Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Après la folie du week-end, la ruée dans les supermarchés continue en France

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Après la folie du week-end, la ruée dans les supermarchés continue en France
© Business Insider France/Claire Sicard

La folie en magasin ne retombe pas. Après un week-end de cohue dans les supermarchés en France, ce lundi 16 mars semble faire perdurer la tendance. La peur de la propagation accélérée du coronavirus et les conséquences du passage en stade 3 sur la vie de tous les jours créent de l'anxiété. Auchan France aurait ainsi vu ses ventes augmenter de 50 % dès vendredi 13 mars par rapport au même jour l'année dernière, selon les informations d'Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution. Encore mieux pour Intermarché qui aurait vu ses ventes progresser de + 70 % ce même vendredi. Du jamais vu.

Les chiffres de samedi et dimanche ne sont pas encore connus, mais on devrait encore atteindre des records pour les achats alimentaires dans toutes les enseignes. Tous les services de la grande distribution ont saturé ces derniers jours devant l'affluence dans les supermarchés : préparation des commandes pour le drive, mise en rayon des produits, passages en caisses, etc. Et tout ceci malgré les messages rassurants répétés par les patrons du secteur ou encore le ministre de l'Économie dimanche : il ne devrait y avoir aucun problème de stock et aucune pénurie de produits alimentaires dans les semaines qui viennent.

Voici quelques exemples de la folie qui s'est emparée des supermarchés français ces derniers jours — ou même ces dernières heures :

Des points de retrait drive en totale saturation, une employée témoigne

Le parking d'un drive dans la Somme (81) au mois de janvier 2020 Business Insider France/Claire Sicard

Dans une longue série de tweets, une employée d'un drive "petit" et "assez tranquille" explique que ses conditions de travail se compliquent de jour en jour, en précisant que "du jour au lendemain les commandes augmentent" jusqu'à arriver à "la grosse cata". Les clients, de plus en plus nombreux, passent des commandes de plus en plus grosses et les employés ont du mal à suivre. Elle témoigne : "ce Covid-19 c'est juste l'enfer" et précise : "la situation est exceptionnelle, pour toi, pour nous, pour tout le monde. Personne ne pensait que ça irait si loin. Tout le monde est pris au dépourvu". Elle déplore également les clients malpolis et ceux qui passent des commandes énormes pour stocker des produits : "cessez de faire des stocks comme si la fin du monde était à votre porte. Le virus fait peur, mais votre comportement tout autant."

Un magasin Intermarché a poussé un coup de gueule pour demander à ses clients de revenir à la raison

❗️❗️❗️❗️Les intermarché de Magnac Laval et de Le Dorat informent leur clientèle qu'ils sont approvisionnés de façon...

Posted by Intermarché Magnac Laval on Saturday, March 14, 2020
Publication sur la page Facebook de l'Intermarché de Magnac Laval (87) le samedi 14 mars 2020

Un magasin Intermarché situé à Magnac Laval dans la Haute-Vienne (87) a publié samedi dernier un post sur sa page Facebook pour appeler les clients à garder la raison. Haut en couleurs, le texte conseille notamment de ne pas acheter "60 rouleaux de PQ" , le coronavirus ne donnant pas la diarrhée. Et qu'il est "inutile d'acheter 46 paquets de pâtes, sauf si vous comptez en faire des colliers avec vos enfants". Derrière la plaisanterie, se cache néanmoins un vrai souci de gestion du stock pour les magasins face à la ruée des clients en supermarchés.

Papier toilette, couches, eaux en bouteille, pâtes : des ruptures dans de nombreux rayons

Le rayon papier toilette et essuie-tout d'un supermarché Auchan à la Garenne-Colombes (92), samedi 14 mars 2020 après-midi Business Insider France/ Sophie Levy

Si vous êtes allés faire des courses ce week-end, il y a de fortes chances pour que vous ayez fait face à certains rayons partiellement, voire complètement vides. Les rayons les plus touchés étaient sans conteste les pâtes et le riz, les couches, la farine, les conserves et même les eaux en bouteille. Même chose également pour les rayons proposant pain de mie et brioche, les clients craignant une fermeture des boulangeries ou un confinement les empêchant de sortir de chez eux.

Le personnel des magasins était débordé et certains ont même dû demander aux employés dans les bureaux de venir donner un coup de main en caisse

L'affluence aux caisses d'un hypermarché de région parisienne, vendredi 13 mars 2020 matin. Business Insider France/Claire Sicard

L'affluence dans les supermarchés s'est faite sentir dès vendredi, voire même dès jeudi soir au moment de l'allocution d'Emmanuel Macron annonçant notamment la fermeture des écoles et des universités dès ce lundi 16 mars. Selon le directeur d'un hypermarché Leclerc de région parisienne interrogé par Business Insider France, ils ont même eu "du mal à fermer jeudi soir à 21h". La cohue était la même vendredi 13 mars au matin : les plannings des employés étant fait deux semaines à l'avance, faire face à l'affluence des clients aux caisses était devenu compliqué. Les employés des bureaux (comptables, etc.) ont donc dû venir en renfort pour assurer l'encaissement.

Les appels au calme des patrons de la grande distribution n'ont pas été entendus

Les patrons de la grande distribution assuraient depuis déjà quelques jours dans les médias le service après-vente pour tenter de rassurer les Français. Michel-Édouard Leclerc, président du groupe E.Leclerc, ou encore Dominique Schelcher, PDG de Système U, ont notamment été très présents ces derniers jours pour rappeler que le risque de pénurie de produits alimentaires n'existait pas. Une réunion de crise s'est d'ailleurs tenue dimanche 15 mars à la mi-journée à Bercy avec les principaux patrons de la grande distribution. À son terme, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances, s'est également voulu rassurant : "il n'y aura pas de pénurie". Il a précisé : "la sécurité d'approvisionnement des Français en produits alimentaires et en produits de première nécessité est aujourd'hui garantie et continuera de l'être dans les semaines à venir".

Une affluence énorme en magasin, sans respect des consignes sanitaires en vigueur

L'affluence était déjà grande dès vendredi 13 mars 2020 à 11h aux caisses de l'hypermarché Leclerc de Clichy (92). Business Insider France/Claire Sicard

Dès jeudi 12 mars au soir et jusqu'au dimanche 15 mars pour les points de vente ouverts, les supermarchés n'ont pas désempli. Les Français se sont rués en magasins pour faire le plein de courses et vider les rayons. Une promiscuité dangereuse à l'heure où le gouvernement appelait à la prudence et au respect d'une certaines distance dans nos interactions avec les autres afin de ralentir au maximum la propagation du coronavirus.

Les caddies des clients sont plus que jamais pleins

Même constat du côté de Nîmes, dans le Gard (06) : selon le tweet de Loïc Spadafora, non seulement le supermarché Leclerc où il s'est rendu ce lundi matin était rempli de monde, mais les caddies des clients débordaient de marchandises comme ces derniers jours : papier toilette, paquets de pâtes, conserves etc.

Les files d'attente devant les magasins s'allongent aussi en ce lundi matin, au mépris des consignes de distances recommandées

L'affluence dans les supermarchés semble ne pas se calmer en ce lundi matin. Dans le tweet ci-dessus de Grégory Leclerc, reporter à Nice Matin, on voit une foule se massant devant l'entrée de l'hypermarché Carrefour Lingostière, à Nice (06). La police municipale était présente mais rien ne semblait fait pour que les gens respectent une distance de sécurité d'un mètre, comme recommandé par les autorités sanitaires actuelles pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Certains supermarchés sont même obligés de demander à leurs clients de 'différer leur venue'

INFO Limitation d’accès à l’Hypermarché Chers Client(e)s L’affluence exceptionnelle de ce jour nous contraint à...

Posted by E.Leclerc Saint Médard en Jalles on Monday, March 16, 2020

À Saint-Médard-en-Jalles, en Gironde (33), l'hypermarché E.Leclerc a publié lundi en tout début d'après-midi sur sa page Facebook un texte incitant les clients à "différer votre venue". "Vous ne pourrez pas entrer", précisent-ils, compte-tenu de "l'affluence exceptionnelle de ce jour". L'accès au magasin est donc désormais interdit par l'enseigne.

Les files d'attente s'allongent sur une énorme distance à l'extérieur des hypermarchés ce lundi

Autre exemple ce lundi devant l'hypermarché Carrefour Tinqueux près de Reims (51). Les clients attendent à l'extérieur du magasin avec leurs caddies de pouvoir rentrer, créant une immense file d'attente. Cette file indienne géante s'expliquerait en partie car les clients étaient invités à entrer dans le magasin en nombre limité pour éviter tout risque sanitaire.

Les sites drive de Casino et Auchan étaient encore inaccessibles une partie de la journée de ce lundi

Capture d'écran d'Auchan Drive à 18h25 ce lundi 16 mars 2020 indiquant "une affluence inhabituelle"

Les sites internet Auchan Drive et Casino Drive ont encore connu une journée de galère, selon les informations de BFMTV. Lundi 16 mars au matin, le site d'Auchan Drive était indisponible à cause d'un trop grand nombre de connexions au même moment. À nouveau accessible dans l'après-midi, c'était au tour de celui de Casino, Casino Drive, d'afficher un message d'erreur sur sa page d'accueil. Cette panne fait suite à des premiers soucis rencontrés dès jeudi soir dernier, après l'allocution d'Emmanuel Macron : vers 23 heures, les sites des magasins Auchan, Carrefour, Casino, Leclerc, Intermarché et U Drive n’étaient déjà plus accessibles. Les clients se ruent donc en magasin, mais aussi sur internet.

À Paris aussi, les queues en extérieur s'allongent tandis qu'à l'intérieur des magasins, c'est la foule des grands jours

La peur a aussi saisi les clients parisiens qui font la queue devant les magasins et sur les trottoirs ce lundi 16 mars. Si certains supermarchés de proximité régulent les entrées en centre-ville, dans d'autres magasins c'est quand même la foule des grands jours.

Découvrir plus d'articles sur :