La banque américaine Citi fait mieux qu'attendu sur ses bénéfices, mais déçoit sur ses revenus alors que ses activités de trading se sont effondrées

Michael Corbat, le directeur général de la banque Citi. REUTERS/Ueslei Marcelino

Citigroup a annoncé lundi ses résultats pour le quatrième trimestre, et a surpassé les attentes avec un bénéfice ajusté de 1,61 dollar par action. Les analystes anticipaient un bénéfice par action de 1,55 dollar.

Mais la banque a fait moins bien que prévu sur ses revenus, qui ont chuté de 2% par rapport à l'année dernière, alors que les opérations sur titres à revenu fixe ont été pénalisées par les turbulences des marchés, chutant de 21%.

La banque n'a pas non plus atteint son objectif annuel d'amélioration de 100 points de base de son efficacité opérationnelle, l'augmentant de 86 points de base à 57,4 % pour l'ensemble de l'exercice.

Voici ce que vous devez savoir d'autre :

  • Chiffre d'affaires : 17,1 milliards de dollars, contre 17,6 milliards de dollars attendus
  • Bénéfice net ajusté: 4,2 milliards de dollars, supérieur aux 3,7 milliards de dollars attendus.
  • Trading : Dans l'ensemble, les recettes tirées des marchés ont diminué de 11% pour tomber à 3,1 milliards de dollars. Les actions ont progressé de 18% pour s'établir à 668 millions de dollars, tandis que les titres à revenu fixe, les devises et les marchandises ont chuté de 21 % à 1,9 milliard de dollars.
  • Banque d'investissement : Les revenus ont légèrement diminué pour s'établir à 1,3 milliard de dollars. Les commissions sur les activités de conseil ont bondi de 47%, mais les commissions de prise ferme ont accusé un retard.
  • Services bancaires mondiaux aux particuliers : revenus de 8,4 milliards de dollars, en légère hausse par rapport à l'an dernier.

"La volatilité du quatrième trimestre a eu une incidence sur certaines de nos activités sensibles aux marchés, en particulier les titres à revenu fixe. Toutefois, nos activités de comptabilité d'exercice ICG — Treasury and Trade Solutions, Securities Services, Private Bank et Corporate Lending — ont poursuivi leur solide performance. Dans les Services bancaires mondiaux aux particuliers, nous avons enregistré une bonne croissance sous-jacente dans le secteur des cartes de crédit de marque aux États-Unis et une solide performance de nos activités au Mexique, où nous investissons depuis un certain temps. Pour 2019, nous maintenons notre objectif de fournir un RoTCE (rendement des capitaux propres corporels, ndlr) de 12 % et de continuer d'améliorer notre efficacité opérationnelle au cours de l'année", a conclu le directeur général Michael Corbat.

Citi ne devrait pas être le seul établissement à afficher des chiffres peu reluisants en matière de trading et de banque d'investissement.

La pire performance boursière de décembre depuis la Crise de 1929 a incité les grandes banques — dont les actions ont chuté de 18% au cours du dernier trimestre — à se préparer à de nouvelles difficultés. Les analystes de Keefe, Bruyette et Wood prévoient une baisse globale de 18% des commissions des banque d'investissement, principalement dans la souscription de titres, et une baisse de 2,6% des frais de négociation, principalement dans les titres à revenu fixe, les devises et les marchandises, au quatrième trimestre.

Version originale: Alex Morrell/Business Insider 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Ces 29 pays ont les banques les plus sûres du monde

VIDEO: Il existe une île au milieu de l'Océan Pacifique composée de 80.000 tonnes de déchets