L'astéroïde qui a anéanti les dinosaures a provoqué un désastre planétaire bien pire que ce que les scientifiques pensaient

Une illustration des astéroïdes qui ont frappé la Terre pendant l'ère des dinosaures. Shutterstock

  • On pense qu'un astéroïde ou une comète de la taille d'une ville qui a anéanti les dinosaures il y a 66 millions d'années. 
  • L'impact, appelé "évènement de Chicxulub", a généré des quantités de poussières et de gaz, refroidissant rapidement la planète. 
  • L'angle de l'impact a été recalculé récemment, et des modèles informatiques suggèrent que l'évènement a causé un phénomène de refroidissement bien pire qu'on ne l'avait estimé. 

Les boxeurs préfèrent peut être mettre des coups directement, mais quand il s'agit des astéroïdes et comètes, les scientifiques sont en train de découvrir que des coups anglés peuvent être beaucoup plus dangereux. 

Les dinosaures en ont fait l'expérience quand une roche spatiale solitaire de la taille d'une ville a frappé la Terre il y a 66 millions d'années, près de la ville actuelle de Chicxulub sur la péninsule Yucatan du Mexique. 

Jusqu'à peu, les chercheurs pensaient que l'astéroïde — ou la comète — avait frappé directement à un angle de 90 degrés, mais de récentes expéditions de forage au cratère de Chicxulub, en bas du Golfe du Mexique, portent à croire que c'était en fait à un angle de 60 degrés.

Les chercheurs savaient déjà que l'impact — dit l'évènement de Chicxulub — avait libéré une énergie équivalente à environ 40.000 arsenals nucléaires américains en l'espace de quelques secondes, déclenchant une suite d'évènements terrifiants. L'explosion a provoqué des tempêtes de feu à l'échelle mondiale, déclenché des vents de la force d'ouragans sur des milliers de kilomètres, écrasé les côtes avec de gigantesques tsunamis, et a fait trembler la planète entière, menant à des glissements de terrain et à des tremblements de terre sur tout le globe. 

Certaines espèces qui sont maintenant éteintes auraient pu survivre à ces calamités, si il n'y avait pas eu un autre événement bien plus mortel: le refroidissement de la planète.

La poussière et les gaz que l'impact a envoyé dans l'atmosphère auraient bloqué la majorité de  l'énergie du soleil dans l'espace pendant des années. Cela a refroidi la planète de manière dramatique, selon la théorie fondamentale, menant à l'extinction Crétacé-Tertiaire, dans laquelle 75% de toute forme de vie a péri. 

Wikimedia Commons/NASA

Une étude publiée lundi 30 octobre dans la revue Geophysical Research Letters constate que de nouvelles simulations d'ordinateurs utilisant l'angle récemment révisé portent à croire que l'évènement de Chicxulub a libéré plus de trois fois plus de soufre pouvant refroidir la planète qu'estimé auparavant. 

"Nous voulions revisiter cet évènement significatif et améliorer notre modèle de collision pour mieux capturer ses effets immédiats dans l'atmosphère", a commenté Joanna Morgan, une géophysicienne de l'Imperial College London, dans un communiqué de presse de l'American Geophysical Union.

Le modèle que Morgan et ses collègues ont créé suggère que le soufre venant des roches et de l'eau de mer vaporisé pourrait avoir refroidi la température de la surface terrestre à une moyenne de près de 8 degrés Celsius. De telles températures auraient pu durer pendant plusieurs années, jusqu'à ce que le soufre de l'astéroïde retombe du ciel.

Mais la vie marine aurait souffert plus longtemps. Il aurait fallu des "centaines d'années après l'impact Chicxulub" pour que les océans se réchauffent, d'après l'étude. 

"Ces estimations améliorées ont de grandes implications pour les conséquences climatiques de l'impact, qui aurait pu être beaucoup plus dramatiques que ce que les études avaient trouvé auparavant," a affirmé Georg Feulner, un chercheur spécialisé dans le climat du Potsdam Institute for Climate Impact Research, dans un communiqué. 

Version originale: Dave Mosher/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Un astéroïde de la taille d'une maison va frôler la terre — les chercheurs vont en profiter pour tester un système de défense en cas de prochains impacts

VIDEO: La carte du monde la plus connue est très trompeuse