Un analyste dit qu'Amazon devrait ouvrir des stations-service — voici pourquoi

Jeff Bezos, fondateur d'Amazon. Steve Jurvetson/Flickr

Alors qu'Amazon continue son expansion dans les magasins physiques — entre Whole Foods, Amazon Go ou encore avec des pop-up stores— un analyste de la banque d'investissement DA Davidson a écrit que le géant du e-commerce devrait également envisager d'ouvrir des stations-service, rapporte Bloomberg.

Dans une note adressée à ses clients, Tom Forte a ainsi expliqué que des stations-service "pourraient fournir à l'entreprise des milliers d'emplacements commerciaux pour faire progresser ses efforts de livraison".

L'analyste de DA Davidson a estimé que les stations-service pourraient permettre à Amazon d'installer des Amazon Locker — ces emplacements centralisés de collecte de colis livrés par l'entreprise — ou encore son système d'épiceries sans caisse et sans caissier Amazon Go, sans oublier que la vente de carburants pourrait être une nouvelle source de revenus pour l'entreprise. 

Tom Forte rappelle d'ailleurs qu'aux Etats-Unis, l'enseigne de la grande distribution Costco Wholesale engrange 10% de ses revenus grâce à la vente d'essences. En France, Carrefour, E. Leclerc ou encore le groupe Casino sont présents sur ce marché et se livrent des batailles régulièrement sur le prix des carburants.

La constitution d'un réseau de stations-service pourrait par ailleurs "fournir à la société des données supplémentaires concernant les lieux où se trouvent les consommateurs", car elle aurait "des milliers d'autres endroits où elle saurait où ils font leurs achats", a précisé Tom Forte.

Amazon développe son réseau de magasins physiques car cela lui permettrait aussi d'augmenter ses ventes en ligne. En effet, une source anonyme a déclaré à la chaîne de télévision CNBC l'année dernière que les ventes en ligne avaient augmenté dans les zones disposant de magasins physiques Amazon. Les point de vente physiques sensibiliseraient davantage les clients à la marque.

Pour le moment, selon les données compilées par Bloomberg, les ventes dans les magasins physiques d'Amazon ne représentent que 7,5% de son chiffre d'affaires lors de son troisième trimestre qui se montait à 56 milliards de dollars, contre plus de 50% pour ses ventes en ligne au cours de la même période.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le patron du Printemps dit que tant qu'Amazon ne sait pas offrir une coupe de champagne à ses clients, le magasin physique a de l'avenir

VIDEO: La fondatrice d'une startup américaine raconte pourquoi elle a quitté Google après seulement 2 ans