Alain Weill, le PDG d'Altice France, ne pourra jamais le dire comme ça mais il a bien perdu la première bataille dans le conflit qui l'oppose à Orange et à Free. Alors qu'Orange, numéro un des télécoms en France, a coupé depuis 9h ce jeudi 5 septembre la distribution de ses chaînes gratuites BFMTV, RMC Découverte et RMC Story, Alain Weill vient de décider de rendre disponible le flux de ses chaînes aux opérateurs sans contrepartie financière. Mais Altice a en revanche décidé que les opérateurs devront payer pour offrir les services associés, comme le replay.

C’est peu ou prou le type d'accords trouvés par TF1 et M6 avec les opérateurs et c'est un revirement dans la position défendue par le groupe de Patrick Drahi depuis le départ.  "Je ne vais pas vous dire que je suis détendu. Mais je suis serein. Nous avons décidé d'agir de la façon suivante : on va proposer aux opérateurs télécoms de reprendre nos signaux et nos chaînes comme la loi les contraint. En revanche, ils ne reprendront pas les services associés s'il n’y a pas d'accord", a expliqué le dirigeant en marge de la conférence de presse de rentrée de la chaîne BFMTV.

A lire aussi — Comment les chaînes TV diffuseront de la publicité qui vous cible sans que vous le sachiez

Jusqu'à présent, les négociations patinaient, les opérateurs pointant entre autres la moindre audience des chaînes d'Altice, des services additionnels comme le replay qu'ils estiment insuffisants ou encore le montant de la rémunération demandée jugée trop élevé. Trivialement, Alain Weill estime donc que le jeu n'en vaut pas la chandelle, à savoir une somme approchant le million d'euros. "Les enjeux financiers ne justifient pas de rester bloqués. Notre proposition, c'est une façon constructive d’aller de l’avant et de régler le problème pour ne pas priver des millions de Français de leurs habitudes", a-t-il ajouté, laissant entendre qu'Altice pourrait faire une proposition similaire à Free. Pour l’instant, les deux groupes ne se parlent plus. L'opérateur de Xavier Niel a décidé de suspendre depuis le 27 août la diffusion à ses abonnés des trois chaines d'Altice.

Alain Weill, le PDG d'Altice France, parie sur le fait que l'avenir lui donnera raison

Les téléspectateurs peuvent toutefois continuer à regarder BFM TV, BFM Business, RMC Découverte et RMC Story, en passant par la TNT. Les Livebox d'Orange sont équipées d'un tuner TNT qui permet effectivement de recevoir le flux de ces chaînes. Principal diffuseur sur internet de BFM TV, Orange compte près de 12 millions d'abonnés. Free, propriété d'Iliad, pèse de son côté un petit quart de l'audience télévisuelle. Pour l’instant, il n’y aurait pas eu d’incidences fortes sur les audiences même si une source proche d'Altice reconnaît que le conflit avec Orange "est un changement de paradigme".

"C'est préjudiciable pour BFMTV mais notre avance nous permet de passer cette crise là. En l'absence de Free, on ne peut pas dire que la chaîne a été déstabilisée. On fait sept fois l'audience de LCI sur les 25-49 ans et trois fois celle de CNews. Ça nous donne une marge de manœuvre pour discuter", avance Alain Weill. De par la taille de BFM TV et des autres chaînes du groupe, il ne peut pas imposer son modèle face aux géants des télécoms que sont Free et Orange, qui dominent la distribution de la télévision en France grâce à la large implantation de leur box. Au premier semestre 2018, 79 % des foyers disposaient d'un téléviseur connecté à internet par le décodeur TV des FAI,  selon une étude du Conseil supérieur de l'audiovisuel..

Mais s'il accepte de perdre un levier d'action en offrant le signal, c'est que le dirigeant fait le pari de l'avenir. Il est convaincu que l'histoire lui donnera raison. Free et Orange, qui ne possèdent pas de chaines comme Bouygues (groupe TF1) et SFR (BFM, RMC Découverte, RMC Story) n’auront bientôt plus le choix, selon lui. Devenus des distributeurs de contenus, ils devront payer pour avoir tous les services associés au risque de perdre des abonnés.

A lire aussi — Le gouvernement souhaite que Netflix et Amazon mettent plus d'argent pour financer les fictions françaises et européennes

"Netflix est là, Disney et Apple arrivent : les habitudes de consommation de la télévision vont être transformées. Ils proposent d’abord la distribution de la télévision, c’est devenu leur premier métier. Je ne suis pas toujours sûr que les opérateurs télécoms sont conscients des nouveaux enjeux et qu'ils sont très bien préparés."

Altice vient de se rapprocher doucement de l'un de ces nouveaux acteurs : Facebook. BFM TV fait partie avec Le Monde et Brut des partenaires du réseau social pour développer des contenus vidéo d’information sur la plateforme Facebook Watch. Pour BFM TV, cette nouvelle offre s’articulera autour de Bruce Toussaint, avec le programme "Bonsoir Bruce", un rendez-vous quotidien inédit à 18h dans lequel Bruce Toussaint reviendra sur l’actualité de la journée.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Netflix ne devrait pas être trop effrayé par l'arrivée de Disney+ aux États-Unis