Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Amazon aurait refusé de fermer deux entrepôts espagnols malgré trois cas confirmés de coronavirus

Amazon aurait refusé de fermer deux entrepôts espagnols malgré trois cas confirmés de coronavirus
L'entrepôt d'Amazon près de Madrid, en Espagne. © Susana Vera/Reuters

En Espagne, bien que trois de ses travailleurs aient été testés positifs au coronavirus, Amazon a exclu la fermeture de deux entrepôts, selon le site d'information espagnol La Información. Contacté par Business Insider US, un employé des entrepôts a confirmé l'information. L'entrepôt de San Fernando, situé à l'extérieur de Madrid, emploie plus de 3 000 personnes. Deux cas de contamination par le virus y ont été déclarés selon l'employé. Un autre cas a été signalé dans le second entrepôt situé juste à l'extérieur de Barcelone. L'employé contacté par Business Insider a expliqué que la direction avait exclu la possibilité de fermer l'un ou l'autre des deux sites. La décision de maintenir les entrepôts ouverts a mis en colère le syndicat local des travailleurs, le CCOO. Celui-ci entend engager des poursuites judiciaires contre Amazon. "Ils font passer l'appât du gain avant la santé des travailleurs", a déclaré un porte-parole du syndicat à La Información.

Amazon serait même entrain d'embaucher des dizaines de nouveaux travailleurs temporaires dans ses entrepôts espagnols, selon le site d'information. L'entreprise a déclaré à La Información qu'elle apporte un soutien aux travailleurs déjà en quarantaine. "La santé et la sécurité de nos employés est notre principale préoccupation. Nous suivons les directives des autorités sanitaires locales et internationales et avons mis en place une série de mesures préventives de santé dans nos centres à travers le monde", a déclaré un porte-parole. Amazon n'était pas immédiatement disponible pour des commentaires lorsque Business Insider US l'a contacté.

À lire aussi — Amazon veut réduire les délais de livraison pour ses clients Prime

Christy Hoffman, secrétaire général de l'UNI Global Union, une fédération syndicale internationale, a condamné la décision d'Amazon. "Amazon a demandé aux employés travaillant dans ses bureaux de rester chez eux afin d'éviter la propagation de COVID-19. Mais, en ce qui concerne ceux des entrepôts, la même préoccupation ne semble pas s'appliquer. Lorsque les employés d'un entrepôt sont testés positifs, un effort particulier doit être fait pour protéger les autres employés, encourager la distanciation sociale et nettoyer en profondeur l'installation. Mais, au lieu de cela, l'entreprise fait venir plus de main d'oeuvre, travaillant à un rythme encore plus rapide, afin de répondre à l'augmentation de la demande des consommateurs", s'est-elle insurgé auprès de Business Insider US.

"Amazon devrait prendre toutes les mesures possibles pour empêcher la propagation du virus et non pas tirer profit de l'augmentation des ventes de désinfectants pour les mains et d'eau en bouteille. Sans les précautions nécessaires, l'entreprise pourrait mettre en danger les travailleurs et la communauté au sens large", a ajouté Christy Hoffman.

Une différence de traitement entre les employés de bureaux et les manutentionnaires

L'épidémie de coronavirus a mis en évidence les différences au sein des grandes entreprises américaines entre les employés à temps plein et bien rémunérés et les manutentionnaires qui travaillent dans les cafétérias, les magasins de détail et, dans le cas d'Amazon, les entrepôts. Alors que la plupart des employés de bureau ont reçu l'instruction de télétravailler, ces travailleurs plus précaires dépendent d'un taux horaire. Ils ne peuvent pas travailler à domicile et ont tendance à ne pas bénéficier des mêmes avantages.

La plupart des géants de la tech américains ont promis un soutien financier aux employés horaires qui ne peuvent pas venir travailler pendant le confinement ou qui tombent malades. Amazon a promis à ses manutentionnaires qu'ils bénéficieraient de deux semaines de congé maladie rémunéré s'ils étaient mis en quarantaine, et d'un congé sans solde illimité jusqu'en mars. L'entreprise a également mis en place un "fonds de secours" de 25 millions de dollars pour les chauffeurs et les travailleurs saisonniers, ce qui comprend ses employés dans les entrepôts.

La nouvelle épidémie de coronavirus a entraîné une hausse des commandes sur Amazon. Samedi dernier, le service de livraison Amazon Prime connaissait des retards, tandis que les articles ménagers de base étaient en rupture de stocks sur le site, selon CNBC.

Version originale : Isobel Asher Hamilton et Ruqayyah Moynihan / Business Insider US. Traduit de l'anglais par Mégan Bourdon.

Découvrir plus d'articles sur :