Après Free, le patron d'Orange envisage à son tour d'interrompre la diffusion de BFM TV

Stéphane Richard, le PDG d'Orange. Flickr/Ecole polytechnique

Stéphane Richard est sur la même longueur d'onde que Free. Comme l'opérateur fondé par Xavier Niel, le PDG d'Orange n'entend pas rémunérer Altice pour diffuser les chaînes gratuites du groupe — BFM TV, RMC Découverte et RMC Story. "Nous avons une position qui est tout à fait alignée sur celle de Free, c'est-à-dire que nous considérons qu'il y avait un équilibre entre les éditeurs de chaînes et les opérateurs que nous sommes en diffusant ces chaînes sur nos box gratuitement", a déclaré le patron de l'opérateur historique sur le plateau des 4 Vérités de France 2, ce jeudi 29 août 2019. 

Iliad, la maison-mère de Free, a interrompu depuis lundi soir la diffusion des trois chaînes gratuites d'Altice sur sa Freebox. Une décision qui coupe le groupe du milliardaire Patrick Drahi des millions d'abonnés aux offres internet de Free, représentant près d'un quart de l'audience télévisuelle. Avec près de 12 millions d'abonnés, Orange est de son côté le principal diffuseur sur internet de BFM TV, également disponible directement via la TNT. 

"On n'aimerait pas en arriver là, mais c'est possible"

"Certains éditeurs veulent aujourd'hui rompre (l') équilibre et finalement passer à un statut hybride entre une chaîne gratuite pour celui qui la regarde mais payante pour les opérateurs : nous refusons catégoriquement et clairement cette position", a expliqué Stéphane Richard. "Pour nous, le principe est clair, s'il y a des services nouveaux qui ont une valeur pour le consommateur, on est prêts à regarder les choses, s'il n'y en a pas c'est non", a-t-il ajouté.

La télévision de rattrapage ou la mise à disposition de programmes en avant-première font notamment partie des services associés pour lesquels les chaînes TF1 et M6 sont parvenues à négocier une rémunération de la part des opérateurs. 

Le PDG d'Orange a précisé que la renégociation du contrat de diffusion entre son opérateur et Altice, qui devait initialement s'engager en septembre, avait été repoussée. Il n'exclut pas de devoir couper à son tour les chaînes du groupe en cas de désaccord. "On n'aimerait pas en arriver là, mais c'est possible", a-t-il déclaré.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Xavier Niel envisage de proposer BFMTV en option payante sur les Freebox

VIDEO: Voici tout ce qui ne va pas avec les smartphones Android