La Commission européenne vient de prendre une décision-clé pour pousser la R&D dans le traitement de l’insomnie

Pas de soucis d'insomnie pour cet agent municipal qui fait une sieste dans un parc de Pékin. REUTERS/Jason Lee

La Commission européenne a annoncé vendredi autoriser, sous conditions, l'acquisition du groupe suisse de biotechnologies Actelion par l'américain Johnson & Johnson.

Actelion avait annoncé l'opération, d'un montant de 30 milliards de dollars, en janvier 2017.

Bruxelles a toutefois posé quelques conditions car un domaine particulier l'inquiétait: le développement de médicaments innovants contre l'insomnie — domaine où les deux entreprises pharmaceutiques sont en concurrence.

La Commission européenne explique dans un communiqué

"Aussi bien Johnson & Johnson qu'Actelion développent actuellement des traitements dans ce domaine. Les deux traitements en cours de développement sont basés sur un nouveau mécanisme d'action. Aucun autre traitement de ce type n'est actuellement commercialisé dans l'EEE, et seul un nombre très limité de médicaments fonctionnant sur la base de ce nouveau mécanisme d'action sont en cours de développement.

En conséquence, la Commission a conclu que le niveau de concurrence ne serait pas suffisant si l'un des deux programmes de recherche et développement devait être abandonné à l'issue de la concentration."

Redoutant que l'opération permette au groupe américain de rationaliser ses coûts en supprimant ou ralentissant un des deux programmes, Bruxelles demande les choses suivantes: 

  • Johnson & Johnson s'engage à ne pas influencer les décisions stratégiques d'Idorsia, la nouvelle entreprise dans laquelle la recherche sur l'insomnie d'Actelion devait être transférée et dont J&J serait actionnaire minoritaire;
  • Johnson & Johnson s'engage à ne pas obtenir d'informations commercialement sensibles sur son médicament contre l'insomnie en cours de développement, et ce en limitant sa prise de participation à moins de 10 % (ou 16 % maximum, pour autant que Johnson & Johnson ne soit pas le principal actionnaire);
  • Johnson & Johnson s'engage à ne nommer aucun membre du conseil d'administration;
  • Johnson & Johnson s'engage à mettre fin à ses mesures incitatives visant à influencer négativement le développement de son programme de recherche sur l'insomnie.

Le nouveau mécanisme d'action développé par J&J et Actelion — les antagonistes de l'orexine, des neurotransmetteurs qui stimulent l'appétit et l'état d'éveil notamment — constituerait "une amélioration majeure par rapport aux traitements existants contre l'insomnie, en diminuant la dépendance, en réduisant au minimum le risque d'abus et en provoquant moins d'effets secondaires pour le système nerveux central (comme la somnolence ou des effets résiduels le lendemain)", précise le communiqué de la Commission européenne.

L'américain Johnson & Johnson considère avoir ainsi reçu toutes les autorisations nécessaires pour finaliser le rachat d'Actelion et s'attend désormais à boucler cette OPA intégralement en numéraire d'ici le 16 juin.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Une chercheuse de Stanford a inventé une nouvelle façon de soigner la dépression — et vous pouvez essayer son nouvel outil dès maintenant

VIDEO: On a testé pour vous la cryothérapie — cette pratique où vous entrez dans une cabine à -90°C