Le premier Auchan minute de France a été installé fin mars sur le parking du siège du groupe à Villeneuve d'Ascq (Nord). Auchan.

Auchan fait appel à ses salariés pour être les cobayes de son nouveau laboratoire d'innovations. Depuis quelques jours, les collaborateurs de l'enseigne ont vu surgir une très grosse boîte sur le parking du siège du groupe à Villeneuve d'Ascq dans le Nord. Logée dans une espèce de conteneur de 18 mètres carrés, il s'agit d'une superette ouverte jour et nuit, sans caissiers mais truffée de technologies et qui propose à la vente près de 400 produits.

Les salariés du groupe peuvent y faire leurs courses munis de leur badge d'entreprise. Il est le sésame qui accompagne tout le parcours d'achat, pour entrer dans le magasin, choisir des articles et les payer. Les rayons accueillent une sélection de produits de "snacking", mais "un snacking sain et équilibré" précise Auchan. Ainsi, la plupart des références affichent un étiquetage Nutri-Score et 50% de l'offre est composée de produits bio. Au delà, de l'alimentaire, le magasin propose aussi différents articles de dépannage, notamment des produits d'hygiène et de beauté : mouchoirs, collants, crèmes, pansements. 

Le magasin est réapprovisionné chaque matin par un collaborateur mais fonctionne sans personnel le reste du temps. Le client choisit son produit, "tape" son badge sur l'étiquette accrochée au rayon, puis s'identifie à une borne pour payer — toujours avec son badge. 

Ces box, baptisées "Auchan minute", existent déjà en Chine et sont accessibles à tous, et non uniquement aux collaborateurs. La première a été ouverte en septembre 2017 à Shanghai et plus de 700 unités ont déjà été déployées, dont certaines directement sur les parkings des hypermarchés du groupe. 

Le modèle inauguré à Villeneuve d'Ascq reprend une partie de la technologie et des équipements des Auchan minute de Chine. Mais "il n'a aucunement vocation à concurrencer des magasins physiques", assure Auchan.

Un laboratoire d'innovations

Le groupe veut faire de ce distributeur un laboratoire d'innovations "tant au niveau du parcours de courses, que de l'information dynamique sur les produits, du merchandising ou encore de la construction de l'offre par la connaissance client." Celui-ci peut ainsi donner son avis en temps réel via un affichage dynamique dans le magasin. 

C'est aussi pour Auchan l'occasion d'expérimenter de nouveaux modes de paiements, avec les badges d'entreprise. Si le groupe a annoncé ne pas envisager de déploiement de ce type de magasin "sur les voies ou les espaces publics", on peut imaginer en revanche qu'il pourrait déployer ses Auchan minute dans d'autres cadres, notamment dans les entreprises.

Tous les acteurs s'y mettent

Les magasins sans personnel, sans caisse et ouvert 24h sur 24, sont scrutés à la loupe par les acteurs de la grande distribution. Encore une fois, la logique de "test & learn" prévaut. Il ne s'agit pas de vouloir remplacer — ce qui serait illusoire — tous les supermarchés en distributeurs automatiques, mais plutôt de développer et tester des technologies pour inventer le commerce de demain, améliorer l'expérience client et fluidifier les achats.

Avec ses épiceries sans caisse aux Etats-Unis, Amazon Go avait déjà bousculé le secteur. Mais tout reste en mouvement. Signe que des ajustement sont toujours à faire, le groupe américain vient d'annoncer à CNBC, rapporté par Business Insider US, que ses magasins accepteront désormais les paiements en liquide. Le but est de ne pas se couper des consommateurs qui n'ont pas l'application Amazon Go ou qui, tout simplement, ont des pièces au fond de leur poche qu'ils aimeraient utiliser. 

Carrefour dans le sillage d'Auchan

Chacun met donc les bouchées doubles pour trouver les meilleurs technologies. En France, Auchan a dégainé le premier parmi les groupes de grande distribution avec son magasin tout automatique. Mais Carrefour est dans son sillage. 

L'enseigne dirigée par Alexandre Bompard prévoit l'ouverture à Massy, dans l'Essonne — au siège du groupe — d'un magasin automatisé comme nous vous l'indiquions en décembre dernier

D'une surface de 56 mètres carrés, il sera bardé de caméras qui permettront de suivre le parcours des clients et identifier ce qu'ils mettent dans leur panier. Pour le paiement, pas de scan ni de passage en caisse, mais une simple validation par reconnaissance faciale, un principe déjà testé par Carrefour en Chine grâce à son partenariat avec Tencent.

Comme pour Auchan minute, cette épicerie de Carrefour sera destinée aux salariés du groupe dans une logique d'expérimentation. 

Casino et Franprix ouverts toute la nuit

De son côté, le groupe Casino mise sur des concepts hybrides. Son magasin "4 Casino", ouvert en octobre à Paris, fonctionne avec du personnel en journée et passe en automatique le soir. Les clients peuvent entrer toute la nuit en s'identifiant avec l'application Casino, qui sert également à payer les produits... sous l'oeil d'agents de sécurité. A Lyon également, un supermarché Casino, rue Garibaldi dans le 7e arrondissement, reste ouvert toute la nuit depuis décembre. 

Le même concept est développé dans certains Franprix, notamment dans le magasin de rue de la Cossonnerie, aux Halles à Paris, et dans celui du 203 avenue de Versailles, dans le 16e arrondissement. 

Ximiti se développe en franchise

Kiosque Ximiti d'Aubervilliers. Ximiti.

Nettement moins connue, la société Neovendis a développé le concept Ximiti qui mise aussi sur les magasins automatiques de proximité. Ils prennent la forme de conteneurs, comme ceux d'Auchan, ou peuvent s'intégrer dans des bâtiments, et ont l'ambition de s'implanter dans des zones commerciales, des lieux publics, des stations-service, gares ou aéroports. Leur surface est modulable et peut accueillir selon la configuration jusqu'à 1 600 produits de consommation courante, accessibles 24h/24 et sept jours sur sept.

La société se développe en franchise et accompagne des entrepreneurs à la recherche d'un complément d'activité. Une heure peut suffire par jour pour gérer la boutique et approvisionner les rayons. "Chaque franchisé peut commander son stock via une centrale d'achat partenaire et compléter son offre par des produits locaux", a expliqué un porte-parole de Ximiti à Business Insider France. 

Contrairement au magasin Auchan minute, les clients n'entrent pas dans le kiosque Ximiti, qui est plutôt une sorte de distributeur géant. A l'extérieur une borne à écran tactile assure la prise de commande — on peut aussi commander via une application — et à l'intérieur un robot récupère les produits et les apporte jusqu'à cette borne qui fait alors office de point de retrait. 

Après un premier test mené pendant un an à Saint-Martin-d'Hères dans la banlieue de Grenoble, Ximiti a accéléré son développement, dépassant ses prévisions, avec déjà près d'une dizaine de kiosque ouverts ou qui vont ouvrir très prochainement.

Le panier moyen est composé de trois produits (les câbles de recharge de smartphone sont parmi les produits les plus vendus) et deux tiers du chiffre d'affaires est réalisé la nuit.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Lidl a prévu un stock 'suffisant' pour Monsieur Cuisine Connect, son robot concurrent de Thermomix

VIDEO: Le directeur des opérations de l'hôtel Hilton de Paris explique à quoi pourrait ressembler l'hôtellerie de luxe du futur