Extrait du film Le Parrain. YouTube/The Suite Suit Movie

Pas moins de six fabricants d'électroménager, parmi les plus importants en France, se voient sanctionnés par l'Autorité de la concurrence.

Ils devront s'acquitter d'une amende d'un montant de 189 millions d'euros pour s'être concertés sur des hausses de prix. 

Les faits remontent à la période 2006-2009. Il s'agit plus précisément des fabricants allemand BSH, italiens Candy Hoover et Indesit, suédois Electrolux, américain Whirlpool et français Eberhardt Frères, qui se sont entendus à deux reprises, une première fois entre septembre 2006 et janvier 2007 et une deuxième fois entre fin mai 2008 et avril 2009, indique le gendarme de la concurrence en France dans un communiqué publié jeudi 6 décembre.  

L'Autorité donne des détails sur les lieux où se déroulaient des réunions secrètes pour déterminer des hausses des prix.

Ainsi, les dirigeants de ces entreprises se rencontraient en marge des réunions officielles du syndicat du secteur, le Groupement interprofessionnel des fabricants d'appareils d’équipement ménager (GIFAM), et dans les restaurants près de son siège, comme le salon de thé Ladurée ou le Corona Impérial.

Ils décidaient de relever ensemble leurs prix de vente conseillé aux distributeurs pour accroître leurs marges. Si ces derniers voyaient le montant des factures augmenter, ce sont les consommateurs qui ont été pénalisés in fine, avec un gonflement des prix des produits commercialisés dans les différents points de vente comme les distributeurs spécialisés, tels que Darty et Boulanger.

Par exemple, les produits dont le prix de vente était conseillé à moins de 200 euros ont observé une hausse de 20 euros, ceux entre 200 et 400 euros, une augmentation de 30 euros, et ceux à plus de 400 euros, un relèvement de 50 euros. 

"Si le pouvoir de négociation des distributeurs ou la montée en puissance de concurrents asiatiques (Samsung, LG), ont pu atténuer les effets de l'entente, il n'en demeure pas moins que ces pratiques ont pu freiner la tendance globale à la baisse des prix prévalant dans le secteur", note l'Autorité de la concurrence. 

Par ailleurs, à l'exception d'Electrolux, les fabricants, se sont également concertés entre mai et septembre 2009 sur les conditions commerciales appliquées aux cuisinistes dans le but de réduire le coût des contrats d'exposition de leurs produits chez eux. 

L'Autorité de la concurrence a mené une enquête de quatre ans au total, après avoir été alertée par la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) du ministère de l’économie, relève le journal Le Monde

Les entreprises impliquées n'ont pas contesté les faits. BSH, qui a collaboré "activement" à l'instruction, en apportant des éléments de preuves complémentaires, a bénéficié d'une réduction de sa sanction.

Voici dans le détail le montant que devra payer chacun des six fabricants:

  • Whirlpool: 56 millions d'euros;
  • Electrolux (Electrolux, Arthur Martin, AEG): 48 millions d'euros;
  • Indesit (Indesit, Ariston, Scholtes), absorbé par Whirlpool depuis: 46 millions d'euros;
  • BSH (Bosch, Siemens, Viva, Neff) : 23 millions d'euros;
  • Candy Hoover (Candy, Hoover, Rosières): 15 millions d'euros;
  • Eberhardt Frères (Liebherr): 1 million d'euros.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Des soupçons d'entente illégale font vaciller les fabricants de matériels électriques en Bourse

VIDEO: Je me suis levée à 4h30 du matin pendant une semaine comme un membre des forces spéciales de la Marine américaine