Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Il y a eu près de 9 Mds€ investis dans 1600 entreprises françaises par les fonds installés dans l'Hexagone en 2016

Il y a eu près de 9 Mds€ investis dans 1600 entreprises françaises par les fonds installés dans l'Hexagone en 2016
© Drivy

Le marché français du capital-investissement a connu en 2016 une nette accélération de sa croissance.

Selon les chiffres publiés par l'Association française des investisseurs pour la croissance (Afic), 12,4 milliards d'euros ont été investis en 2016 par les fonds de capital-investissement français.

8,7 milliards d'euros l'ont été en France, soit 71% des fonds investis.

Ces montants ont profité à 1604 entreprises dans l'Hexagone.

Il s’agit de la quatrième année de croissance consécutive, en progression de 15% par rapport à 2015.

"On est bien sur une accélération de la croissance. Cela illustre une confiance dans une partie de l'économie française", a souligné Olivier Millet, le président de l'Afic, lors d'une conférence de presse. "Il y a beaucoup d'entreprises qui ouvrent leur capital (...) La France du non coté est un terreau intéressant."

La France serait le pays d’Europe qui a le plus d’entreprises non cotées qui ont ouvert leur capital à des actionnaires professionnels, selon le bilan de l'association.

Plus de la moitié des investissements (54%) ont été réalisés dans de nouvelles entreprises ouvrant pour la première fois leur capital.

Les secteurs de l'industrie et de la chimie tout comme ceux de l'informatique et du numérique ont eu la préférence des investisseurs.

Interrogé sur le Brexit, Olivier Millet estime que le marché français du capital-investissement devrait tirer parti de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Pour autant, le secteur du non coté en France n'avait "pas vraiment" profité d'un effet Brexit l'an dernier, selon le président de l'Afic.

Il reconnaît en revanche que le contexte de l'élection présidentielle en France et les incertitudes entourant l'issue du scrutin ne favorisent pas l'activité, certains investisseurs préférant attendre la fin de l'élection avant d'investir.

Découvrir plus d'articles sur :