Alexandria Ocasio-Cortez alerte sur la reconnaissance faciale : 'On se croirait dans un épisode de Black Mirror' 

Alexandria Ocasio-Cortez a souligné que les entreprises peuvent vendre les données faciales recueillies sur certaines d'applications. YouTube

L'élue à la Chambre des représentants des États-Unis Alexandria Ocasio-Cortez s'inquiète du développement de la reconnaissance faciale, et avance que sans réglementation, cette technologie va rapidement devenir dystopique. Le démocrate de New York a même affirmé que certains emplois abusifs de la reconnaissance faciale seraient dignes d'apparaître dans un épisode de "Black Mirror", la série de science-fiction qui sonde le côté dangereux de notre fascination pour la technologie.

"On se croirait en plein dans un épisode de Black Mirror", a déclaré Alexandria Ocasio-Cortez lors d'une séance du Comité de surveillance et de réforme de la Chambre des représentants, à propos de la reconnaissance faciale. Des dizaines d'entreprises de la tech, dont Microsoft et Amazon, développent des technologies de reconnaissance faciale. Une fois le logiciel d'intelligence artificiel installé, il devient facile pour les entreprises et les gouvernements d'identifier des personnes et de les suivre. Comme de nombreux critiques le soulignent depuis longtemps, les possibilités d'abuser de cette technologie sont immenses.  

A lire aussi — Oubliez Black Mirror, voici les scénarios de futurs chocs technologiques vraiment inquiétants

Pendant la séance de la Commission mercredi 15 janvier, des défenseurs de la vie privée et des représentants de l'industrie ont été auditionnés. Alexandria Ocasio-Cortez a posé des questions sur plusieurs sujets, allant de la vie privée à la discrimination, et a cité des études qui montrent que la reconnaissance faciale a un problème de préjugés raciaux. D'autres législateurs ont également mis en garde contre cette technologie — la présidente de la Commission, Carolyn Maloney, s'est inquiétée de ses "emplois douteux et même dangereux".

Alexandria Ocasio-Cortez a également souligné que les entreprises peuvent vendre les données faciales des utilisateurs, recueillies sur les applications.

"Les gens pensent qu'ils ne font que s'amuser avec un joli filtre qui met des oreilles de chiot sur leur visage, et ils ne réalisent pas que ces données sont collectées par une entreprise ou par l'État, selon le pays dans lequel vous vous trouvez, afin de vous surveiller potentiellement pour le reste de votre vie", a-t-elle asséné. 

Regardez les remarques complètes d'Alexandria Ocasio-Cortez lors de la Commission ci-dessous :

 

Version originale : Aaron Holmes/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les citoyens chinois doivent maintenant scanner leur visage pour accéder à internet ou obtenir un numéro de téléphone

VIDEO: Une startup canadienne a inventé des chaussettes anti-odeur, anti-ampoules et anti-impact