Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Airbnb licencie près de 2000 salariés alors que son activité est dévastée par le coronavirus

Airbnb licencie près de 2000 salariés alors que son activité est dévastée par le coronavirus
Brian Chesky a annoncé mardi aux employés d'Airbnb que la plateforme licenciait 25% de ses salariés. © Mike Segar/Reuters

Airbnb, durement touchée par l'épidémie mondiale de coronavirus, va licencier environ 25% de ses salariés dans le monde, soit 1 900 travailleurs, a déclaré mardi 5 mai 2020 son directeur général Brian Chesky. Ces licenciements doivent aider la plateforme de location de logements entre particuliers à affronter un choc économique marqué par la réduction de moitié de ses revenus. Parmi les équipes touchées par la restructuration, figurent celles qui se concentrent sur les transports et les résidences de luxe, car Airbnb cherche à réduire ses coûts et à se positionner sur un marché du voyage qui, selon son dirigeant, sera bien différent après la pandémie.

"Nous vivons collectivement la crise la plus douloureuse de notre vie", a déclaré Brian Chesky dans un mail aux salariés, notant qu'Airbnb devait "réduire ses investissements dans des activités qui ne soutiennent pas directement le cœur de notre communauté d'hôtes". Le cofondateur d'Airbnb, âgé de 38 ans, s'est adressé aux employés lors d'une réunion à midi mardi, comme l'a d'abord rapporté Business Insider US, puis a confirmé les licenciements dans une lettre interne qu'il leur a ensuite envoyée. Ces licenciements interviennent malgré le fait qu'Airbnb ait levé 1 milliard de dollars le mois dernier grâce à un financement par emprunt. L'entreprise prévoit que ses revenus seront moitié moins élevé que les 4,8 milliards de dollars réalisés l'année dernière.

A lire aussi — Airbnb demande aux propriétaires d'attendre entre 24 h et 72h entre deux réservations

Airbnb, évaluée à environ 31 milliards de dollars par des investisseurs privés il y a encore un an, et en voie d'introduction en bourse, fait partie des nombreuses plateforme de partage dont les activités sont aujourd'hui dévastées par la pandémie de coronavirus. Uber a ainsi prévenu ses salariés que des licenciements étaient prévus.

Airbnb voit un marché du voyage en évolution

Airbnb prévoit de revenir au partage de logements, c'est-à-dire aux personnes qui proposent un hébergement dans des chambres, des appartements et des maisons qu'elles possèdent ou gèrent. En conséquence, Brian Chesky prévoit de faire une pause dans ses efforts dans le domaine des transports et dans Airbnb Studios, filiale de production de vidéos de voyage en streaming. La société prévoit également de réduire ses investissements dans l'offre de chambres d'hôtel et dans Lux, son activité d'hébergement de luxe, a-t-il dit.

Les premiers licenciements aux États-Unis et au Canada auront lieu lundi prochain. En dehors des États-Unis, ce plan de suppression de postes interviendra plus tard et les salariés verront leurs frais d'assurance maladie payés jusqu'à la fin de cette année. Les suppressions massives d'emplois ne sont que le dernier effort en date d'Airbnb pour réduire les dépenses en réponse à la crise. Le mois dernier, l'entreprise a licencié la plupart de ses sous-traitants et a reporté ses stages d'été. Fin mars, elle a ralenti ses embauches et gelé ses dépenses de marketing. Le mois dernier, Business Insider US a estimé qu'elle pourrait encore être à court de liquidités dans moins d'un an.

Version originale : Troy Wolverton/Business Insider

A lire aussi — Airbnb aurait largement abaissé sa valorisation en conséquence de la crise sanitaire

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :