Benjamin Smith, en juin 2016. REUTERS/Clodagh Kilcoyne

Comme attendu, le Conseil d'administration d'Air France-KLM a nommé le Canadien Benjamin Smith, âgé de 46 ans, au poste de directeur général du transporteur franco-néerlandais, ce jeudi 16 août.

Il prendra ses fonctions au plus tard le 30 septembre 2018. Dès son arrivée, Benjamin Smith prendra la direction générale exécutive d'Air-France-KLM et en déterminera l'organisation.

Plus tôt dans la journée, l'Etat français, détenteur de 14,3% du capital du groupe, avait laissé entendre qu'il voterait en faveur de la nomination de l'actuel numéro 2 d'Air Canada, par la voix du ministre de l'Economie et des Finances. 

"Le conseil d'administration se prononcera ce soir, mais je peux vous dire que le représentant de l'Etat votera en faveur de cette nomination", avait déclaré à Reuters Bruno Le Maire, sans citer nommément Benjamin Smith.

Selon Libération, le directeur d'exploitation (COO) d'Air Canada devrait percevoir une rémunération globale de l’ordre de 3,3 millions d’euros par an, soit un montant trois fois plus élevé que les sommes touchées par son prédécesseur, Jean-Marc Janaillac. Et une rémunération supérieure de 20% à son salaire actuel.

Le journal Le Parisien précise de son côté que le salaire du nouveau patron d'Air France-KLM sera constitué d'une part fixe de 900 000 euros et d’une part variable pour le reste, associée à des objectifs. 

Depuis 16 ans à Air Canada, Benjamin Smith a notamment participé au lancement de la filiale low-cost Air Canada Rouge et mené les négociations avec les personnels navigants en 2015 pour signer des accords décennaux. 

Nouvelles grèves en perspective

Pas suffisant pour rassurer les syndicats, qui souhaitaient l'arrivée d'un Français à la tête de la société et s'opposent au niveau de la rémunération du nouveau patron. 

"Il est inconcevable que la compagnie Air France, française depuis 1933, tombe dans les mains d'un dirigeant étranger dont la candidature serait poussée par un groupe industriel concurrent (Delta Air Lines pour ne pas le citer)", ont-ils déclaré dans un communiqué signé par neuf organisations, dont le syndicat des pilotes SNPL, la CGT et l'Unsa. 

La compagnie Delta Air Lines, comme le transporteur China Eastern, détient 8,76% du capital d'Air France-KLM.

L'intersyndicale doit tenir une réunion le 27 août afin de déterminer les actions qu'elle mènera à la rentrée pour "obtenir la fin du blocage des salaires qu'elle dénonce depuis des mois". Le président du SPNL a déjà promis "quinze jours de grève" si la nouvelle direction refuse de reprendre les négociations sur les salaires. 

Aux Pays-Bas, les pilotes de KLM ont également menacé de faire grève.

Début mai, Air France a connu un mouvement social qui a entraîné 15 jours de grève et coûté 335 millions d'euros à la compagnie. Son patron d'alors, Jean-Marc Janaillac, avait démissionné après le rejet par référendum d'un projet d'accord salarial.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Air France trébuche en Bourse et perd plus de 5% alors que ses pilotes menacent d'une nouvelle grève

VIDEO: 5 villes qui ont remplacé leur autoroute urbaine par un parc