement bien plus

Un internet sans publicité est le rêve de millions d'internautes. Mais combien seraient-ils prêts à payer pour cela? REUTERS/Juan Medina/File Photo

Un internet sans publicité, modèle économique des grandes plateformes et de nombreux sites, est un rêve commun aux opposants aux annonces et aux défenseurs de la vie privée. Un sondage BVA-La Dépêche de 2018 révélait que 77% des Français se disent inquiets de l’utilisation que pouvaient faire des grandes entreprises commerciales de leurs données numériques personnelles. Même l'une des personnalités les plus respectées dans la tech —  Tim Berners-Lee, l'inventeur du world wide web (www) il y a 30 ans — a ainsi pris position il y a quelques mois pour redonner aux utilisateurs leurs données et les conserver loin du ciblage publicitaire de Facebook et Google, rapporte le site américain Cnet. Ces deux géants concentreraient 50% du marché mondial.

Revers de la médaille, avec un internet sans publicité, il faudra payer pour une navigation jusque-là entièrement gratuite, en excluant le prix d'un forfait d'accès à internet, mobile ou fixe. Dans ce contexte de protection des données personnelles, deux sénateurs américains viennent de déposer une proposition de loi qui obligerait des entreprises comme Facebook, Google et Amazon à divulguer la valeur de vos données. Partant de cette initiative, le site tech Vox a estimé qu'un Américain devrait débourser en absolu 35  dollars par mois pour avoir internet sans publicité. Si on fait le même travail pour la France, on arrive à une hypothèse de 8 euros par mois.

Le coût d'un utilisateur américain est deux fois plus élevé qu'un Espagnol

Comment arrive-t-on à ces montants? En divisant les investissements publicitaires sur internet aux Etats-Unis (106 milliards de dollars selon  l'agence médias Zenith) et en France (5 milliards d'euros selon l'Observatoire de l'e-pub) par le nombre d'adultes américains (250 millions) et français (50 millions). Au Royaume-Uni, en 2014, une étude estimait que le prix à dépenser serait de 170 euros, relevait à l'époque le journal français Le Monde.

Il faut néanmoins tempérer ces chiffres d'un monde numérique sans pub. Comme l'indique Vox, le montant qu'ils ont calculé ne prend pas en compte plusieurs critères, dont l'usage différent d'internet par chacun, le bénéfice de services utilisant des données de géolocalisation par exemple ou encore la valeur monétaire qui est sûrement bien supérieure de vos données selon votre profil (âge, profession, statut conjugal...). Des chercheurs de l'Université de Madrid ont ainsi trouvé que sur Facebook le coût d'un utilisateur américain est deux fois plus élevé qu'un Espagnol, rapportait en 2017 Sciences et Avenir.

En France, l'association UFC-Que choisir réclame 1 000 euros d'indemnités à Google pour chaque utilisateur pour violation de leur vie privée — sans préciser la manière dont elle arrive à ce montant.

Les régulateurs nationaux et communautaires se penchent de plus en plus sur la publicité en ligne. La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) a infligé une amende record de 50 millions d'euros à Google pour la manière dont le géant américain des nouvelles technologies traite les données de ses utilisateurs. En début d'année, ce sont les autorités européennes de la concurrence qui ont infligé à Google une nouvelle amende de 1,49 milliard d'euros pour abus de position dominante de sa plateforme publicitaire AdSense.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Google Maps compterait des millions d'adresses de faux commerces

Voici pourquoi les humains ont toujours des canines pointues