Anthony Levandowski. Otto

  • En 2017, Anthony Levandowski était au cœur d'un scandale impliquant Uber, son employeur de l'époque, et Waymo, son ancien employeur. Il a été accusé d'avoir volé les secrets industriels du programme de véhicule autonome de Google. 
  • Levandowski a été licencié par Uber et n'a pas fait beaucoup d'apparitions en public depuis que le litige a été soldé début 2018.
  • Cependant, TechCrunch révèle que Levandowski est impliqué dans un projet de camion autonome en cours, appelé Kache.ai. 
  • Kǎchē signifie "camion", en chinois, ou "caché" en créole haïtien, bien qu'il ne soit pas clair pour le moment à quoi le nom de la société fait référence. 

S'il semblait qu'Anthony Levandowski en avait fini avec les véhicules autonomes après avoir été licencié par Uber au beau milieu d'une dispute autour de secrets industriels, il semblerait que ce ne soit pas tout à fait le cas.  

TechCrunch a découvert que Levandowski est impliqué dans une nouvelle société de véhicules autonomes, appelée Kache.ai, qui compte se concentrer sur des camions commerciaux. Très peu d'informations sont disponibles sur la société et le site internet ne présente à l'heure actuelle qu'une photo de lac avec le nom de la société dessus. Auparavant, le site ne contenait qu'une photo d'un camion commercial sur une autoroute, avec la mention "Kache.ai — The Future of Intelligent Driving".

Kache ne communique pas et n'a pas répondu à TechCrunch pour cet article — et ne s'est pas faite remarquer depuis qu'elle a été enregistrée en tant que société il y a sept mois. Levandowski n'apparaît pas dans les statuts de la société, mais une adresse qui correspond à celle de son père et de sa belle-mère figure sur les documents déposés par Kache. Comme l'indique TechCrunch, la belle-mère de Levandowski, Suzanna Musick, était la DG d'une société qu'il a fondée appelée 510 Systems. 

Avant que le site n'ait été nettoyé, il contenait le paragraphe suivant, qui expliquait que Kache recrutait: 

"Nous développons la solution pour la prochaine génération de camions autonomes sur route", pouvait-on lire sur le site. "Notre philosophie de développement se fonde sur une approche d'équipe agile, rapide et très agressive et nous recherchons des ingénieurs logiciels et matériels qui s'épanouissent dans un tel environnement." 

On ne sait rien d'autre sur Kache à l'heure actuelle, mais TechCrucnh a dit que de multiples sources dans l'industrie des véhicules autonomes avaient confirmé que Levandowski était lié à cette société. 

Levandowski était auparavant au centre d'un scandale qui a duré plus d'un an, après que Waymo l'ait accusé en 2017 de voler des secrets commerciaux et de les amener à Uber. Il avait travaillé pour Waymo, l'ancien projet de voiture autonome de Google, pendant près de 10 ans avant de former une startup, Otto, qui a été rachetée par Uber. Dans un procès, Waymo a déclaré que Levandowski leur a volé plus de 9 gigaoctets d'informations, dont plus de 14.000 documents relatifs au projet de voiture autonome, juste avant qu'il ne quitte l'entreprise pour fonder Otto.

Levandowski a été congédié d'Uber, et Uber a soldé le litige par un règlement et  accepté de ne pas utiliser les informations qu'il avait prises du projet Waymo.

Levandowski a également ressurgi au milieu d'un nouveau scandale, quand il a dit qu'il fondait une nouvelle église centrée autour de l'adoration d'une intelligence artificielle baptisée "Way of the Future", qui, il pense, deviendra bientôt à l'image d'un dieu et plus intelligente que les humains, a-t-il dit.

Version originale: Sean Wolfe/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Uber récupère sa licence à Londres

VIDEO: Le train miniature sous-terrain qui traversait Londres pour livrer le courrier a ouvert au public — on l’a testé pour vous