Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Apple admet travailler sur des voitures autonomes dans une lettre au régulateur américain

Apple admet travailler sur des voitures autonomes dans une lettre au régulateur américain
© REUTERS/Toru Hanai

Un cadre d'Apple indique dans un courrier envoyé récemment à l'agence fédérale américaine chargée de la sécurité routière (NHTSA) que l'entreprise était "investie" et "enthousiaste" par les solutions logicielles de conduite autonome.

Il s'agit du premier signe officiel et public laissant entendre qu'Apple est bien en train de travailler sur un logiciel de conduite autonome, un secret de Polichinelle qu'Apple n'a jamais publiquement confirmé.

Dans une lettre datée du 22 novembre 2016, Steve Kenner, directeur de l'intégrité des produits d'Apple a écrit que la firme à la pomme "est en train de beaucoup investir dans l'étude de l'apprentissage automatique et de l'automatisation, et est enthousiasmé par le potentiel de systèmes automatisés dans beaucoup de secteurs, y compris les transports."

Le reste du commentaire, rédigé en réponse aux lignes directrices proposées par la NHTSA, s'inquiète essentiellement de la régulation et des documents administratifs qui visent les voitures en phase de développement, avant leur sortie officielle.

Dans un exemple, Apple souhaiterait qu'une entreprise qui teste ce type de fonctionnalités de conduite autonome puisse rapidement répéter l'opération "plusieurs fois au cours d'une période de 4 mois".

"De plus, Apple s'attend à ce que les entreprises puissent ajouter une fonctionnalité ou changer un design ou une fonction spécifique plusieurs fois au cours d'une période de 4 mois. Cette itération rapide ne devrait pas exiger d'analyses de sécurité multiples, qui représenteraient un fardeau administratif considérable pour la NHTSA et pour les entreprises", écrit Apple.

La lettre révèle plusieurs aspects de la stratégie globale d'Apple en matière d'automobile.

"Des véhicules internes de développement... à ne jamais utiliser par le grand public"

Une autre priorité d'Apple est de réduire les formalités administratives pour faire rouler des véhicules de développement en interne.

"A notre connaissance, le processus d'exemption a été mis en place dans le but de, et se focalise principalement sur, la vente de nouveaux véhicules à moteur au public — et non pas pour effectuer des tests sécurisés et contrôlés de véhicules en développement sur les routes publiques. Cependant, la règlementation suggère que les entreprises doivent chercher une exemption pour réaliser des tests de véhicules de développement internes sur la voie publique, ce qui n'est pas totalement conforme à la réglementation américaine concernant les véhicules automobiles."

Wikimedia Commons/Wing

La solution préférée par Apple? Le géant de la tech aimerait réaliser des tests sans avoir à obtenir d'exemption officielle, qui ralentit le processus et potentiellement dévoilerait des détails secrets concernant les progrès d'Apple.

"Alors que la NHTSA n'a pas la capacité d'amender le FAST Act, elle peut amender la réglementation et déclarer que les exemptions ne sont pas obligatoires pour effectuer des tests supervisés de véhicules en développement interne sur les routes publiques, à condition qu'elles ne soient pas utilisées par le grand public", écrit Apple.

Parce qu'Apple est une entreprise tellement secrète, il est peu probable que vous voyiez passer une voiture autonome de test d'Apple sur la voie publique. Il est bien plus probable qu'Apple les teste sur des routes privées comme Gomentum Station, en Californie.

Ce que l'on sait pour le moment

Le travail d'Apple en matière de voitures électriques n'est pas un secret. Cependant, Apple n'a jamais officiellement confirmé l'existence de ce projet. Elon Musk, DG de Tesla l'a qualifié une fois de "secret ouvert".

"Ça sera le réveillon de Noël pour un moment", a dit le DG d'Apple Tim Cook à propos du projet.

Matthew DeBord/Business Insider

Dans les faits, Apple a détient une entité séparée qui occupe 1000 personnes et s'appelle "Projet Titan". Elle explore des projets automobiles dans les sites industriels à Sunnyvale, en Californie, et d'autres sites antennes.

Quand le projet a débuté en 2014, Apple voulait fabriquer une voiture totalement électrique pour rivaliser avec Tesla et d'autres entreprises automobiles d'ici 2020. La conduite autonome n'était qu'une fonctionnalité prévue lors d'une mise à jour.

Le projet a été dans l'impasse et il y a eu des conflits internes au sein de la division. Plus tôt dans l'année, Apple a engagé Bob Mansfeld — un ingénieur respecté et de longue date d'Apple — qui a décidé de réduire les dépenses et de mettre en place de nouveaux objectifs.

Désormais, Apple travaille principalement sur un logiciel de conduite autonome, avec des approches intéressantes telles que le recours à la réalité virtuelle pour tester et récolter des données.

Fin 2017, l'entreprise fera un point sur les progrès effectués jusqu'à présent pour savoir ce qu'ils comptent faire de ce projet, selon Bloomberg.

Venturebeat a été le premier à écrire sur ce sujet.

Version originale: Kif Leswing/Business Insider

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :