Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Apple n'autorise pas les méchants des films à avoir des iPhone, selon le réalisateur de 'À couteaux tirés'

Apple n'autorise pas les méchants des films à avoir des iPhone, selon le réalisateur de 'À couteaux tirés'
© Metropolitan FilmExport

Une règle d'Apple concernant les apparitions d'iPhone dans les films et les séries va peut-être vous spoiler votre personnage préféré en vous révélant si c'est un héros ou un méchant. Selon Rian Johnson, le réalisateur du thriller 'À couteaux tirés', Apple fait appliquer des règles strictes pour l'apparition de ses produits à l'écran. Dans une récente interview, Rian Johnson a déclaré à Vanity Fair que si Apple autorise le placement de produits de Mac et d'iPhone dans les films, la société a une règle d'or : les méchants ne peuvent pas avoir de produits Apple.

"Je ne sais pas si je dois le dire ou non. Non pas parce que c'est salace ou quelque chose comme ça, mais parce que ça va faire foirer le prochain film à suspense que j'écris", a déclaré Rian Johnson dans l'interview. "Apple, ils vous laissent utiliser des iPhone dans les films, mais — et c'est très important si vous regardez un film policier — les méchants ne peuvent pas être filmés avec un iPhone." Apple n'a pas répondu immédiatement à la demande de commentaires de Business Insider US concernant les propos de Rian Johnson.

Attention, léger spoiler du film 'À couteaux tirés' dans ce paragraphe. Le film 'À couteaux tirés' de Rian Johnson montrait un produit Apple dans au moins une scène, dans les mains de Linda Drysdale, jouée par Jamie Lee Curtis. Nous n'allons pas vous spoiler complètement le film, mais vous pouvez tirer vos propres conclusions sur le personnage de Jamie Lee Curtis dans le film policier.

'Apple est l'un des rares fabricants à pouvoir bénéficier du placement de produits'

Cette association a été renforcée à plusieurs reprises et représentée au fil des années dans des films et des séries : les gentils ont des iPhone et des Mac, les méchants ont des PC et des Android. Les téléspectateurs ont longtemps spéculé à ce sujet, et l'ont souligné pour '24 Heures chrono', la série très populaire des années 2000 mettant en vedette le protagoniste Jack Bauer.

A lire aussi — Apple mise sur son service de streaming Apple TV+ pour doper ses revenus

Le renommé critique de cinéma Roger Ebert avait même fait une remarque sur ce phénomène en 2003. "Comme de nombreuses machines Windows se ressemblent, Apple est l'un des rares fabricants à pouvoir bénéficier du placement de produits", avait écrit Roger Ebert dans une chronique du Chicago Sun-Times.

L'obligation de représenter Apple de manière positive est inscrite dans les directives légales de l'entreprise pour les tiers qui utilisent les marques et les droits d'auteur d'Apple. Apple déclare que ses produits doivent être présentés "uniquement sous le meilleur jour, d'une manière ou dans un contexte qui reflète favorablement les produits Apple et Apple Inc."

La stricte surveillance qu'exerce Apple sur les films et séries a également été remarquée au niveau de la production de contenu pour le nouveau service de streaming de la société, Apple TV+. Les dirigeants d'Apple se seraient montrés "intrusifs" en matière de contenu, encourageant les producteurs à exclure les contenus explicites ou destinés aux adultes au profit de contenus plus "familiaux".

Version originale : Paige Leskin/Business Insider.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :