L'association de défense des droits des animaux PETA n'en est pas à sa première campagne choc. Mais cette fois-ci, elle a réussi à toucher l'un des acteurs les plus importants de la fast-fashion : la chaîne de prêt-à-porter H&M. Dans une vidéo publiée lundi dernier, PETA dénonce les maltraitances subies par des chèvres dans des élevages en Chine et en Mongolie, deux pays qui représentent à eux seuls 90% de la production mondiale de cachemire. Le groupe suédois a donc décidé, d'ici fin 2020, de ne plus vendre de cachemire.

"PETA nous a fait prendre conscience qu'il y a des problèmes de bien-être animal dans la production de cachemire et nous sommes d'accord avec eux sur le fait qu'ils doivent être pris en compte", a déclaré H&M au Wall Street Journal lundi 13 mai 2019. L'enseigne s'inscrit dans la lignée d'autres marques de fast-fashion qui ont décidé d'abandonner le cachemire à l'instar du site de prêt-à-porter britannique Asos qui avait déjà pris cette décision l'année dernière en supprimant la vente de plusieurs matières d'origine animale (mohair, soie, cachemire et plumes) à compter de janvier 2019. Même démarche pour les marques Stella McCartney et Patagonia, qui ont arrêté d'acheter du cachemire produit directement à partir de chèvres pour privilégier les chutes de cachemire provenant des ateliers.

Autrefois considéré comme un produit de luxe, le cachemire est devenu, avec la montée de la fast-fashion, une matière très convoitée et pousse donc les grandes enseignes à en produire de plus en plus pour générer des millions de dollars de ventes. Mais les conséquences écologiques sont désastreuses. Des millions de chèvres du cachemire broutent les prairies situées entre la Mongolie et la Chine, or près de 60% des pâturages de Mongolie seraient dégradés, selon le gouvernement.

Quant à l'empreinte carbone, la production de cachemire nécessite beaucoup de transport : la laine part généralement de Mongolie pour être expédiée vers des usines de transformation en Chine. Ensuite, le tissu peut être transformé en vêtements en Chine ou directement expédié en Europe. 

A lire aussi : L'industrie de la mode est en train de vivre de gros changements — et les difficultés de H&M en sont la preuve

H&M ne renonce pour autant pas complètement au cachemire. "Nous continuerons à travailler pour une chaîne d'approvisionnement plus transparente, où le cachemire provient de sources durables qui sont certifiées de manière indépendante par des normes qui couvrent à la fois le bien-être animal et les aspects environnementaux. Si l'industrie du cachemire devait à l'avenir mieux répondre à nos critères de durabilité, nous pourrions envisager de nous tourner à nouveau vers le cachemire 'vierge'", a déclaré l'enseigne, interrogée par le Huffington Post.

Les marques repensent aussi leur utilisation du mohair ou de la fourrure

L'industrie de la mode semble en plein tournant car le cachemire n'est pas le seul matériau qui pose problème. De nombreuses autres laines sont aussi dans le collimateur des associations de défense des droits des animaux. De nombreuses marques comme Zara, Gap, Topshop ou encore Uniqlo ont décidé d'abandonner le mohair, suite à une vidéo publiée par PETA. Les marques C&A et Monoprix ont également suivi. 

Encore plus symbolique, les maisons de luxe s'engagent aussi pour une mode plus éthique en bannissant la fourrure de leurs collections. C'est le cas de :

  • Burberry
  • Gucci
  • Calvin Klein
  • Ralph Lauren
  • Vivienne Westwood
  • Tommy Hilfiger
  • Giorgio Armani
  • Hugo Boss
  • Michael Kors
  • Versace

L'autre géant de la fast-fashion Inditex, la maison-mère de Zara, a lui aussi décidé de bannir l'utilisation de fourrure dans ses collections, sans pour autant abandonner le cachemire. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDÉO : Voici comment des magasins comme H&M, Zara et Uniqlo vous incitent à dépenser plus d’argent 

VIDEO: Voici pourquoi les sèche-mains des toilettes publiques ne sont pas forcément très hygiéniques