Airbus vient de saboter le grand projet de Boeing pour éliminer l'un de ses rivaux

Avion de ligne CSeries de Bombardier. Bombardier

L'Européen Airbus a annoncé dans la nuit de lundi à mardi l'acquisition d'une participation majoritaire (50,01%) dans le programme d'avions moyen-courrier C Series du Canadien Bombardier.

L'accord, qui ne devrait entraîner aucun coût pour Airbus, permettra selon Bombardier de renforcer les ventes du groupe et de mieux rivaliser avec l'Américain Boeing.

Les deux géants de l'aéronautique, Airbus et Boeing, se livrent une bataille rangée depuis 13 ans, dont le dernier rebondissement a été la demande française de retrait de subventions américaines accordées à Boeing, à la suite d'une enquête publiée vendredi 9 juin 2017 par l'OMC. 

Cette alliance entre Airbus avec Bombardier et ses 16 milliards de dollars de chiffre d'affaires, a été saluée ce matin par Bruno Le Maire, ministre français de l'Economie et des finances qui a déclaré: 

"Pour la défense de nos intérêts, si nous ne voulons pas être dévorés tout cru, il est essentiel que nos entreprises européennes et françaises puissent se consolider. De ce point de vue, l'accord entre Airbus et Bombardier est une bonne nouvelle".

Cette annonce de rapprochement intervient alors que l'Américain Boeing tentait d'éliminer de la course son rival canadien Bombardier, qui venait de subir une nouvelle hausse des droits de douane aux Etats-Unis, portés à près de 300%.

Boeing accuse le constructeur canadien de bénéficier de subventions indues et d'avoir bradé les appareils. Par le biais d'un porte-parole, l'Américain a d'ailleurs dénoncé "un accord contestable entre deux concurrents subventionnés par l'Etat" en vue de contourner la récente décision du département du Commerce américain.

En pratique, l'opération permettra de produire les avions CSeries dans l'usine Airbus installée en Alabama, et donc d'échapper à ces droits de douane de près de 300%.

"La beauté de l'opération réside dans sa gratuité (relative car des investissements seront nécessaires)", a commenté à Reuters Tangi Le Liboux, analyste marchés chez Aurel BGC. "Airbus ne dépensera pas un euro à court terme, mais s'engage à apporter son savoir-faire industriel et commercial au service du programme CSeries."

"L'avionneur européen se renforce ainsi sur un segment de marché qu'il avait délaissé, celui des moyen-courriers de moins de 140 sièges", a ajouté l'analyste.

Ce partenariat se concrétise deux ans après une première tentative de rapprochement qui avait échoué après la divulgation de l'affaire par la presse.

L'an dernier, Airbus a publié un chiffre d'affaires de 67 milliards de dollars contre 94,6 milliards de dollars pour Boeing. Selon le match fait par nos confrères de Capital, Boeing l'aurait remporté six critères contre quatre sur un total de dix chiffres clés. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici 8 questions qu'on pourra vous poser en entretien si vous souhaitez travailler pour des entreprises tech comme Facebook et LinkedIn

VIDEO: Cette baignoire en forme de hamac est recouverte de feuille d'or 24 carats