Air France chute en Bourse suite à l'annonce d'une nouvelle taxe sur les billets d'avion

Appareils de la compagnie Air France à l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle, le 19 juin 2019. REUTERS/Philippe Wojazer

Air France voit le cours de son action chuter en Bourse, alors que le secteur du transport aérien va être soumis à une nouvelle taxe. La ministre des Transports, Elisabeth Borne, a en effet annoncé la mise en place d'une éco-contribution à partir de 2020 sur tous les vols au départ de la France. "Elle sera progressive et représentera une contribution d'1,50 euro par billet sur un vol intérieur ou intra européen en classe économique et pourra aller jusqu'à 18 euros sur un vol hors Union européenne en classe affaire", a-t-elle précisé mardi à la sortie d'un conseil de défense écologique à l'Elysée. 

Cette taxe ne concernera pas les vols en correspondance, les vols intérieurs au départ et/ou vers la Corse, l'Outremer ni les "liaisons d'aménagement du territoire". Cette éco-contribution doit représenter un montant de 180 millions d'euros prélevés sur le transport aérien à partir de 2020. Une somme qui sera "intégralement affectée au financement des transports du quotidien", a précisé la ministre. 

Suite à cette annonce, la valeur de la compagnie Air France a brusquement plongé à la Bourse de Paris, abandonnant jusqu'à 4,5%, avant de se reprendre un peu. A 12h43, le titre perdait toutefois encore 3,01%, à 8,62 euros.

Cours de l'action Air France à 12h43, mardi 9 juillet 2019. Investing

Les transporteurs aériens subissent globalement des turbulences sur les marchés européens, suite à l'annonce de cette mesure qui sera discuté dans le cadre du projet de loi de finances. L'action Lufthansa recule par exemple de 2,76%, à 15h46 à la Bourse de Francfort, pendant qu'EasyJet voit sa valeur chuter de 4,41%.

'Un surcoût de plus de 60 M€ par an'

Présent aux côtés d'Elisabeth Borne, le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy a réaffirmé l'intention de la France de poursuivre "la bataille à l'échelle européenne et mondiale" pour "que le transport aérien contribue davantage aux efforts de lutte contre l'effet de serre".

La compagnie Air France a de son côté fait part de son opposition au projet d'éco-contribution. "Cette taxe représenterait un surcoût de plus de 60 millions d’euros par an pour le groupe", déplore-t-elle dans un communiqué. La direction estime que cette mesure serait "extrêmement pénalisante pour Air France dont 50% de l’activité est réalisée au départ de l’Hexagone, et notamment pour son réseau domestique dont les pertes ont atteint plus de 180 millions d’euros en 2018".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le Dragon, le Link&Fly et le Cassio, trois avions de demain présentés au salon du Bourget

VIDEO: 5 villes qui ont remplacé leur autoroute urbaine par un parc