Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Accusé de copier la concurrence, Mark Zuckerberg assure que Facebook a seulement 'adapté des fonctionnalités'

Accusé de copier la concurrence, Mark Zuckerberg assure que Facebook a seulement 'adapté des fonctionnalités'
Pramila Jayapal, représentante de Washington. © Getty/Pool

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a déclaré que l'entreprise avait "adapté des fonctionnalités" de ses concurrents lorsqu'il a été confronté à la question de savoir si le géant des réseaux sociaux avait utilisé des pratiques déloyales — notamment en copiant des fonctionnalités de ses concurrents — pour garder une longueur d'avance. L'échange s'inscrivait dans le cadre d'une audition antitrust sans précédent, mercredi 29 juillet, au cours de laquelle les patrons de Facebook, Google, Apple et Amazon ont témoigné devant le Congrès dans le cadre d'une enquête visant à déterminer si ces entreprises se livrent à des pratiques commerciales anticoncurrentielles.

Mark Zuckerberg a déclaré que Facebook avait "certainement adapté des fonctionnalités" d'autres sociétés en réponse à une question de la représentante Pramila Jayapal, démocrate de Washington, qui demandait si la société avait copié des fonctionnalités de ses concurrents. Lors de son interrogatoire, Pramila Jayapal a cité des courriels entre les dirigeants de Facebook concernant la poursuite de tactiques "agressives et agiles" pour maintenir une avance sur les services concurrents.

Elle a également demandé à Mark Zuckerberg si l'entreprise avait déjà menacé de cloner des produits d'autres entreprises tout en essayant de les acquérir. Plus précisément, elle a demandé au PDG de Facebook si son entreprise avait utilisé une fonctionnalité pour les photos qu'elle développait à l'époque pour menacer le cofondateur d'Instagram, Kevin Systrom, en prévision de l'acquisition de l'application de partage de photos en 2012 pour un milliard de dollars.

Mark Zuckerberg nie avoir menacé l'un des fondateurs d'Instagram

Pramila Jayapal a fait référence à un chat dans lequel Zuckerberg a dit à Kevin Systrom que Facebook "développait sa propre stratégie photo, donc la façon dont nous nous engageons maintenant va également déterminer dans quelle mesure nous sommes partenaires à l'avenir". Kevin Systrom avait révélé à un investisseur, à l'époque, qu'il s'inquiétait du fait que Mark Zuckerberg se mette en "mode destruction" s'il ne vendait pas Instagram à Facebook, a rappelé Pramila Jayapal.

Dans sa réponse, Mark Zuckerberg s'est dit en désaccord avec l'histoire selon laquelle la société avait menacé les concurrents ou les avait copiés. "Il était clair que c'était un secteur où nous allions entrer en concurrence d'une manière ou d'une autre", a déclaré Mark Zuckerberg. "Je ne considère pas ces conversations comme une menace de quelque manière que ce soit."

L'acquisition par Facebook d'Instagram et d'autres applications populaires comme WhatsApp a été un point d'intérêt pour les parlementaires tout au long de l'audition. Le représentant Jerry Nadler, un démocrate de New York, a également fait référence à des courriels indiquant que Facebook a acquis Instagram pour neutraliser un concurrent lors de l'interrogatoire de Mark Zuckerberg plus tôt dans la journée.

La question sur Snapchat esquivée

Ces questions viennent après que Facebook ait été accusé de copier des fonctionnalités de ses rivaux comme Snapchat. L'entreprise a introduit dans son application plusieurs fonctionnalités similaires à celles de Snapchat, comme la fonctionnalité "Stories" d'Instagram, qui ressemble beaucoup au format de post "Story" de Snapchat. Ces deux fonctionnalités vous permettent de poster une collection de photos et de vidéos qui disparaissent après 24 heures.

Pramila Jayapal a également fait référence à Snapchat en demandant à Mark Zuckerberg si Facebook avait averti Snap Inc. et Evan Spiegel, son PDG, que Facebook prévoyait de cloner ses fonctionnalités lors de sa tentative d'acquisition de la société. Mark Zuckerberg a repoussé cette question, réitérant l'objectif de la société : "Les gens veulent pouvoir communiquer en privé, ils veulent pouvoir communiquer avec tous leurs amis en même temps. Et nous nous assurons de construire les meilleurs produits dans tous les secteurs que nous pouvons pour aider les gens à rester en contact avec les personnes qui leur sont chères."

Version originale : Lisa Eadicicco/Business Insider

A lire aussi — TikTok va publier le code de son algorithme très convoité et déclare la guerre à Facebook

Découvrir plus d'articles sur :