Le gestionnaire du viaduc de Gênes plonge à la Bourse de Milan après la décision du gouvernement italien de lui retirer son permis

Le pont Morandi après son effondrement, le 15 août 2018. REUTERS/Stefano Rellandini

Atlantia a dans un premier temps été suspendu à l'ouverture de la Bourse de Milan, jeudi 16 août, avant de voir son cours chuter à la reprise de la cotation peu avant 10h. 

Le gestionnaire du viaduc de Gênes — qui s'est effondré mardi, faisant au moins 39 morts — est tenu pour responsable de la catastrophe qui a ébranlé l'Italie. Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, a explicitement visé la compagnie Autostrade, filiale du groupe milanais Atlantia.

Il a déclaré mercredi, à l'issue d'une réunion du Conseil des ministres, que le gouvernement n'attendrait pas les conclusions de l'enquête judiciaire sur cet accident pour retirer son permis au concessionnaire de l'autoroute A10, qui emprunte le viaduc.

Le ministre italien des Transports s'est pour sa part prononcé en faveur d'une importante amende pour l'exploitant de cet axe routier et les autorités du pays ont appelé à la démission des dirigeants d'Autostrade. 

En pré-ouverture, jeudi matin, le titre Atlantia était indiqué en très forte baisse — jusqu'à 49% selon Reuters. Peu après la reprise de sa cotation, il dégringolait de près de 24% à la Bourse de Milan. Mardi, la valeur avait déjà reculé de 10% après l'accident pour finalement clôturer en repli de 5%, avant la pause du mercredi 15 août.

Cours de l'action Atlantia à 9h57, jeudi 16 août 2018. Investing.com

Après la décision du gouvernement de lui retirer sa concession autoroutière, la société Atlantia, détenue par la famille Benetton, a déclaré que ce retrait "pourrait avoir des conséquences sur les actionnaires et les détenteurs d'obligations".

L'annonce du gouvernement est intervenue avant que les causes de la catastrophe ne soient établies et qu'Atlantia ne reçoive une plainte officielle, ont par ailleurs déclaré jeudi les dirigeants du groupe. Ils estiment également que l'entreprise a droit à une indemnisation si la concession est révoquée ou résiliée avant son terme.

Le vice-président du Conseil, Luigi Di Maio, a déclaré jeudi que le concessionnaire aurait dû investir davantage dans la sécurité au lieu de s'inquiéter des dividendes de ses actionnaires. 

"L'Etat italien devra reprendre le contrôle des autoroutes si les entreprises concessionnaires ne sont pas en mesure de faire leur travail correctement", a-t-il ajouté à la radio italienne.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Au moins 22 personnes sont mortes après l'effondrement d'un pont autoroutier en Italie et le bilan pourrait s'alourdir

VIDEO: Voici ce qui se passe quand vous regardez le soleil trop longtemps