Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Airbnb très critiqué pour avoir demandé à ses clients de donner de l'argent aux hôtes


Le siège d'Airbnb à San Francisco. © Reuters

Après que la pandémie COVID-19 a anéanti les revenus d'Airbnb dans le monde entier, la plateforme de location à court terme a commencé à demander aux clients de participer en envoyant des "kindness cards" ("cartes de gentillesse"), qui comprennent des dons en espèces, à leurs anciens hôtes — qui ont vu des milliards de dollars de revenus disparaître ces derniers mois, les voyages ayant été interrompus à cause de la pandémie.

Ce nouvel outil semble être un nouvel effort pour apaiser les inquiétudes financières des hôtes, cette fois en sollicitant les contributions des anciens clients. Un porte-parole d'Airbnb a déclaré à Business Insider US que 100% des recettes de ces cartes iraient aux hôtes. "Dans l'esprit de relancer les connexions, nous avons développé une nouvelle fonctionnalité qui permet aux clients d'envoyer des cartes virtuelles avec des messages de soutien et d'encouragement aux hôtes qui ont offert une excellente hospitalité. S'ils le souhaitent, les clients ont la possibilité d'ajouter une contribution financière volontaire", explique-t-il.

Mais l'outil a été rapidement descendu par des utilisateurs de Twitter qui affirment qu'ils se battent également pour économiser de l'argent dans le contexte de la pandémie, et se demandent pourquoi il devrait être de leur responsabilité de soutenir les hôtes. "Airbnb a perdu sa ****** de tête", peut-on lire par exemple.

Les hôtes ont dirigé leur colère contre Airbnb, rappelant que la société a mis en place des politiques d'annulation au début de la pandémie, qui leur ont coûté encore plus d'argent. Airbnb a déclaré en mars dernier qu'elle dépenserait 250 millions de dollars pour rembourser aux hôtes les annulations de leurs clients dues à des annulations pour cause de coronavirus.

La situation financière est particulièrement désastreuse pour les hôtes qui ont acheté des dizaines de propriétés et construit des empires de location à court terme, qui constituaient leur principale source de revenus (environ un tiers des hôtes d'Airbnb ont plus de 25 propriétés, selon le site d'analyse AirDNA).

Le journaliste technique du New York Times, Mike Isaac, a déclaré que le programme était "comme des hypothèques de l'économie du partage". "Je ne suis pas sûr de vouloir contribuer à l'hypothèque de la deuxième maison de quelqu'un en ce moment", a renchéri un utilisateur de Twitter.

Contacté par Business Insider US, un porte-parole d'Airbnb n'a pas souhaité pour le moment répondre à une demande de commentaire.

Version originale : Aaron Holmes/Business Insider

À lire aussi — Des dizaines de millionnaires demandent à être taxés 'immédiatement'

Découvrir plus d'articles sur :