Publicité

Air France intègre son premier A220 à sa flotte

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Air France intègre son premier A220 à sa flotte
Le nouvel A220-300 d'Air France. © Air France
Publicité

Vous pourrez bientôt monter à bord d'un A220 pour voyager en France et en Europe. Air France a en effet présenté mercredi 29 septembre son premier Airbus A220, un moyen-courrier de 148 places qui sera mis en service le 31 octobre sur un trajet Paris-Berlin. Six exemplaires seront livrés d'ici à la fin de l'année 2021 et 15 en 2022. Le wifi sera gratuit à bord.

"Cet appareil va permettre de commencer le renouvellement et la rationalisation de notre flotte, qui est un des leviers les plus importants pour baisser nos coûts unitaires", a déclaré le directeur général d'Air France-KLM, Benjamin Smith. Le dirigeant s'exprimait dans la zone industrielle de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle où le groupe présentait ce nouvel appareil.

À lire aussi - On a testé le stage antistress d'Air France pour apprivoiser sa peur en avion

Air France-KLM avait en juillet 2019 commandé 60 appareils A220-300, représentant un prix catalogue de près de 5,5 milliards de dollars. Il avait également pris une option pour 30 avions supplémentaires ainsi que 30 droits d'acquisition, des options sans date d'achat. Cette commande devra permettre de remplacer progressivement les vieillissants A318 et A319 qui composent la flotte court et moyen-courrier de la compagnie française.

L'A220 vient compléter la famille A320

Le programme A220 se compose de deux appareils : l'A220-100 (35 mètres de long) et l'A220-300 (38,7 m). Il se positionne en dessous de la famille A320 et propose une capacité de 100 à 150 sièges. Il est fabriqué à Mirabel au Canada et correspond à l'ancien CSeries du groupe canadien Bombardier, un programme dont Airbus a pris le contrôle en 2017.

Selon Airbus, l'A220 "vient en complément de la famille A320" (A318, A319, A320 et A321), l'appareil moyen-courrier à succès de l'avionneur européen, avec 10 004 livraisons sur 15 690 commandes, selon les derniers pointages du constructeur fin août.

L'A220, deux versions confondues, a pour sa part été commandé à 623 exemplaires dont 173 ont été livrés. Les plus grosses commandes sont venues jusqu'ici, outre d'Air France-KLM, des Américains Delta (95), JetBlue (70), Breeze Airways (60), de la lettone AirBaltic (50) et d'Air Canada (45). C'est SWISS qui a reçu fin 2016 le premier CSeries/A220 et la compagnie helvétique en exploite actuellement 30.

Airbus affirme que l'A220, dont l'autonomie maximale est de 6 390 km, consomme 25% de moins et est deux fois plus silencieux qu'un appareil comparable de la précédente génération.

La cabine de l'A220-300 d'Air France. Air France

Boeing ou Airbus pour renouveler les Boeing 737 de KLM et Transavia ?

Air France-KLM souhaite aussi renouveler ses moyen-courriers exploités par KLM et la "low cost" Transavia, jusqu'ici équipée de Boeing 737. Boeing ou Airbus ? Et quel motoriste? Une décision sera prise "en 2023" pour cette commande qui sera de 80 appareils ferme et jusqu'à 80 autres en option, a détaillé Benjamin Smith.

Air France-KLM maintient ses investissements - il a également commandé 38 long-courriers A350 pour Air France - bien qu'il ait été, comme l'ensemble du secteur aérien, très durement touché par la pandémie. La société a subi plus de 10 milliards d'euros de pertes nettes cumulées depuis 18 mois et a dû être restructurée avec l'aide du gouvernement français, qui est monté à près de 30% du capital.

Le groupe a aussi engagé un plan massif de réductions d'emplois et a taillé dans sa flotte, éliminant les appareils les plus gourmands en kérosène.

La société - dont les nouveaux résultats financiers seront connus le 29 octobre - espérait retrouver au troisième trimestre un bénéfice opérationnel, à la faveur d'un regain des voyages estivaux, mais devrait rester dans le rouge sur l'année.

Benjamin Smith s'est néanmoins dit encouragé par l'annonce de la réouverture conditionnelle des frontières américaines aux voyageurs étrangers à partir de début novembre, alors que l'axe nord-atlantique représentait son plus gros marché, quelque 40% de son chiffre d'affaires avant la pandémie.

À lire aussi - Voici à quoi ressemblait un vol dans les années 1970 avec Air France

Découvrir plus d'articles sur :