'Anna', le dernier Luc Besson, fait aussi un flop dans les salles françaises

"Anna", le dernier film de Luc Besson, actuellement en salles. EuropaCorp

Après un échec au box office américain, "Anna", le nouveau film de Luc Besson, fait aussi un flop dans les salles françaises. Lors de sa première semaine d'exploitation, le film n'a enregistré que 280 773 entrées, selon le site box-office pro. Il s'agit du deuxième pire démarrage pour un film du réalisateur en France depuis au moins dix ans. Seul "The Lady" — son biopic sur Aung San Suu Kyi sorti en 2011 — a fait pire, avec 223 314 spectateurs la première semaine.

Contrairement à "Valérian" qui, en 2017, a pu compenser en partie son échec au box office américain par un certain succès en France et dans le reste du monde, "Anna" fait donc un four des deux côtés de l'Atlantique. En effet, le thriller n'a récolté que 3,5 millions de dollars au box office nord-américain lors de son premier weekend d'exploitation fin juin. Le film, qui a coûté 30 millions de dollars à produire, selon Deadline, devrait avoir du mal à rentrer dans ses frais. "Lucy", le précédent thriller estival du cinéaste, avait lui généré 43,9 millions de dollars lors de son premier weekend en 2014, pour un budget de 44 millions de dollars. 

Les performances des films de Luc Besson au box office français depuis 2010 :

  • "Valérian et la cité des mille planètes" (2017) : 1 640 681 spectateurs la première semaine (4 040 253 au total)
  • "Lucy" (2014) : 1 941 424 spectateurs la première semaine (5 203 226 au total)
  • "Malavita" (2013) : 471 021 spectateurs la première semaine  (958 586 au total)
  • "The Lady" (2011) : 223 314 spectateurs la première semaine (495 943 au total)
  • "Arthur 3" (2010) : 750 950 spectateurs la première semaine (3 127 246 au total)
  • "Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec" (2010) : 642 629 spectateurs la première semaine (1 629 404 au total)

L'échec d'"Anna" ne devrait donc pas arranger les finances d'EuropaCorp, la société de production de Luc Besson, placée mi-mai en procédure de sauvegarde par le tribunal de commerce de Bobigny pour une durée de six mois. Dimanche 14 juillet, le Journal du dimanche a révélé que l'entreprise discutait avec un de ses créanciers, le fonds américain Vine, pour une prise de participation.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 9 hommes et la femme d'affaires les plus cités dans les médias en France en 2018

VIDEO: Voici ce que deviendrait la Terre sans sa Lune