Méfiez-vous de la composition des dentifrices, certains pourraient s'avérer très dangereux. Le dioxyde de titane, sous forme de nanoparticules serait présent dans de nombreux dentifrices en vente dans les supermarchés, pharmacies, parapharmacies et même dans les magasins bio, selon une récente étude de l'association Agir pour l'environnement. Cette dernière demande que ce produit ne soit plus utilisé dans les dentifrices et les médicaments.

Pour arriver à ce constat, l'association a passé au crible 408 dentifrices, dont 59 pour enfants vendus partout en France. Et le bilan est effarant : "deux tiers des dentifrices (271 dentifrices sur 408) contiennent du dioxyde de titane", "un dentifrice pour enfants sur deux en contient (29 dentifrices sur 59)" et "aucun des 271 dentifrices ne précise sur son emballage si le dioxyde de titane présent est à l'état nanoparticulaire", selon un communiqué de l'association. Le règlement européen sur les cosmétiques exige pourtant que l'étiquetage porte la mention "nano" si les particules de TiO2 font moins de 100 nm, une taille qui facilite leur pénétration dans l'organisme. Ces nanoparticules, qui inquiètent les associations de défense des consommateurs depuis de nombreuses années, sont suspectées d'être cancérigènes.

Agir pour l'environnement a par exemple fait analyser un dentifrice pour enfants au goût fraise d'une des marques les plus vendues en France. Selon les résultats, il y aurait 47% de dioxyde de titane présent sous forme de nanoparticules. Un pourcentage excessif selon l'association. 

Une substance déjà controversée

Ce n'est pas la première fois que cette substance fait parler d'elle puisqu'en mai 2018, la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Brune Poirson avait annoncé la suspension de son utilisation dans les produits alimentaires d'ici la fin de l'année 2018. Mais Bruno Lemaire, ministre de l'Economie, avait refusé de signer l'arrêté de suspension, et avait évoqué des "évaluations différentes" sur la dangerosité potentielle du produit. Il aurait pourtant ensuite fait machine arrière et se serait même engagé à suspendre cette substance mi-avril. 

L'association Agir pour l'environnement doit être reçue jeudi après-midi par le cabinet de Bruno Le Maire. Elle demande "l'élargissement de l'arrêté de suspension du dioxyde de titane à tous les produits qui peuvent être totalement ou partiellement ingérés : dentifrices et médicaments".

Autre réclamation de l'association : "une enquête de la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) pour vérifier si l'absence de la mention nano sur l'étiquetage des dentifrices est justifiée, ainsi que des sanctions dissuasives pour les fraudeurs". Une démarche nécessaire pour l'association qui rappelle sur son site que ce colorant "ne sert qu'à colorer la pâte de dentifrice". 

Pour voir si votre dentifrice contient du dioxyde de titane, vous pouvez vous rendre sur le site créé par l'association : dentifrice.infoconso.org.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Adeptes des tisanes détox, des jus antioxydants ou des produits anticancer, méfiez-vous, c'est sans doute du vent

VIDEO: Ces semelles à coller sous vos pieds pourraient bien remplacer vos tongs cet été — mais elles ne sont pas très discrètes