Altice, dont le cours de Bourse s'est effondré de près de 50% depuis le début du mois de novembre, a exclu lundi tout appel au marché — avec le risque de dilution des actionnaires au capital —, toute acquisition d'envergure et promis des cessions d'actifs pour se désendetter dans le courant du premier semestre 2018.

Ces déclarations ont fait rebondir le titre du groupe de télécoms en Bourse. La valeur prenait près de 10% à 8,92 euros à 11h20.

Altice prend 3 engagements vis-à-vis des investisseurs — l'action rebondit en Bourse

Capture d'écran action Altice, le 20 novembre 2017 à 11h20, sur une semaine. Investing.com

Sur la base de ses derniers niveaux de cours, la capitalisation boursière d'Altice était tombée à 12,9 milliards d'euros lundi, pour une dette qui atteignait 49,6 milliards à la fin septembre, héritée d'acquisitions réalisées en Europe et aux Etats-Unis.

Disant répondre à des "spéculations et de mauvaises informations", Altice indique :

  • ne préparer "aucune opération de levée de fonds de quelque sorte que ce soit" et n'avoir "aucune intention de le faire, y compris aux Etats-Unis".
  • qu'il n'a aucun projet d'acquisition significative en vue — ce qui pourrait remettre en cause sa participation au prochain appel d'offres du football français et ainsi amoindrir les gains faramineux espérés par la ligue et les clubs.
  • que les cessions d'actifs dits non stratégiques pourraient notamment concerner son portefeuille de tours réseaux, c'est-dire les pylônes SFR, précise Le Figaro.

Alrtice confirme prévoir de se désendetter pour ramener son endettement "en ligne ou au-dessous de ses objectifs".

Le groupe propriétaire de SFR a affirmé dans un communiqué disposer d'une structure de capital "robuste" et diversifiée et d'une trésorerie "solide".

Les analystes de HSBC soulignent que la chute récente du titre s'explique par une brutale perte de confiance des marchés, amplifiée par un niveau d'endettement élevé, plutôt que par les performances opérationnelle réelles de l'entreprise.

Les analystes ajoutent qu'Altice n'a "pas de refinancement avant 2022 et que le coût de sa dette est bien assuré par ses cash-flow opérationnels".

Le titre Altice avait poursuivi son plongeon en Bourse vendredi, victime de la défiance des investisseurs depuis la publication des mauvaises performances de SFR qui ont alimenté des craintes sur l'endettement du groupe.

Patrick Drahi, propriétaire d'Altice, avait tenté de rassurer les marchés la semaine dernière, annonçant que le groupe allait se concentrer sur son désendettement après avoir procédé à une vaste réorganisation marquée par l'éviction de son directeur général Michel Combes.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le PDG de Goldman Sachs dit qu'il a tiré 5 leçons de la crise de 2008

VIDEO: Voici une robe connectée qui détecte les agressions sexuelles