Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Amazon compte sur des salariés 'volontaires' pour faire respecter les distances de sécurité

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Amazon compte sur des salariés 'volontaires' pour faire respecter les distances de sécurité
Amazon a décidé de s'en remettre à des salariés volontaires pour éviter la contagion dans ses entrepôts. © Peter Steffen/picture alliance via Getty Images

En fin de semaine dernière, l'Inspection du travail avait exigé d'Amazon qu'il revoit ses mesures de protection de ses salariés dans certains de ses entrepôts en France, face au coronavirus, notamment sur sur le site de Lauwin-Planque dans le Nord. Amazon a décidé de s'en remettre à des salariés "volontaires pour aider au rappel et au respect des mesures de distanciation mises en place" sur ses sites, a indiqué à l'AFP le groupe. "Ces volontaires sont formés pour ce poste dans le but d'aider chacun à vérifier que les distances de sécurité sont respectées, car bien que nous ayons tous connaissance des principes de distanciation requis dans la période actuelle, il peut arriver à n'importe qui d'oublier un temps de maintenir ces distances", explique le géant du commerce en ligne dans un courriel à l'AFP.

"Les personnes volontaires pour ce poste percevront la même rémunération, ce qui implique que, pour des salariés qui seraient actuellement sur des niveaux de rémunération inférieurs, une lettre de mission est fournie pour qu'ils perçoivent le niveau de rémunération qui correspond au poste", précise encore le groupe. Vendredi 3 avril, Amazon avait tenté de rassurer ses salariés inquiets en promettant des masques et que "dès lundi", il y aurait "un contrôle de la température par caméra thermique à l'entrée des sites en France".
Des sources syndicales avaient auparavant craint qu'Amazon ne sanctionne "le non-respect de règles qui ne peuvent pas être respectées sur le site" de Lauwin-Planque (Nord) notamment la distanciation de deux mètres "impossible à respecter tant au travail que pendant les temps de pause", selon le délégué CGT du Douaisis Yves Quignon.

A lire aussi — Des syndicats d'Amazon exigent la fermeture des entrepôts français

Il n'y a "pas de processus de sanction particulier", répond Amazon, sauf dans le cas d'un "refus manifeste" qui verrait l'application "des mêmes règles que pour le non-suivi de mesures internes à l'entreprise. "Le géant américain avait annoncé le 21 mars cesser de prendre des commandes jugées "moins prioritaires" sur ses sites français et italien pour se concentrer sur les produits les plus demandés, d'hygiène ou de base. Une source syndicale CFDT de l'entrepôt de Saran, dans le Loiret, se montre sous couvert d'anonymat dubitatif sur cette mesure. "On a eu des collègues qui nous disent que cela n'a pas été appliqué et ce dès le 17 mars."

La grogne sociale contre le géant américain ne se limite pas à la France, puisque lundi, plusieurs dizaines de salariés de l'entrepôt new-yorkais d'Amazon à Staten Island, au sud de Manhattan, ont observé un arrêt de travail. L'entreprise a essayé là aussi de calmer les inquiétudes en annonçant jeudi qu'elle fournirait à ses employés thermomètres, masques et désinfectant.

Plusieurs salariés d'Amazon dans le monde ont été testés positifs au coronavirus. Il y aurait au moins cinq cas en France mais Amazon estime que les droits de retrait exercés par les salariés ne sont pas justifiés.

A lire aussi — Amazon décide de reporter Prime Day, sa période de promotions annuelle

Découvrir plus d'articles sur :