Amazonie : la France contribue à la déforestation en important du soja, assurent les ONG

La forêt amazonienne en feu, le 23 août 2019. REUTERS/Ueslei Marcelino

L'Amazonie s'est imposée au sommet du G7, tant les feux qui ravagent la plus grande forêt tropicale de la planète sont nombreux et puissants ces dernières semaines. Depuis janvier 2019, plus de 73 000 départs de feux ont été recensés par l'Institut national des recherches spatiales (INPE) au Brésil, un chiffre en hausse de plus de 83% par rapport à l'année dernière. Depuis des années, les ONG alertent sur la déforestation qui menace la forêt amazonienne. Aujourd'hui, elles pointent la responsabilité du président brésilien Jair Bolsonaro, dont les actes et le discours favorisent l'impunité de ceux qui provoquent des incendies pour défricher et transformer la forêt en zones de pâturage pour les troupeaux ou en terres destinées à la culture.

Mais les ONG soulignent aussi le rôle joué par les pays importateurs de soja, comme la France. La forêt amazonienne est "une région sous pression par les importations des pays du G7", a déclaré Pierre Cannet, responsable climat du WWF France, évoquant notamment les cultures de soja au micro de franceinfo vendredi matin. Le soja importé en France pour nourrir notre bétail, "c'est un non-sens", a-t-il insisté. Contacté par Business Insider France, Jérôme Frignet, directeur des campagnes de Greenpeace France, va dans le même sens.

"Il y a une responsabilité de l'économie française dans la déforestation et le réchauffement climatique, estime-t-il. Trois à quatre millions de tonnes de grains et de tourteaux de soja pour les volailles, les bovins et les porcins sont importés chaque année en France. Et les deux principaux fournisseurs de la France sont les Etats-Unis et le Brésil."  

Un produit importé majoritairement du Brésil pour l'élevage

Dans un rapport publié en juin 2019, Greenpeace précise que l'Union européenne importait en 2017 plus de la moitié du soja consommé sur le continent du Brésil (37%) et de l'Argentine (29%). Et dans l'Hexagone, le soja importé provenait à 61% du Brésil, "de très loin le premier fournisseur de soja de la France, avec plus de 2 millions de tonnes par an", écrit l'ONG, à partir des chiffres de la base de données Comtrade de l'ONU. En comparaison, la production française de soja est de "seulement" 412 000 tonnes par an, une quantité insuffisante pour subvenir à nos besoins. 

Mais qui mange autant de soja en France? Ce ne sont pas les Français directement mais les animaux qui finissent dans leurs assiettes. Au niveau européen, Greenpeace estime à 87% le soja importé destiné à l'alimentation animale, dont près de 50% pour la volaille, suivie des porcs (24%), des vaches laitières (16%) et des bovins allaitants (7%). Ces animaux seraient en outre nourris en grande partie à base de produits génétiquement modifiés, puisqu'au Brésil et en Argentine, "plus de 95% du soja produit est transgénique" selon l'ONG. 

Le soja, première cause de déforestation

En novembre 2018, Envol Vert, une association française de protection des forêts, pointait déjà le soja présent dans l'alimentation des animaux comme "le principal vecteur de déforestation de notre consommation". L'élevage, en raison de sa consommation de soja, serait responsable de 70% de la déforestation de l'Amérique du Sud, selon elle. L'"empreinte forêt" — calculée par Envol Vert et qui mesure la surface de forêt nécessaire "pour subvenir à nos modes de vie et nos consommations" — s'élèverait à 352 m² par Français, dont 206 m² rien que pour le soja, loin devant le cuir (37 m²), l'huile de palme (33 m²) et le papier (24 m²).

En mars 2018, l'ONG Mighty Earth dressait un constat similaire, avançant que près de 75% du soja produit dans le monde est destiné à l'alimentation animale, et que plus d'un million de kilomètres carrés de terres sont consacrés à la culture de cette plante, "une surface presque deux fois plus vaste que la France". L'ONG interpellait notamment les enseignes de la grande distribution (Carrefour, Leclerc, Casino, Auchan...), soulignant que le label "élevé en France" masquait le fait que la nourriture pour le bétail est souvent produite "à des milliers de kilomètres de là"

Un moratoire en Amazonie

Si la déforestation est bien liée à la production de soja au Brésil, il est un peu réducteur d'établir un lien direct avec la situation de l'Amazonie en particulier. Des feux sont certes provoqués dans la forêt pour transformer des terres en zones cultivables. Mais les incendies n'ont pas lieu qu'en Amazonie. Beaucoup moins médiatisée, la région du Cerrado, une savane située dans le centre du Brésil, subit un défrichement intense. "La moitié a déjà été défrichée", alerte Catherine Aubertin, économiste de l’environnement et directrice de recherche à l’Institut de recherche pour le développement, dans une interview accordée au Monde.

Capture d'écran du rapport de Greenpeace publié en juin 2019. Greenpeace

Et ce n'est pas un hasard. "En voulant protéger l’Amazonie, notamment en refusant d’importer des produits (viandes, soja, céréales…) de cette région, on a de fait participé à déplacer la production vers d’autres espaces comme le Cerrado, dont le sort émeut moins à l’étranger", poursuit-elle. Un accord a effectivement été signé sur le soja par les principaux négociants du secteur, des organisations de la société civile et le gouvernement brésilien. Ses signataires se sont engagés à ne pas acheter de soja provenant de zones forestières en Amazonie après juillet 2008. Ce moratoire a été renouvelé pour une durée indéterminée en 2016, rappelle Greenpeace. 

L'ONG souligne son efficacité, puisque le soja serait directement responsable de seulement 1,2% de la déforestation en Amazonie depuis juillet 2008. Mais la région du Cerrado, qui a perdu la moitié de sa végétation d'origine, semble en payer le prix. 

Les ONG opposées au Mercosur

Pour limiter la déforestation en Amazonie et dans l'ensemble du Brésil, les ONG s'opposent au projet de traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Mercosur, un marché commun regroupant le Brésil, l'Argentine, le Paraguay et l'Uruguay. Les importations de soja "vont être intensifiées par l'accord avec le Mercosur", dénonçait vendredi Pierre Cannet, du WWF France.

L'Elysée, accusant Jair Bolsonaro d'avoir menti sur ses engagements climatiques lors du sommet du G20 fin juin, a aussi déclaré s'opposer à l'accord avec le Mercosur "en l'état". Ce projet de traité est donc pour le moment suspendu par le président français, Emmanuel Macron.

"Cet accord, c'est le Brésil qui vend plus de soja, de bœuf et de poulet, détruisant les paysans et l'Amazonie ; contre l'Europe qui exporte plus de bagnoles, de services financiers et de services d'assurance. C'est un accord climaticide, c'est la mondialisation de la souffrance animale et de la déforestation", s'est insurgé de son côté l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot, au micro de franceinfo lundi matin. "Si Emmanuel Macron ne suspend pas mais arrête l'accord avec le Mercosur qui va structurellement décimer l’Amazonie, bravo, tant mieux", a-t-il ajouté. 

Pour une "réorientation radicale nécessaire de notre modèle d’élevage"

Pour lutter contre la déforestation, les ONG appellent également à faire évoluer la façon dont on élève nos animaux. Greenpeace invite ainsi à une "réorientation radicale nécessaire de notre modèle d’élevage qui n’est pas soutenable et trop dépendant du soja importé".

Le gouvernement, qui s'est doté fin 2018 d'une Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI), ne va pas assez loin, selon l'organisation. Il veut mettre un terme à l'importation de produits forestiers ou agricoles non durables contribuant à la déforestation d'ici 2030. Mais "cette SNDI se contente d’afficher un objectif ambitieux sans mettre en place les mesures pour l’atteindre", déplore Greenpeace.

A lire aussi — 13 photos qui montrent l'impact de l'activité humaine sur les forêts

Enfin, pour réduire la déforestation, les ONG préconisent tout simplement de manger moins de viande, ce qui entraînerait une baisse des importations de soja et donc moins de pression sur les forêts comme l'Amazonie, ou la savane du Cerrado. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les incendies en Amazonie sont si importants qu'on voit la fumée depuis l'espace

Voici la pire chose à faire quand vous vous levez le matin selon un médecin du sommeil