L'Arabie saoudite aurait annulé un accord avec Virgin Hyperloop après que Richard Branson a annulé sa venue au 'Davos du désert'

Richard Bronson, le fondateur et président de Virgin Group. Getty Images/Alex Wong

  • L'Arabie saoudite se retire d'un accord avec Virgin Hyperloop, rapporte le Financial Times. L'accord comprenait une étude de faisabilité — et devait être signé à la conférence Future Investment Initiative, également connu sous le nom de "Davos du désert".
  • Cette décision intervient après que le président de Virgin Group, Richard Branson, a annoncé la suspension de sa collaboration avec le Royaume après la disparition de Jamal Khashoggi.
  • Des bandes de dirigeants américains ont refusé d'assister à la conférence de la Future Investment Initiative la semaine prochaine.

L'Arabie saoudite se retire d'un accord avec Virgin Hyperloop, rapporte le Financial Times. L'accord comprenait une étude de faisabilité — et devait être signé à la conférence Future Investment Initiative, également connu sous le nom de "Davos du désert".

Cette décision intervient après que l'entreprise s'est jointe à la liste de celles qui se sont retirées de la conférence après la disparition et le possible assassinat de Jamal Khashoggi, naturalisé citoyen américain et chroniqueur au Washington Post.

Virgin Hyperloop One, une version du projet de transport visionnaire d’Elon Musk, a dévoilé son premier prototype de capsule plus tôt cette année. L’Arabie saoudite est l’un de ses financeurs les plus importants et a annoncé que ce projet pourrait "permettre à toutes les technologies de quatrième génération de s’épanouir dans le Royaume".

Jeudi dernier, alors que les preuves d'un possible assassinat du journaliste par des responsables saoudiens, au consulat du Royaume à Istanbul, s'accumulaient,  Richard Branson s'est joint au DG de JPMorgan, Jamie Dimon, et à celui d'Uber, Dara Khosrowshahi, en annulant sa participation à la conférence.

"J'avais de grands espoirs pour le gouvernement actuel du Royaume d'Arabie saoudite et son chef, le prince héritier Mohammed ben Salmane, et c'est pourquoi j'étais ravi d'accepter deux postes de direction dans des projets de tourisme autour de la mer Rouge", a déclaré Branson dans un billet de blog publié le 11 octobre.

"Ce qui se serait passé en Turquie autour de la disparition du journaliste Jamal Khashoggi, si c'est avéré, changerait clairement la capacité de chacun de nous en Occident de faire des affaires avec le gouvernement saoudien."

Version originale: Graham Rapier/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L'Arabie saoudite veut construire un Hyperloop qui pourrait réduire les temps de trajet de plusieurs heures à quelques minutes — voici à quoi il pourrait ressembler

VIDEO: Le DG de Microsoft explique pourquoi les gouvernements ne doivent pas utiliser les failles logicielles comme armes