Les chariots de manutention de Balyo sont autonomes, capables de naviguer et d'interagir avec leur environnement. Facebook/Balyo

L'entreprise française Balyo, qui conçoit une technologie de robots autonomes pour les chariots de manutention, vient d'annoncer un accord commercial avec Amazon qui pourrait devenir à terme le premier actionnaire de l'entreprise d'Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) selon les termes de l'accord.

En effet, Amazon recevra des bons de souscription d'actions gratuits en fonction en fonction des commandes des produits embarquant la technologie de Balyo.

La totalité des bons de souscription, soit 29% du capital et des droits de vote, seront exercés si Amazon commandait jusqu'à 300 millions d'euros de produits.

Les partenaires industriels et actionnaires de Balyo — Hyster-Yale Group et Linde Material Handling, ainsi que les fondateurs et les principaux actionnaires financiers de la société — Seventure Partners et Bpifrance Investissement — se sont engagés à voter en faveur de cette résolution.

"Cet accord (...) représente une opportunité sans précédent pour Balyo de développer son activité et soutient la solidité de nos investissements au cours des années pour perfectionner nos solutions robotiques", a déclaré jeudi le directeur général de Balyo, Fabien Bardinet, cité dans un communiqué.

L'automatisation des entrepôts est un élément clé des efforts déployés par Amazon pour réduire les coûts et accélérer les livraisons. Conséquence, elle a imposé un rythme infernal au secteur e-commerce: d'un standard de livraison de quelques jours, on est passé à 24 heures et demain en quelques heures.

Pour y parvenir, le plus grand distributeur  en ligne au monde utilise actuellement des robots développés par Kiva Systems, une entreprise achetée pour 775 millions de dollars en 2012. Amazon aurait installé 45.000 robots dans ses entrepôts.

Fondée en 2005, Balyo, dont le système de navigation transforme les chariots élévateurs en véhicules autonomes, prévoit un chiffre d'affaires pour 2018 de 23,3 millions d'euros, en hausse de 40% par rapport à l'année précédente.

En France, une autre société s'est faite remarquer sur ce marché de la robotique B to B: Exotec Solutions. Elle a levé de 15 millions d'euros en 2018 pour ses robots autonomes avec des manutentionnaires qui ne bougent pas car ils sont capables de se déplacer quatre fois plus vite et de monter cinq fois plus haut dans un entrepôt que des solutions classiques de transport de palettes ou les robots d'Amazon qui déplacent des étagères entières, selon ses dirigeants.

Selon la société d'investissement Iris Capital, qui est actionnaire d'Exotec Solutions, la logistique pèsera plus de 10 trillions d'euros dans le monde d'ici à 2023, soutenue par l'expansion du e-commerce.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le patron d'Amazon Jeff Bezos annonce qu'il divorce de sa femme MacKenzie Bezos

VIDEO: Voici pourquoi vous avez mal à la tête quand vous mangez une glace