Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

L'approche 'transactionnelle et viscérale' des États-Unis dans le commerce international risque de faire dérailler la reprise mondiale

L'approche 'transactionnelle et viscérale' des États-Unis dans le commerce international risque de faire dérailler la reprise mondiale
© Getty
  • Le président des Etats-Unis Donald Trump a déclenché une guerre commerciale en annonçant de nouveaux droits de douane sur l'acier et l'aluminium, suscitant aussitôt une série de menaces de représailles de la part d'alliés clés.
  • Le premier ministre canadien Justin Trudeau s'est dit déçu de la décision prise alors que les États-Unis, le Canada et le Mexique tentent de renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain.
  • "C'est en train de faire monter en puissance tout le ton de la guerre commerciale et c'est inutile, en particulier avec nos alliés", a déclaré Dec Mullarkey, directeur général de la recherche en placements à la Sun Life Investment Management, à Business Insider.

Dix jours seulement après que le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a déclaré que la guerre commerciale américaine contre les principaux partenaires commerciaux était en suspens, le président Donald Trump a dévoilé une nouvelle série de tarifs douaniers ciblant certains des alliés les plus proches des États-Unis.

Les actions américaines ont chuté après que Trump, qui avait auparavant vacillé sur la question, a annoncé que le Mexique, le Canada et les pays membres de l'Union européenne seraient frappés par de nouveaux tarifs sur l'acier et l'aluminium. Cette mesure a aussitôt déclenché des menaces de représailles de la part de ces pays, ravivant les craintes d'une guerre commerciale mondiale dommageable.

"Cela n'a aucun sens", a déclaré Dec Mullarkey, directeur général de la recherche en placements à la Sun Life Investment Management, à Business Insider.

"L'administration actuelle est très transactionnelle et viscérale, mais nos alliés sont très stratégiques et délibérés. Cela vient juste au moment où il y a eu pas mal de progrès dans les délibérations de l'ALENA", a dit Mullarkey.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau n'y est pas allé de main morte. Sut Twitter il a déclaré:

"Les tarifs américains sur l'aluminium et l'acier canadiens sont inacceptables. Comme nous l'avons dit, nous défendrons toujours nos travailleurs et, aujourd'hui, nous annonçons des mesures de rétorsion à cette attaque contre notre industrie."

Alors que les acteurs du marché espèrent que Trump fulmine seulement et qu'il ne donne pas suite aux mesures les plus sévères proposées, l'incertitude croissante commence à peser sur l'économie mondiale.

"C'est en train de faire monter en puissance tout le ton de la guerre commerciale et c'est inutile, en particulier avec nos alliés", a dit Mullarkey.

La plus grande préoccupation, selon Mullarkey, est que les menaces de limiter les importations d'automobiles en provenance de pays comme l'Allemagne pourraient entrer en application à tout moment, menaçant un secteur énorme de l'économie mondiale avec des ramifications potentiellement larges pour la chaîne d'approvisionnement.

La Chine, d'autre part, vise le coup d'après avec Trump. Ils considèrent qu'il est dans leur intérêt de faire mine de faire des concessions au président américain, tout en montrant sa puissance en tant que deuxième économie mondiale et, de plus en plus, en tant que champion de l'ouverture commerciale, un renversement historique des rôles.

"Ils donneront des victoires de Trump, mais ils examinent la situation à travers l'objectif Chine 2025. Ils veulent devenir une puissance mondiale dans le domaine de l'intelligence artificielle, de la technologie, des véhicules autonomes. Ils sont très sérieux dans la construction d'une coalition avec l'Europe et d'autres pays", a ajouté Mullarkey.

Ce qui risque de faire prendre du retard aux Etats-Unis.

Version originale: Pedro Nicolaci da Costa/Business Insider

Business Insider