Publicité

Amazon nie avoir intimidé des employés après l'échec de la création d'un syndicat en Alabama

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Amazon nie avoir intimidé des employés après l'échec de la création d'un syndicat en Alabama
Jeff Bezos, fondateur d'Amazon, lors du JFK Space Summit en juin 2019. © Charles Krupa/AP
Publicité

Amazon a publié sa réponse officielle aux résultats de l'élection syndicale dans son entrepôt de Bessemer, en Alabama (États-Unis), où les employés ont voté contre la formation du tout premier syndicat de l'entreprise. La société a remercié les employés d'avoir pris part à l'élection et a déclaré qu'au final, 16 % des travailleurs de l'entrepôt avaient voté en faveur de la création d'un syndicat. Au total, 55 % des 5 800 travailleurs de l'entrepôt ont participé à l'élection syndicale. Le décompte final a compté 1 798 voix contre la syndicalisation et 738 voix pour le syndicat.

Amazon s'est défendu contre les allégations du syndicat américain Retail, Wholesale, and Department Store Union (RWDSU) selon lesquelles il aurait illégalement falsifié l'élection en intimidant les travailleurs. "Il est facile de prédire que le syndicat va dire qu'Amazon a gagné cette élection parce que nous avons intimidé les employés, mais ce n'est pas vrai. Nos employés ont entendu beaucoup plus de messages anti-Amazon de la part du syndicat, des décideurs politiques et des médias que de messages de notre part", a déclaré l'entreprise.

À lire aussi — Amazon accusé d'avoir formé une 'armée' d'employés pour prendre sa défense sur Twitter

Le RWDSU a annoncé vendredi qu'il avait déposé des objections officielles auprès du National Labor Relations Board (NLRB) concernant les tactiques d'Amazon pendant l'élection, qui s'est déroulée du 8 février au 29 mars. "Nous exigeons une enquête complète sur le comportement d'Amazon qui a corrompu cette élection", a déclaré le président du RWDSU, Stuart Appelbaum, dans un communiqué.

Les employés pro-syndicat d'Amazon ont raconté à Insider les différentes tactiques qu'Amazon aurait déployées pour convaincre ses employés de voter non, notamment les réunions antisyndicales obligatoires, l'envoi de textos aux employés et la pose de panneaux antisyndicaux dans les sanitaires.

Plus précisément, le RWDSU a également déposé une objection concernant une boîte aux lettres apparue à l'extérieur de l'entrepôt, dans laquelle Amazon encourageait les employés à voter. Le Washington Post a découvert, grâce à une demande au titre de la loi sur la liberté de l'information, qu'Amazon avait poussé les services postaux américains à installer cette boîte aux lettres.

Cela s'est produit après que le NLRB (National Labor Relations Board, agence indépendante du gouvernement fédéral américain chargée de conduire les élections syndicales et d'enquêter sur les pratiques illégales dans le monde du travail) a rejeté une tentative de la société visant à rendre obligatoire le vote en personne à l'intérieur de l'entrepôt. Amazon n'a pas abordé la question de la boîte aux lettres dans sa déclaration.

Dans sa déclaration, Amazon a également profité de l'occasion pour faire pression en faveur d'un salaire minimum national de 15 dollars (12,62 euros). "Nous sommes heureux d'avoir l'occasion de nous asseoir et de partager des idées avec tout décideur politique qui souhaite faire passer des lois garantissant que tous les travailleurs aux États-Unis se voient garantir au moins 15 dollars de l'heure, des soins de santé dès le premier jour et d'autres avantages solides", peut-on lire dans cette déclaration.

Amazon a augmenté son salaire minimum à 15 dollars de l'heure en novembre 2018 après une pression politique soutenue du sénateur Bernie Sanders. Les experts du travail ont déclaré à Insider que le lobbying d'Amazon en faveur d'un salaire minimum national est un mouvement stratégique intelligent, permettant à l'entreprise de renforcer sa réputation et de nuire potentiellement à des rivaux comme Walmart sans débourser d'argent supplémentaire.

Lisez la réponse complète d'Amazon ici :

"Merci aux employés de notre centre de distribution BHM1 en Alabama d'avoir participé à l'élection. Il y a eu beaucoup de bruit au cours des derniers mois, et nous sommes heureux que vos voix collectives aient finalement été entendues. Au final, moins de 16 % des employés de BHM1 ont voté pour rejoindre le syndicat RWDSU.

Il est facile de prédire que le syndicat dira qu'Amazon a gagné cette élection parce que nous avons intimidé les employés, mais ce n'est pas vrai. Nos employés ont entendu beaucoup plus de messages anti-Amazon de la part du syndicat, des décideurs politiques et des médias que de messages de notre part. Et Amazon n'a pas gagné — nos employés ont fait le choix de voter contre l'adhésion à un syndicat. Nos employés sont le cœur et l'âme d'Amazon, et nous nous sommes toujours efforcés de les écouter, de prendre en compte leurs commentaires, d'apporter des améliorations continues et d'investir massivement pour offrir d'excellents salaires et avantages dans un lieu de travail sûr et inclusif. Nous ne sommes pas parfaits, mais nous sommes fiers de notre équipe et de ce que nous offrons, et nous continuerons à travailler pour nous améliorer chaque jour.

Nous espérons qu'avec cette élection maintenant terminée, il est possible de passer de la parole aux actes dans tout le pays. Bien que notre équipe représente plus d'un million de personnes dans le monde et que nous ayons créé 500 000 nouveaux emplois depuis le début de la crise du Covid-19, nous ne représentons toujours qu'une infime partie de la population active. Il y a 40 millions d'Américains qui gagnent moins que le salaire de départ chez Amazon, et beaucoup plus qui ne bénéficient pas de soins de santé par le biais de leur employeur, et nous pensons que cela devrait être corrigé. Nous sommes heureux d'avoir l'occasion de nous asseoir et de partager des idées avec tout décideur politique qui souhaite adopter des lois garantissant à tous les travailleurs américains un salaire minimum de 15 dollars de l'heure, des soins de santé dès le premier jour et d'autres avantages solides. Nos employés ont tiré d'énormes bénéfices de ce que nous offrons et nous pensons que chaque famille américaine mérite la même chose. Nous pensons que nous pouvons mieux travailler ensemble plutôt que les uns contre les autres pour adopter ces lois importantes, et nous espérons que c'est ce qui se passera dans les mois et les années à venir.

En attendant, si vous souhaitez rencontrer des membres de notre équipe et voir ce que c'est que de travailler dans l'un de nos bâtiments, nous vous encourageons à vous inscrire pour une visite sur www.amazonfctours.com. Il s'agit d'une opération incroyable, soutenue par une équipe de classe mondiale, et nous serions ravis que vous puissiez y assister."

Version originale : Isobel Asher Hamilton/Insider

À lire aussi — Amazon voit sa part de marché diminuer en France en 2020

Découvrir plus d'articles sur :