Les gens sont horrifiés par un brevet d'Amazon qui met les employés en cage — mais un dirigeant dit que même les 'mauvaises idées' sont déposées

Reuters

  • Un nouvel article de recherche a déterré un brevet d'Amazon qui montre comment transporter des manutentionnaires en cage.
  • Le brevet a été accordé en 2016 et le système n'a pas été mis en œuvre, mais le concept semble choquant, surtout dans le contexte d'un débat plus large sur la façon dont Amazon traite les gens qui travaillent dans ses entrepôts.
  • Amazon a précisé que le système n'a jamais été mis en œuvre et a déclaré que la cage a été conçue pour la sécurité des employés.
  • Des salariés d'Amazon payés pour répondre aux critiques de l'entreprise sur les réseaux sociaux sont également intervenus pour défendre le brevet.

Un brevet déposé en 2016 est revenu hanter Amazon au moment même où l'entreprise est sous pression sur la façon dont elle traite les employés qui travaillent dans ses entrepôts.

Les documents originaux de ce brevet montrent une cage conçue pour transporter les employés dans les entrepôts. L'idée est qu'à mesure que les entrepôts remplis de robots qui sont occupés à exécuter des tâches, il pourrait être plus sûr pour les humains de naviguer au sein de ces espaces de travail dans une boîte fermée.

Le brevet, intitulé "System and Method for transporting Personnel within an active Workspace", a été mis en évidence par un article récent de Kate Crawford et Vladan Joler, chercheurs en éthique de l'IA.

Leur article décrit le projet comme "une illustration extraordinaire de l'aliénation des travailleurs, un moment difficile dans la relation entre les humains et les machines".

Selon le brevet, l'engin est conçu pour permettre aux travailleurs humains d'entrer en toute sécurité dans des "zones protégées".

Voici un dessin de la cage du dépôt de brevet:

Le concept de "système et méthode pour transporter du personnel dans un espace de travail actif". USPTO

Bien que le brevet ne soit pas nouveau, l'article de Crawford et Joler a provoqué une onde de choc sur les réseaux sociaux après que la publication des dessins par le Boston Herald.

Le responsable des opérations d'Amazon, Dave Clark, a répondu aux furieux sur Twitter en déclarant que "même les mauvaises idées sont proposées pour des brevets": 

"Parfois même de mauvaises idées sont soumises pour des brevets. Cela n'a jamais été utilisé et nous n'avons aucun projet de l'utiliser. Nous avons développé une bien meilleure solution qui est un petit gilet que les employés peuvent porter et qui fait s'arrêter de bouger toutes les unités robotiques à proximité."

Business Insider a contacté Amazon pour savoir comment fonctionnent ses gilets répulsifs pour robots.

Les ambassadeurs du Amazon Fulfilment Center — des employés d'entrepôt qui tweetent pour l'entreprise dans le cadre de leurs relations publiques — ont également exprimé leur soutien à Amazon.

Un ambassadeur de la marque a ainsi écrit: "Le bâtiment où je travaille est très sûr et propre.... Je me suis renseigné sur cette histoire de cage et ce n'est qu'un de ces brevets que beaucoup d'entreprises ont. Mais ils l'utiliseront peut-être."

"La façon dont je vois les choses, c'est que la cage a été conçue pour la sécurité du travailleur. De plus, ce brevet date d'il y a quelques années. Beaucoup de vos grandes entreprises ont d'étranges brevets."

Un autre ambassadeur a dit: "Amazon ne veut pas mettre ses travailleurs dans des cages, ce brevet ne sera jamais utilisé car ils ont trouvé un meilleur moyen de faire le travail. Dave Clark lui-même a fait une déclaration pour éclaircir les choses!"

Les grandes entreprises de technologie déposent régulièrement des brevets qui évoquent des mondes dystopiques. En 2017, Amazon a ainsi déposé un brevet qui permettrait aux drones de livraison d'analyser les maisons des clients en vue de leur vendre plus de produits.

Et certaines personnes sur Twitter n'ont pas été troublées par le concept de cage, disant qu'être dans un enclos quand on travaille avec des machines n'est pas si inhabituel.

"J'ai travaillé dans une aciérie pendant deux étés. Toutes les machines pouvaient m'écraser en quelques milli-secondes. Je portais littéralement des laisses qui limitaient le mouvement de mes bras lorsqu'une machine était active. S'il avait mal fonctionné pendant que je changeais de pièces, des laisses m'auraient arraché le corps pour me sauver la vie. (...) Alors ouais. Je pense sincèrement que les cages n'étaient que des mesures de sécurité archaïques."

Amazon a récemment été sous le feu des critiques pour ses conditions de travail, et un journaliste infiltré a rapporté que des travailleurs urinaient dans des bouteilles pour éviter de rater leurs objectifs, ce qu'Amazon a nié.

Version originale: Isobel Asher Hamilton/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : CLASSEMENT: Les voitures haut de gamme les plus rentables — et celles qui perdent de l'argent

VIDEO: Cette route est peinte en blanc pour lutter contre les fortes températures — voici comment elle fonctionne

Contenu Sponsorisé

Votre entreprise fait face à des défis? Apprenez à vous adapter et à prospérer avec Agile

  1. valérie

    mais c'est pour la prévention des risques de la robotisation des magasins ! : Protéger l’utilisateur du danger potentiel du robot en mouvement nécessite de créer une zone protégée par une enceinte de protection avec un accès restreint , par exemple, isolement par une cage en polycarbonate ou un grillage :
    http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=546 ; on a bien des cages de protection sur les engins de chantier

Laisser un commentaire