Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Axa cherche à redorer son image en promettant 500 M€ aux PME

Axa cherche à redorer son image en promettant 500 M€ aux PME
Thomas Buberl, le directeur général d'Axa, en février 2020. © Simon Dawson/Bloomberg via Getty Image

Axa en particulier, et le secteur de l'assurance en général, se retrouvent sous le feu des projecteurs avec la crise du coronavirus. Quand les banques étaient blâmées lors de la crise financière de 2008, c'est au tour des assureurs en 2020. La raison? Le refus du secteur de prendre à sa charge les pertes d'exploitation des entreprises, induites par le confinement et la chute vertigineuse de l'activité. À commencer par les pertes des hôteliers et des restaurateurs. Mais Axa a perdu le 22 mai son procès contre le restaurateur Stéphane Manigold. Une décision judiciaire contre laquelle le groupe a toutefois décidé de faire appel.

Son directeur général, Thomas Buberl, se montre peu inquiet et a minimisé les risques que cette décision fasse jurisprudence. Sur les 20 000 restaurateurs assurés par Axa, les contrats similaires à celui de Stéphane Manigold "représentent moins de 10% et je suis très confiant que nous allons trouver une solution", a déclaré le patron au micro de RTL, mardi 26 mai. Condamné par le tribunal de commerce de Paris à verser une indemnisation équivalente à deux mois de perte de chiffre d'affaires, Axa semble vouloir redorer son image.

Renforcer les entreprises 'fragilisées par la crise'

Thomas Buberl a rappelé que les assureurs avaient déjà mobilisé "1,5 milliard" d'euros, dont "un grand volet pour le tourisme et la restauration". Et il a surtout annoncé en plus un investissement de 500 millions d'euros d'Axa dans le tissu économique du pays. "Axa va annoncer aujourd'hui qu'on va investir 500 millions supplémentaires pour les PME et les ETI en France parce que c'est là où le coeur de l'économie française se retrouve", a-t-il assuré.

"L'idée est clairement de renforcer ces entreprises qui sont fragilisées par la crise pour les accompagner (...) C'est un investissement dans les fonds propres des PME et ETI parce qu'il faut maintenant reconstituer le capital productif pour renforcer le coeur de l'économie française", a-t-il précisé. Pas sûr que cela suffise à rassurer les restaurateurs et à les empêcher d'emboîter le pas de Stéphane Manigold. "Nous sommes en dialogue avec beaucoup de ces restaurateurs, on avance au fur et à mesure", a ajouté le directeur général d'Axa, qui a reconnu l'ambigüité de certains contrats ne couvrant pas, selon lui, les pertes liées à la pandémie.

À lire aussi — Aérien, automobile... Les secteurs qui sont frappés de plein fouet par le confinement

Découvrir plus d'articles sur :