Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Air France, Ryanair... Les conséquences du coronavirus pour les compagnies, de l'annulation de vols jusqu'à la faillite

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Le coronavirus s'étend géographiquement et sa propagation affecte de plus en plus les activités des entreprises. Au premier rang, figurent notamment les compagnies aériennes. Le virus COVID-19 pourrait coûter entre 63 et 113 milliards de dollars au total au secteur, selon un communiqué de l'Association internationale du transport aérien, publié le 5 mars. Les réservations à destination de l'Europe, en provenance des continents américains, asiatiques et africains, se sont effondrées de 79% lors de la dernière semaine de février en raison de l'épidémie, précise la société spécialisée Forwardkeys, qui analyse chaque jour plus de 17 millions de réservations dans le monde.

D'une manière générale, l'activité et les finances des transporteurs aériens sont mises à mal par l'épidémie de coronavirus. Les annonces se sont succédées depuis le début du mois de mars, la baisse du nombre de voyageurs pesant sur les compagnies et les contraignant à réduire leurs capacités. Le 4 mars, en raison des inquiétudes suscitées par ce nouveau virus venu de Chine, Air France a indiqué qu'il permettait à ses clients de reporter ou d'annuler sans frais tous les voyages réservés avant le 31 mars et prévus entre le 3 mars et le 31 mai.

Air France propose l'annulation sans frais de son vol

Pixabay

"Si vous êtes en possession d'un billet Air France émis avant le 31 mars 2020 inclus pour un vol prévu entre le 3 mars et le 31 mai 2020, vous pouvez reporter votre voyage sans frais vers la même destination jusqu'au 31 mai 2020 inclus dans la même classe de réservation", précise Air France sur son site internet. "Vous pouvez également reporter votre voyage au-delà du 31 mai 2020, changer de destination, ou annuler votre voyage auprès de votre point de vente", poursuit la compagnie. Un avoir non remboursable vous sera alors remis, "valable un an sur les vols Air France", ainsi que sur ceux de son allié néerlandais KLM.

Air France espère ainsi que les réservations ne seront pas freinées par les craintes liées au coronavirus, dans le mesure où la compagnie garantit qu'elles peuvent être modifiées sans frais. Fin février, l'entreprise avait estimé entre 150 et 200 millions d'euros le manque à gagner dû à la suspension des vols vers la Chine de février à avril en raison de la propagation du virus.

À lire aussi — Le coronavirus va-t-il disparaître ? Voici 3 issues possibles selon des experts

Pour le moment, la compagnie prévoit toutefois "de reprendre progressivement" ses opérations de et vers Shanghai et Pékin "à compter du 29 mars 2020". En revanche, la desserte de Wuhan, point de départ de l'épidémie, reste suspendue. Air France a en outre précisé mardi 10 mars suspendre tous ses vols vers l'Italie entre le 14 mars et le 3 avril inclus, à cause de l'expansion du Covid-19 dans ce pays. D'ici au 14 mars, le transporteur maintiendra un vol par jour vers chacune de ses destinations italiennes.

La compagnie prévoit au total l'annulation de plus de 3 600 vols dans le monde, soit une réduction par rapport au plan initial de 13% des capacités sur le réseau long courrier, de 25% sur le réseau européen et de 17% sur le réseau domestique. Son allié KLM prévoit une baisse comparable de son activité pour les vols long courrier.

Lufthansa prévoit d'annuler jusqu'à 50% de ses vols

Lufthansa

Le groupe Lufthansa a annoncé dans un communiqué, vendredi 6 mars, qu'il allait réduire ses capacités de vol en raison d'une "baisse drastique des réservations" imputée à l'épidémie du coronavirus. Il envisage d'annuler jusqu'à 50% de ses vols, "en fonction de l'évolution future de la demande", contre un quart annoncé le 29 février. Le transporteur allemand "évalue" aussi l'immobilisation de "toute sa flotte d'Airbus A380", soit 14 avions basés à Francfort et Munich.

La compagnie a déjà arrêté de desservir plusieurs destinations comme la Chine et l'Iran, tandis qu'une partie de ses vols vers l'Italie ont été annulés. Lufthansa et ses filiales Swiss et Austrian Airlines ne desservent plus non plus Israël, suite à la décision du pays d'interdire l'accès à son territoire aux ressortissants de plusieurs pays européens.

Le groupe va geler ses embauches et proposer des congés sans solde à ses employés pour faire face à l'épidémie. Lufthansa étudie même l'option du chômage partiel, a expliqué un porte-parole à l'AFP.

Virgin Atlantic reporte des vols et le lancement d'une nouvelle ligne

Wikimedia Commons/Anthony92931

La compagnie britannique Virgin Atlantic a de son côté annoncé de nouveaux reports de vols entre autres mesures pour traverser cette crise. Elle va aussi retarder le lancement de sa ligne Londres-Sao Paulo, prévue initialement en mars, à octobre. "Comme les autres compagnies aériennes dans le monde, Virgin Atlantic ressent l'impact du Covid-19 et observe une chute dans la demande de voyages", expliquait mercredi 4 mars le transporteur dans un communiqué. Face à l'épidémie, Virgin, comme Lufthansa, compte geler ses embauches ou proposer des congés sans solde à ses employés.

Ryanair suspend ses liaisons vers et depuis l'Italie

Pixabay

La compagnie aérienne irlandaise Ryanair a annoncé mardi 10 mars la suspension de tous ses vols vers et depuis l'Italie jusqu'au 8 avril, après la décision de confiner l'ensemble du pays pour enrayer l'épidémie de coronavirus. Le transporteur à bas coûts précise dans un communiqué que la suspension des vols intérieurs italiens débutera mercredi et celle des vols internationaux vendredi.

Il assure que les passagers ayant réservé un vol pour cette période pourront être remboursés ou obtenir un bon leur permettant de voyager au cours des 12 prochains mois.

British Airways annule encore un peu plus de vols

Flickr/airwolfhound

British Airways, filiale du britannique IAG, a déjà prévenu que pour "s'adapter à la baisse de la demande due au coronavirus", elle allait annuler environ 200 vols entre le 16 et le 28 mars, notamment 12 entre l'aéroport de Heathrow à Londres et celui de JFK à New York. La compagnie a de plus annoncé mardi la suspension de tous ses vols de la journée vers et depuis l'Italie.

Interrogée par l'AFP, une porte-parole de British Airways a confirmé ces annulations, précisant que "tous les clients qui devaient voyager aujourd'hui (mardi) ont été contactés", sans donner de précision sur d'éventuelles annulations pour les prochains jours. Le transporteur a informé les voyageurs qui ont réservé des vols vers l'Italie entre mardi et le 4 avril qu'ils ont la possibilité de repousser leur voyage jusqu'à fin mai, de préférer voler vers Genève et Zurich ou d'être remboursés.

Après la décision de l'Italie de confiner l'ensemble du pays pour tenter d'enrayer l'épidémie, le gouvernement britannique a recommandé d'éviter tous les voyages non essentiels vers la Péninsule. La compagnie à bas coût Easyjet conserve de son côté qu'une poignée de vols vers le pays sur les prochains jours. Le transporteur britannique a précisé mardi être en train de réévaluer son programme de vols d'ici au 3 avril.

United Airlines réduit ses coûts et gèle les embauches

Wikimedia Commons

Outre Atlantique, le transporteur américain United Airlines a précisé dans un mail envoyés aux employés qu'il annulerait 10% de ses vols intérieurs et 20% de ses vols internationaux dans les prochains mois, rapporte Business Insider US. Le directeur général de United, Oscar Munoz, et le président, Scott Kirby, ont également dévoilé une série de mesures de réduction des coûts, notamment des congés volontaires non payés pour les employés et un gel des embauches.

Norwegian Air Shuttle revient sur ses prévisions annuelles

Flickr/ERIC SALARD

Le coronavirus pèse sur les recettes des compagnies aériennes et a de lourdes conséquences sur les acteurs les plus fragiles. Norwegian Air Shuttle est par exemple revenu ce jeudi 5 mars sur ses prévisions pour l'année en cours, en raison du COVID-19 qui accentue les difficultés du transporteur à bas coûts. Le 13 février, l'entreprise annonçait pourtant tabler sur un retour dans le vert en 2020, après avoir enregistré une troisième année de pertes consécutive.

"Compte tenu de l'incertitude et de l'impact continu sur la demande globale de voyages en avion, Norwegian retire ses prévisions pour 2020", a précisé la compagnie dans un communiqué. Mardi 10 mars, l'entreprise a de plus annoncé l'annulation d'environ 3 000 vols de la mi-mars à la mi-juin, soit 15% de ses capacités. La troisième low cost européenne a également indiqué qu'elle recourrait à des mesures de chômage temporaire.

"Nous encourageons les autorités à mettre immédiatement en œuvre des mesures pour réduire de manière imminente la charge financière pesant sur les compagnies aériennes afin de protéger des infrastructures et emplois cruciaux", a déclaré dans un communiqué le directeur général de Norwegian Air Shuttle, Jacob Schram.

La compagnie régionale Flybe voit sa faillite précipitée par l'épidémie

Wikimedia Commons/54north

Plus grave, la compagnie aérienne régionale britannique Flybe a tout simplement annoncé jeudi la cessation de ses activités "avec effet immédiat". Le coronavirus aura porté un coup fatal à l'entreprise à court de liquidités. Elle avait réussi à échapper au dépôt de bilan en janvier grâce à un coup de pouce fiscal du gouvernement britannique. Flybe a donc appelé les passagers qui avaient réservé des places à "ne pas se rendre à l'aéroport", se disant dans l'impossibilité de leur trouver un vol alternatif.

La compagnie emploie plus de 2 000 personnes et transportait environ 8 millions de passagers par an vers 170 destinations européennes.

Découvrir plus d'articles sur :