Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Apple, Google et Tesla accusés d'avoir 'aidé et encouragé' l'exploitation d'enfants dans les mines de cobalt en RDC

Apple, Google et Tesla accusés d'avoir 'aidé et encouragé' l'exploitation d'enfants dans les mines de cobalt en RDC
© Reuters

D'après les informations du Guardian, Apple, Google, Microsoft, Tesla et Dell ont toutes été citées dans une plainte déposée devant un tribunal fédéral par des parents qui affirment que leurs enfants ont été blessés ou tués dans des mines de cobalt en République démocratique du Congo (RDC). International Rights Advocates, un groupe de défense des droits de l'homme, a déposé le 15 décembre 2019 une plainte devant le tribunal du district de Columbia au nom de 14 enfants et parents congolais, accusant les cinq grandes entreprises de "bénéficier, aider et encourager sciemment l'usage cruel et brutal de jeunes enfants".

La plainte accuse les entreprises d'obliger des enfants à travailler de longues heures et ce dès l'âge de six ans. Un labeur où ils sont "régulièrement mutilés et tués". Le dossier comprend des photos des blessures des plaignants, comme des jambes blessées et écrasées. Les enfants et leurs familles réclament des dommages et intérêts pour les salaires impayés, les frais médicaux ainsi que pour "l'angoisse mentale, la douleur et la souffrance" d'avoir été contraints de travailler dans des conditions dangereuses.

Le cobalt, un élément essentiel dans la fabrication des piles au lithium utilisées dans les iPhones, les véhicules rechargeables et d'autres produits, est une ressource vitale pour les entreprises des nouvelles technologie. La majeure partie du cobalt extrait sur la planète l'est en République démocratique du Congo.

À lire aussi — Les enceintes Alexa d'Amazon seraient fabriquées par des lycéens chinois, souvent de nuit

Apple et d'autres entreprises qui utilisent du cobalt ont déjà été accusées de recourir au travail des enfants, bien que ces firmes n'avaient jamais été visées par une plainte fédérale jusqu'à présent. En 2016, un rapport d'Amnesty International accusait déjà Apple, Samsung, Sony et Microsoft d'exploiter des enfants en RDC, sur la base d'entretiens réalisés avec plus de 90 personnes. L'ONG avait également découvert que les travailleurs ne recevaient pas toujours l'équipement de protection nécessaire et que les enfants travaillaient parfois durant 24 heures consécutives.

Le rapport sur la responsabilité des fournisseurs d'Apple aborde certains de ces problèmes. Dans la rubrique "Protection des jeunes travailleurs", il est précisé qu'un fournisseur peut embaucher des employés qui atteignent l'âge minimum légal "à condition qu'ils n'effectuent pas de travail qui pourrait mettre en danger leur santé, leur sécurité ou leur morale". "Le fournisseur n'exigera pas que les jeunes travailleurs fassent des heures supplémentaires ou effectuent du travail de nuit", stipulait également le document. Les porte-paroles d'Apple avaient défendu la manière dont l'entreprise luttait contre le travail des enfants par le passé, en publiant un rapport annuel sur les conflits miniers.

Apple, Microsoft, Google, Tesla et Dell n'ont pas répondu aux demandes d'interviews de Business Insider US.

Version originale : Mary Meisenzahl/Business Insider

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :