Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Au Mali, l'armée française déploie ses premiers 'robots-mules' en opération extérieure

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Au Mali, l'armée française déploie ses premiers 'robots-mules' en opération extérieure
Le Robopex, ici photographié à l'automne 2020, est un drone permettant aux soldats d'infanterie de se délester de leur paquetage sur de longues distances. © Armée de Terre/Twitter

L'État major des armées a annoncé, le 20 avril, le déploiement de quatre "drones terrestres mules" sur la base militaire de Gao, au Mali. C'est la première fois que des engins autonomes de ce type sont déployés en opération extérieure par l'armée française. Pendant trois mois, ces drones terrestres vont faire l'objet d'une expérimentation par la force Barkhane, qui lutte contre les groupes djihadistes au Sahel.

Le modèle, baptisé Robopex, est fabriqué par l'entreprise française GACI Rugged Systems en collaboration avec le fabricant israélien de drones terrestres Roboteam. Cinq modèles avaient été commandés fin 2019 par l'Agence d'innovation de la défense (AID), qui vise à fédérer les initiatives d’innovation du ministère des Armées.

À lire aussi — Laser anti-missile, fusil intelligent... 5 innovations technologiques portées par l'armée israélienne

Sa mission principale vise à faciliter les déplacements des soldats d'infanterie : chaque robot-mule peut transporter jusqu'à 750 kg pendant huit heures, à une vitesse moyenne de 8km/h.

Pouvant fonctionner de manière autonome ou bien commandée par un opérateur, cette mule à chenille peut être utilisée pour des opérations de logistique et de ravitaillement en assurant, par exemple, une liaison entre deux groupes éloignés. L'engin tout-terrain pourrait également servir à évacuer des blessés.

Les caméras embarquées, qui permettent de contrôler le Robopex à distance, l'aident surtout à se retrouver dans l'espace. Le drone peut par exemple suivre un soldat ou un véhicule au pas, tout en gardant une certaine distance afin d'éviter une collision.

Les tests permettront de savoir si ces robots-mules répondent ou non aux attentes sur le théâtre d'opération sahélien.

À lire aussi — L'armée russe s'apprête à lancer sa première unité exclusivement composée de robots d'attaque

Découvrir plus d'articles sur :