La plus ancienne agence de voyage au monde, Thomas Cook, a fait faillite lundi 23 septembre, forçant les autorités à rapatrier des centaines de milliers de voyageurs à travers le monde. Sa mise en liquidation judiciaire marque la fin de l'une des plus anciennes entreprises britanniques, fondée en 1841 et spécialisée à ses débuts dans l'organisation d'excursions locales en train. 

L'agence Thomas Cook, devenue la pionnière des séjours à forfait et du tourisme de masse, a pourtant survécu à deux guerres mondiales. Elle opère dans 16 pays, avec ses 21 000 employés, et fait affaire avec 19 millions de clients par an. L'agence gère des hôtels et des complexes touristiques, des liaisons aériennes et des croisières. Thomas Cook compte en permanence quelque 600 000 clients à travers le monde, que les Etats ou les compagnies d'assurance vont désormais devoir rapatrier.

L'Autorité de l'aviation civile (CAA) a déclaré que l'entreprise avait cessé ses activités et que le régulateur et le gouvernement disposaient d'une flotte d'avions prêts à rapatrier les quelque 150 000 clients britanniques au cours des deux prochaines semaines. Le directeur général, Peter Fankhauser, a exprimé ses profonds regrets à l'annonce de la cessation des activités de Thomas Cook, après l'échec des négociations pour tenter de sauver le voyagiste ce week-end.

Le plus important effort de rapatriement en temps de paix de l'histoire britannique

"Je voudrais m'excuser auprès de nos millions de clients, et milliers d'employés, de fournisseurs et de partenaires qui nous soutiennent depuis de nombreuses années", a-t-il déclaré dans un communiqué publié lundi matin à l'aube. "Nous regrettons profondément, ainsi que les autres membres du conseil d'administration, de ne pas avoir réussi", a jouté le patron du groupe.

Des photos publiées sur les réseaux sociaux montrent des avions Thomas Cook détournés de leurs stands habituels dans les aéroports. Certains étaient abandonnés après l'embarquement des passagers et des membres de l'équipage. Le gouvernement britannique et la CAA ont indiqué qu'en raison de l'ampleur de la situation, certaines perturbations étaient inévitables. Tous les vols de Thomas Cook sont annulés.

Après la faillite de Thomas Cook, des centaines de milliers de voyageurs à rapatrier

Des avions au sol aux couleurs de Thomas Cook, à l'aéroport de Manchester, au Royaume-Uni, le 23 septembre 2019. REUTERS / Phil Noble

Il a été conseillé aux clients de ne pas se rendre aux aéroports avant d'avoir été informés — via le site internet http://thomascook.caa.co.uk créé pour l'occasion — qu'ils étaient attendus sur un vol retour organisé par le gouvernement. La CAA a également contacté les hôtels accueillant des clients du voyagiste pour les prévenir qu'ils seraient payés par le gouvernement, via un système d'assurance. Cette annonce intervient après que certains clients ont été retenus dans un hôtel en Tunisie, où le personnel a réclamé le versement de frais supplémentaires.

"Notre plan d'urgence a permis d'acquérir des avions du monde entier — certains venant de Malaisie — et nous avons envoyé des centaines de personnes dans des centres d'appels et dans les aéroports", a déclaré le ministre des Transports Grant Shapps.

Une dette évaluée à 1,7 Mds de livres sterling

A long terme, la faillite de l'agence de voyage pourrait toucher le secteur touristique dans les principales destinations qu'elle dessert, comme en Espagne et en Turquie, et contraindre ses centaines d'agences de voyages à fermer leurs portes. Minée par une dette évaluée à 1,7 milliard de livres sterling (1,9 milliard d'euros), Thomas Cook a été touché de plein fouet par la concurrence des sites en ligne et les incertitudes géopolitiques.

Sa situation a été aggravée l'an dernier par un été particulièrement chaud en Europe, qui a pesé sur les réservations de voyages vers des destinations habituellement plus ensoleillées. Le voyagiste semblait prêt à être sauvé lorsqu'il avait approuvé les modalités d'un plan de sauvetage de 900 millions de livres sterling proposé par le chinois Fosun Tourism Group, ses banques et une majorité de ses créanciers.

En finalisant les termes de l'accord, l'entreprise britannique s'est retrouvée dans l'urgence pour trouver 200 millions de livres supplémentaires afin de faire face à ses échéances financières.

Fosun Tourism Group s'est dit déçu par l'échec d'un accord entre Thomas Cook, ses banques et ses créanciers, précisant qu'il y avait été favorable tout du long. Le plan de recapitalisation n'était "plus applicable compte tenu de la liquidation judiciaire" de l'entreprise, a précisé le groupe chinois dans un communiqué.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Espagne, Japon, Canada... Les 15 meilleurs pays pour faire du tourisme